Go to main content

L’épidémie Ebola enrayée en Sierra Leone : l’espoir grandit

Secourir les victimes
Sierra Leone

Aucune nouvelle contamination au virus Ebola n’a été enregistrée en Sierra Leone depuis deux semaines. Un signal très encourageant. Toutefois, Magalie Vairetto du programme Ebola de Handicap International nous rappelle qu’il faut rester vigilants.

Sierra Leone : Nettoyage et décontamination à l'eau chlorée d'une ambulance de Handicap International de la base de Hastings.

© Etienne Haerten / Handicap International

Depuis deux semaines, tous les contrôles au virus Ebola sont négatifs en Sierra Léone. L’espoir d’en finir avec le virus grandit : encore quatre semaines sans aucun nouveau cas et l’épidémie sera considérée comme éradiquée dans le pays.

C’est effectivement un très bon signe, d’autant que sur l’ensemble des pays touchés, le nombre de contaminations tend à se rapprocher de zéro. Cela doit nous donner l’énergie de persévérer dans nos efforts. Nous devons profiter de cette période pour traquer les moindres risques de contamination et nous assurer qu’aucun cas n’a échappé à notre vigilance. Les statistiques sont importantes, et en ce moment elles nous encouragent, mais elles ne doivent pas nous faire oublier que le travail n’est pas terminé, explique Magalie Vairetto du programme Ebola de Handicap International.

Pour endiguer la progression du virus, un impressionnant système de traçage des personnes à risque a été mis en place. Sur une période de 21 jours, quiconque a été en contact physique avec une personne porteuse du virus est suivi : mise en quarantaine, relevés de température réguliers, prise en charge immédiate si les symptômes apparaissent. Aujourd’hui, à peine une quinzaine de personnes sont suivies dans le cadre de ce dispositif en Sierra Leone, contre près de 700 il y a deux semaines. 

C’est peut-être ça, le plus encourageant ; car le système de suivi s’est jusqu’ici révélé très efficace. Depuis de très nombreuses semaines, tous les cas répertoriés sont des personnes suivies. Cela signifie que le virus est enfin cerné par le dispositif sanitaire mis en place, poursuit Magalie Vairetto.

Pour venir à bout de l’épidémie, les équipes de Handicap International sillonnent tous les quartiers encore susceptibles d’abriter des foyers de contamination.

Nous nous rendons dans chaque maison, pour prendre des nouvelles de chacun et pour identifier les personnes présentant les symptômes du virus. Dans ce cas, nous faisons intervenir une équipe de décontamination et l’une de nos ambulances. Le patient est conduit à un centre de dépistage pour vérifier s’il s’agit du virus Ebola. Ces derniers jours, cela a représenté une vingtaine d’interventions quotidiennes. Nous sommes à un moment clé dans la lutte contre le virus et nous espérons de tout cœur être en train d’en vivre le dénouement.    

 

Publié le : 26 août 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Daniel, 13 ans : « Je veux devenir enseignant ! »
© HI
Scolariser les enfants handicapés

Daniel, 13 ans : « Je veux devenir enseignant ! »

Daniel a dû être amputé suite à une blessure qui s’est aggravée rapidement. Privé d’école pendant un temps, il est de retour en classe avec une motivation exceptionnelle, soutenu par Handicap International qui favorise l’éducation pour tous.

Nos actions en 2017 Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre Secourir les déplacés et/ou les réfugiés Secourir les victimes

Nos actions en 2017

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre
© E. Fourt / HI
Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre Secourir les victimes

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre

Un an après la libération de Mossoul, HI publie un mini-rapport sur la pollution phénoménale de Mossoul par les restes explosifs de guerre, consécutive à plusieurs mois de combats. Particulièrement en cause : les bombardements massifs et quasi quotidiens pendant l’offensive militaire entre octobre 2016 et juillet 2017.