Go to main content

L’Irak interdit les bombes à sous-munitions !

Irak

Le 14 mai 2013, la République d'Irak a ratifié le Traité contre les bombes à sous-munitions. Une étape importante dans le combat contre ces armes puisque l'Irak est l'un des pays les plus contaminés1 au monde. L'adhésion à ce Traité permettra de détruire ces engins de mort et de fournir l'assistance aux milliers de victimes recensées.

L’Irak interdit les bombes à sous-munitions !

© Xavier Bourgois / Handicap International

L'Irak a déposé les instruments de ratification du Traité d'Oslo aux Nations unies, à New-York le mardi 14 mai, devenant ainsi le 83e Etat partie à la Convention.
La ratification de l'Irak représente un moment historique pour la Convention, compte tenu de l'utilisation massive de ces armes qui continuent à menacer les populations et à entraver le développement du pays. Un symbole également particulièrement marquant pour le pays puisque cette année 2013 marque le 10e anniversaire des frappes anglo-américaines, lors de l'invasion de l'Irak en 2003. Les deux pays ont déversé près de 13.000 bombes à sous-munitions contenant environ 1 800 000 à 2 000 000 sous-munitions sur le territoire irakien. Des sous-munitions ont également été utilisées par les forces américaines pendant la guerre du Golfe en 1991.

Après le Laos, l'Irak est le deuxième pays au monde qui enregistre le plus grand nombre de victimes de sous-munitions dans le monde. Les données disponibles sont incomplètes, mais les derniers chiffres de l'Observatoire des armes à sous-munitions 2012, indiquent que plus de 3 000 victimes de ces armes ont été recensées en Irak depuis 2011. Les enfants représentent un quart des victimes. L'adhésion de l'Irak au Traité d'Oslo interdisant les sous-munitions représente donc une avancée majeure pour éviter de nouveaux accidents, dépolluer2 le pays et fournir une assistance adaptée aux victimes. 

Handicap International est intervenue en Irak dès 1991 pour venir en aide aux victimes de la Guerre du Golfe. Aujourd'hui, l'association poursuit ses activités de sensibilisation aux risques des mines et restes explosifs de guerre3 et soutient toujours le centre d'appareillage KORD au Kurdistan irakien.

--------------------
1 Un terrain qui contient des mines ou restes explosifs de guerre est dit contaminé. Les populations civiles ne doivent pas pénétrer dans la zone car ces armes pourraient exploser à n'importe quel moment, provoquant la mort ou des blessures sévères à la victime.
Les opérations de dépollution consistent à identifier les restes explosifs de guerre, à signaler leur présence, à les enlever ou les détruire.
3 Les restes explosifs de guerre sont des engins non explosés tels que les sous-munitions, obus, mortiers, grenades... La charge explosive étant toujours active, ces engins peuvent exploser à n'importe quel moment et menacent la vie des populations civiles, même en temps de paix.

Publié le : 15 mai 2013
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Mossoul : une ville et ses habitants dévastés par les bombardements
© William Daniels / HI

Mossoul : une ville et ses habitants dévastés par les bombardements

L’offensive de Mossoul en Irak entre octobre 2016 et juillet 2017 a fait plusieurs milliers de morts, 35 000 blessés et un million de déplacés. Maud Bellon, coordinatrice des programmes d’urgence jusqu’en janvier 2018, explique le contexte d’intervention et les actions déployées par Handicap International pour répondre à la crise.

L’action contre les mines en 2018
© Elisa Fourt / HI

L’action contre les mines en 2018

Les évolutions du déminage tiennent beaucoup aux mutations récentes des contextes d’intervention. Thomas Hugonnier, responsable de l'action contre les mines au siège de Handicap International, explique les caractéristiques du déminage aujourd’hui.