Go to main content
 
 

La communauté humanitaire s'insurge contre le blocus au Yémen

Urgence
Yémen

Quinze organisations humanitaires, dont Handicap International et les Nations Unies, ont déclaré le 17 novembre qu'elles s'insurgaient contre le maintien du blocus au Yémen, qui met en péril la survie de la population. Elles appellent la coalition menée par l'Arabie Saoudite à rouvrir sans délai tous les points d’entrée du pays au fret humanitaire et commercial.

Carte du Yémen

© Google Maps

17 novembre 2017. La communauté humanitaire au Yémen s’insurge du maintien du blocus, par la coalition menée par l’Arabie Saoudite, du fret humanitaire et commercial pourtant essentiels à la survie de la population yéménite.

Aujourd'hui, après 12 jours, le blocus de la quasi-totalité des ports maritimes, des aéroports et des accès terrestres au Yémen entrave l’approvisionnement en nourriture, en carburant, en médicaments et autres marchandises, exposant des millions de personnes aux maladies, à la faim et aggravant les risques de mortalité. Si la réouverture du port et de l'aéroport d'Aden est une avancée positive, elle ne permet néanmoins pas de couvrir les besoins de l'ensemble de la population yéménite.

L’entrave continue par la coalition à l’approvisionnement des denrées essentielles est une mesure qui correspond à une punition collective subie par des millions de yéménites. Après près de trois années de guerre, ce blocus vient aggraver ce qui est déjà la pire crise humanitaire au monde, avec plus de 20 millions de personnes ayant besoin d’une aide humanitaire et 7 millions de personnes au bord de la famine.

La communauté humanitaire au Yémen appelle la coalition menée par l'Arabie Saoudite à la réouverture immédiate de tous les points d’entrée du pays au fret humanitaire et commercial, sans quoi ce sont des millions de personnes qui font face aux risques de famine et de mort. Les vols humanitaires pour Sana’a doivent être autorisés à reprendre immédiatement pour permettre l’acheminement des travailleurs humanitaires et de l’aide.

Nous appelons toutes les parties au conflit à respecter leurs obligations en vertu du droit international humanitaire, y compris le principe de proportionnalité dans la conduite des hostilités, et de permettre l’accès de l’aide humanitaire pour les civils dans le besoin.

Enfin, nous appelons les États qui ont une influence sur les parties au conflit à s’engager davantage en vue de trouver une solution politique à la crise. La souffrance du peuple yéménite doit cesser.

Signataires : Nations Unies, Handicap International, Action contre la Faim, Relief International, Zoa, Care, Safer World, Acted, Mercy Corps, Save The Children, Intersos, International Rescue Committee, Première Urgence, Human Appeal, Adra.

Télécharger la déclaration au format PDF

Logos des 15 organisations humanitaires ayant fait une déclaration commune le 17 novembre 2017 sur le blocus Yémen

Publié le : 17 novembre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Six ONG françaises créent l’Alliance Urgences et alertent sur la situation des Rohingyas
© Reiza Dejito / HI / Alliance Urgences
Urgence

Six ONG françaises créent l’Alliance Urgences et alertent sur la situation des Rohingyas

Six associations humanitaires, dont Handicap International, s’unissent face à l’urgence et parleront désormais d’une seule voix lors de crises humanitaires. Leur premier cri d’alerte : la détresse des réfugiés rohingyas au Bangladesh.

Éruption du volcan Taal : HI évalue les besoins des personnes affectées
© HI
Urgence

Éruption du volcan Taal : HI évalue les besoins des personnes affectées

Les équipes de Handicap International évaluent les besoins des victimes du volcan Taal aux Philippines, qui est entré en éruption le 12 janvier dernier. l'association envisage une intervention d'urgence.

Escalade de la violence dans le Nord-ouest de la Syrie
© HI
Urgence

Escalade de la violence dans le Nord-ouest de la Syrie

Des dizaines de civils ont été tués lors des bombardements dans la province d'Idlib, dans le Nord-ouest de la Syrie déchirée par la guerre, selon Najat Rochdi, principale conseillère humanitaire de l'envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, et plusieurs autres observateurs. Handicap International réitère son appel à cesser immédiatement les bombardements des zones peuplées de civils.