Go to main content

L’utilisation de toutes les armes explosives en zones peuplées doit cesser

Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre
Syrie

La France a annoncé ce 23 octobre qu’elle proposera au Conseil de sécurité des Nations unies une résolution visant à mettre fin à l’utilisation de bombes barils en Syrie. 
Pour Handicap International, il s’agit d’une initiative importante pour la protection des civils, à condition qu’elle conduise à une reconnaissance systématique du scandale posé par l’utilisation massive, par l’ensemble des parties prenantes au conflit, d’armes explosives à large spectre en zones peuplées.

Toute résolution du Conseil de sécurité des Nations unies doit donc prendre en compte l’utilisation intensive de tous les autres types d’armes explosives en zones peuplées.

L’étude de Handicap International « The Use of Explosive Weapons in Syria: a Time Bomb in the Making »* souligne le recours intensif aux armes explosives, utilisées dans plus de 4 incidents sur 5. La vie des populations civiles en est gravement menacée : 75 % des incidents signalés ont lieu dans des zones peuplées.

Comme Handicap International l’a déjà signalé, les attaques par des bombes barils en Syrie ne sont qu’un exemple du problème plus large des souffrances causées aux civils par l’utilisation d’armes explosives. Ces bombes barils contiennent une grande quantité d’explosifs, n’ont aucune précision et ont un rayon d’impact suffisamment large pour faire de nombreuses victimes parmi les civils. En outre, elles détruisent les bâtiments et forcent les populations à fuir pour de nombreuses années. Quand elles sont utilisées en zones peuplées, leurs effets barbares sur les civils sont inacceptables.

* http://www.handicap-international.org/fileadmin/Case-Study-Syria.pdf 

Publié le : 23 octobre 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation"
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Mines et autres armes Réadaptation

"Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation"

Un jour en Syrie, Ibrahim a entendu des échanges de tirs près du lieu où il se trouvait. Il a fui du côté opposé. C’est là que les bombes sont tombées. Blessé par un éclat d’obus à la jambe, Ibrahim a été transféré en Jordanie où il s’est fait amputer. Handicap International l’a ensuite appareillé d’une nouvelle prothèse.

"Notre plus grande dépense : les médicaments"
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Réadaptation

"Notre plus grande dépense : les médicaments"

Au début de la guerre en Syrie, Hussein et sa famille ont quitté leur ville natale pour se réfugier en Jordanie. Depuis plusieurs années, il enchaîne les complications médicales. Grâce au partenariat de Handicap International avec un centre de réadaptation local, l'arthrose du genou dont il souffre est maintenant prise en charge par une équipe de kinésithérapeutes.

Crise syrienne : comprendre les difficultés des réfugiés handicapés
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Réadaptation

Crise syrienne : comprendre les difficultés des réfugiés handicapés

HI a mené une enquête en 2018 pour comprendre la situation des personnes handicapées parmi les réfugiés syriens en Jordanie et au Liban, et les obstacles qu’elles rencontrent dans leur accès à l’aide humanitaire. Réfugiés en Jordanie, Zyad et sa famille ont fait partie des personnes interviewées.