Go to main content

L’inclusion professionnelle dans l’entreprise ZENA, une belle expérience pour tous.

Insertion
Sénégal

Avec l’aide de Handicap International (HI), l’entreprise Zena ExoticFruits, spécialisée dans la production de confitures, a repensé l’intégration des personnes sourdes et muettes. La directrice de l’entreprise Randa Filfili témoigne de cette expérience.

Faw Seuth Ndiaye, malentendante et manutentionnaire dans l’entreprise de ZENA. | ©E.Fitte-Duval/HI

Comment vous est venue l’idée d’intégrer des personnes handicapées dans votre entreprise ?

L’idée est venue d’un lien affectif : mon mari a été accompagné et en partie éduqué dans son enfance par une personne sourde et muette et dont il est resté très proche. Notre entreprise stagnait au niveau social, nous employions déjà des personnes handicapées mais nous avons voulu aller plus loin. Nous avons donc pensé à intégrer dans l’entreprise des personnes, que je n’aime pas appeler handicapées, mais plutôt qui sont des personnes défavorisées parce que simplement elles n’entendent pas et ne parlent pas.

Quels sont les résultats aujourd’hui sur l’intégration de ces personnes dans votre entreprise ?

Ils sont très positifs. Ces personnes ont exactement les mêmes aptitudes que les autres, voire plus car elles se donnent plus et sont plus assidues. Le reste du personnel les a très bien intégrées. Nous avons organisé plusieurs formations à la langue des signes afin de permettre aux employés de communiquer entre eux. Et pour des questions de sécurité, nous avons décidé de faire porter un uniforme rouge pour les personnes sourdes-muettes, afin de les distinguer des autres employés qui portent du jaune.

Comptez-vous-vous tourner vers des personnes à mobilité réduite ?

Malheureusement, nos locaux ne nous permettent pas encore d’accueillir de telles personnes. Mais c’est un projet pour l’avenir. En attendant, avec l’aide de HI, nous allons augmenter nos effectifs de personnes sourdes et muettes. Nous en employons pour l’instant 11. A long terme, nous souhaitons en embaucher 30 à 35.

Comment avez-vous rencontré HI et comment l’association vous a-t-elle aidé ?

HI est venu vers nous. Elle a entendu parler de notre entreprise lors d’une reconnaissance de terrain dans un quartier de la ville pour rencontrer des personnes handicapées à la recherche d’un travail. C’est grâce aux habitants que l’association nous a connus.

HI nous a aidés sur la manière de procéder auprès de ces personnes : comment les intégrer au sein de notre entreprise, comprendre le handicap en général. L’association apporte aussi un soutien à nos employés pour leur insertion professionnelle. Elle nous rend visite mensuellement, auprès des employés et de l’administration, pour s’assurer que tout se passe bien et répond à nos éventuelles interrogations. C’est d’ailleurs grâce à HI que nous avons pu mettre en place des formations pour apprendre la langue des signes.

Publié le : 1 décembre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

EFI Automotive avec Handicap International pour l'emploi des personnes handicapées
© HI
Insertion

EFI Automotive avec Handicap International pour l'emploi des personnes handicapées

Équipementier automobile reconnu en France et à l’international, EFI Automotive vient de signer un partenariat à hauteur de 80 000 € avec Handicap International France en faveur de l'insertion professionnelle des personnes handicapées.

Nos actions en 2017 Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre Secourir les déplacés et/ou les réfugiés Secourir les victimes

Nos actions en 2017

Pour des services humanitaires adaptés aux personnes handicapées dans les camps
© Till Mayer / HI
Insertion

Pour des services humanitaires adaptés aux personnes handicapées dans les camps

Un récent rapport de Handicap International et International Organization for Migration fait le bilan de la situation au sein du camp de protection des civils de Bentiu, au Soudan du Sud. Pour les personnes handicapées, les conditions de vie sont plus difficiles et les services humanitaires ne répondent pas suffisamment à leurs besoins. Des pistes d’amélioration sont proposées.