Go to main content

La filariose lymphatique, une maladie invalidante et stigmatisante

Prévenir les handicaps
Madagascar

Handicap International intervient depuis 2007 à Madagascar pour endiguer cette maladie infectieuse invalidante et extrêmement douloureuse qui menace 85 % de la population insulaire. Un véritable enjeu de santé publique.

Handicap International intervient depuis 2007 à Madagascar pour endiguer la filariose lymphatique qui menace 85 % de la population malgache.

© S. Bonnet / Handicap International

Grâce à ses équipes mobiles à moto et en collaboration avec 342 agents communautaires qu'elle a recrutés et formés, Handicap International sensibilise les habitants des villages les plus reculés sur la maladie et son mode de transmission. L'association explique les mesures d’hygiène de base à respecter et préconise des exercices simples de soins à pratiquer soi-même à domicile pour soulager les douleurs. 
Dans la région d’Analanjirofo, dans le Nord-est de l’île où Handicap International intervient depuis janvier 2014, 381 malades sur les 602 identifiés ont ainsi bénéficié de ces actions.

Exclues de la société à cause de la filariose lymphatique

Les personnes malades sont fortement stigmatisées du fait de leurs difformités, surtout en milieu rural où les superstitions sont vivaces. Isolées et fortement handicapées par leurs membres gonflés, elles se voient contraintes d’arrêter leur activité professionnelle. Sans revenus, elles sont reléguées dans une situation d’extrême pauvreté.

Aucun remède à la filariose lymphatique n’existe à ce jour. Dans certains cas, des opérations chirurgicales sont pratiquées pour drainer les liquides responsables des gonflements. Une manière d’apaiser les douleurs et de retrouver sa mobilité perdue. Financièrement prises en charge à hauteur de 90 % par l’association, 310 opérations chirurgicales ont été menées dans trois hôpitaux du pays avec du personnel formé par Handicap International.

Une fois la douleur soulagée, ou du moins rendue plus supportable, les personnes prises en charge gagnent en autonomie. Elles peuvent à nouveau travailler, et donc sortir de la situation d’extrême pauvreté dans laquelle la filariose les avait plongées.
Quant à la pédagogie des équipes véhiculée auprès des villageois, elle achève de réduire la stigmatisation des personnes atteintes par la maladie.

La filariose lymphatique est une grave maladie provoquée par des vers parasites transmis par la piqûre du moustique. Elle provoque parfois un dysfonctionnement du système lymphatique des membres touchés : bras, jambes ou organes génitaux. S’ensuit l’apparition d’œdèmes, voire dans les cas les plus graves une dilatation et un épaississement des tissus : on parle alors « d’éléphantiasis ». En savoir plus
Publié le : 28 janvier 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Handicap International termine la reconstruction de 22 écoles
© Handicap International
Insertion

Handicap International termine la reconstruction de 22 écoles

En mars 2017, le cyclone Enawo frappait Madagascar, touchant plus de 400 000 personnes et endommageant de nombreux bâtiments publics. Handicap International s’était engagée à reconstruire 22 écoles dans les régions d’Analanjirofo et Diana pour quelque 8 500 élèves et 230 enseignants. Les travaux sont quasiment terminés.

Prothèse 3D : des résultats prometteurs
© J. Canicave / Handicap International
Réadaptation

Prothèse 3D : des résultats prometteurs

Handicap International a testé l'impression 3D de prothèses de membres inférieurs – une première – et les a expérimentées auprès de bénéficiaires au Togo, à Madagascar et en Syrie. Les résultats de cette étude pilote prometteuse représentent une avancée notable dans le secteur de la réadaptation. Objectif : réduire le coût de l’appareillage et le rendre accessible aux populations vivant dans des zones dangereuses ou isolées.

Prothèse 3D : des premiers tests encourageants
© J. Canicave / Handicap International
Réadaptation

Prothèse 3D : des premiers tests encourageants

Handicap International a testé l'impression 3D de prothèses de membres inférieurs – une première – et les a expérimentées auprès de bénéficiaires au Togo, à Madagascar et en Syrie. Les résultats de cette étude pilote prometteuse représentent une avancée notable dans le secteur de la réadaptation. Objectif : réduire le coût de l’appareillage et le rendre accessible aux populations vivant dans des zones dangereuses ou isolées.