Go to main content

L’utilisation de toutes les armes explosives en zones peuplées doit cesser

Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre
Syrie

La France a annoncé ce 23 octobre qu’elle proposera au Conseil de sécurité des Nations unies une résolution visant à mettre fin à l’utilisation de bombes barils en Syrie. 
Pour Handicap International, il s’agit d’une initiative importante pour la protection des civils, à condition qu’elle conduise à une reconnaissance systématique du scandale posé par l’utilisation massive, par l’ensemble des parties prenantes au conflit, d’armes explosives à large spectre en zones peuplées.

Toute résolution du Conseil de sécurité des Nations unies doit donc prendre en compte l’utilisation intensive de tous les autres types d’armes explosives en zones peuplées.

L’étude de Handicap International « The Use of Explosive Weapons in Syria: a Time Bomb in the Making »* souligne le recours intensif aux armes explosives, utilisées dans plus de 4 incidents sur 5. La vie des populations civiles en est gravement menacée : 75 % des incidents signalés ont lieu dans des zones peuplées.

Comme Handicap International l’a déjà signalé, les attaques par des bombes barils en Syrie ne sont qu’un exemple du problème plus large des souffrances causées aux civils par l’utilisation d’armes explosives. Ces bombes barils contiennent une grande quantité d’explosifs, n’ont aucune précision et ont un rayon d’impact suffisamment large pour faire de nombreuses victimes parmi les civils. En outre, elles détruisent les bâtiments et forcent les populations à fuir pour de nombreuses années. Quand elles sont utilisées en zones peuplées, leurs effets barbares sur les civils sont inacceptables.

* http://www.handicap-international.org/fileadmin/Case-Study-Syria.pdf 

Publié le 23 octobre 2015.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le quotidien de Mariam, kinésithérapeute au chevet des réfugiés syriens
© Elisa Fourt / HI
Réadaptation

Le quotidien de Mariam, kinésithérapeute au chevet des réfugiés syriens

La guerre qui déchire la Syrie depuis bientôt sept ans a provoqué des mouvements de population sans précédent. On compte plus de 5 millions de réfugiés syriens dans les pays limitrophes, dont plus d’un million rien qu'au Liban. Mariam travaille comme kinésithérapeute pour Handicap International dans le pays depuis le lancement de la réponse d’urgence de l’association. Elle raconte son quotidien au chevet des réfugiés, elle qui voit concrètement sur le terrain l'énorme différence que la réadaptation apporte dans la vie des personnes touchées par le conflit.

Syrie : l’OMS et HI alertent sur les besoins des blessés et des personnes handicapées
© Philippe de Poulpiquet / HI
Réadaptation Santé Urgence

Syrie : l’OMS et HI alertent sur les besoins des blessés et des personnes handicapées

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et Handicap International (HI) attirent l’attention sur les besoins des 3 millions de personnes en Syrie qui, selon les estimations, sont blessées ou en situation de handicap. Les deux organisations appellent la communauté internationale à intensifier ses efforts pour assurer la réadaptation et la réintégration de ces personnes au sein de la société.

Fayez, 3 ans, fait d'énormes progrès
© E. Fourt / Handicap International
Réadaptation

Fayez, 3 ans, fait d'énormes progrès

Fayez, 3 ans seulement, a été victime d’un attentat-suicide en Syrie cette année. Lui et ses parents se sont réfugiés au Liban. Partiellement paralysé à son arrivée dans le pays, le petit garçon a été pris en charge par une équipe de Handicap International qui lui prodigue des soins de réadaptation. Avec l'aide de Mariam, sa kinésithérapeute, il fait beaucoup de progrès et peut à nouveau marcher.