Go to main content

La fermeture de l'aéroport de Sana'a met des millions de vies en danger

Distribuer de l’aide d’urgence Urgence
Yémen

Douze organisations humanitaires appellent la coalition arabe à lever les restrictions pesant sur l’espace aérien yéménite et à rouvrir le principal aéroport du pays, l’aéroport international de Sana’a, afin de permettre la reprise des vols humanitaires.

L’aéroport de Sana’a est un maillon essentiel de la distribution d’aide humanitaire. Sa fermeture va rendre encore plus difficile l’accès à des populations qui ont désespérément besoin d’assistance. "La fermeture du principal aéroport du Yémen est inexcusable alors que des milliers de familles yéménites ont un besoin vital d’assistance humanitaire." déclare un porte-parole des organisations humanitaires.

Toutes les parties au conflit doivent s’assurer que cette aide parvienne à la population yéménite, conformément aux obligations du Droit international humanitaire. A cause du conflit, plus de 14 millions de Yéménites souffrent actuellement de la faim. Un tiers des enfants yéménites de moins de 5 ans, soit près de 1,3 millions, sont atteints de malnutrition aigüe.

De même que les vols humanitaires, les vols commerciaux doivent également être de nouveau autorisés afin que les civils puissent se déplacer librement et que le commerce et l’importation de produits essentiels puissent reprendre. « La fermeture de l’aéroport coupe le Yémen du monde alors que les Yéménites souffrent de malnutrition et que les hôpitaux ont un besoin urgent de matériels médicaux ( bandages, médicaments, matériel chirurgical). Nous appelons la coalition arabe à lever les restrictions pesant sur l’espace aérien yéménite et à permettre la réouverture de l’aéroport dans les plus brefs délais. »

La fermeture de l’espace aérien yéménite a été décidée par la coalition le lundi 8 août, pour une durée annoncée de 72 heures. Ce dimanche 14 août, il n’était toujours pas rouvert.

Cette décision coïncide avec la reprise des frappes aériennes sur Sana’a et sur différentes régions du Yémen, mettant la vie des civils yéménites en péril. Depuis la reprise des hostilités, des victimes civiles - y compris des enfants – ont déjà été recensées.

ONG signataires :
ACTED - Action Contre la Faim - Care - Danish Refugee Council - Global Communities -
Handicap International - International Rescue Committee – INTERSOS - Mercy Corps -
Norwegian Refugee Council - Oxfam - Save The Children

> Lire le communiqué de presse (.pdf)

Publié le : 14 août 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Je ne peux plus prendre mes enfants dans mes bras comme avant"
© Hardy Skills / HI
Réadaptation Urgence

"Je ne peux plus prendre mes enfants dans mes bras comme avant"

Handicap International vient en aide à des centaines de victimes de la violence à Gaza. Découvrez les défis quotidiens auxquels sont confrontées les personnes blessées et leurs familles, comme Mohammed qui a reçu une balle dans la jambe et a besoin de soins et de suivi.

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés
© HI
Réadaptation Urgence

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés

Plus de 9 000 réfugiés rohingyas sont affectés par des inondations et des glissements de terrain au Bangladesh depuis le mois de juin. Les équipes de Handicap International continuent de venir en aide aux populations affectées.

Urgence humanitaire dans le Sud de la Syrie
© Elisa Fourt / HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Urgence humanitaire dans le Sud de la Syrie

Le nombre de Syriens ayant fui le conflit dans le Sud de la Syrie a été multiplié par quatre ces derniers jours, passant d’environ 60 000 à 272 000 civils. D’après le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (BCAH), la plupart se dirigent vers le plateau du Golan qui borde Israël. Quelque 60 000 civils rejoignent la frontière sud avec la Jordanie.