Go to main content

L’Afghanistan toujours miné

Accompagner les victimes de mines
Afghanistan

Les mines antipersonnel et les restes explosifs de guerre sont un désastre pour l’Afghanistan, l’un des pays les plus minés au monde. Aujourd’hui, La Force internationale d'assistance à la sécurité se retire sans enlever au préalable les engins explosifs présents sur ses bases et camps de tirs. Le nombre de victimes est à la hausse et les enfants sont les plus touchés.

Afghanistan - Naseer, 3 ans, victime de la guerre en Afghanistan, essaye sa première prothèse fournie par Handicap International.

© Véronique de Viguerie / Handicap International

« Les forces armées internationales partent sans dépolluer correctement les sols qu’elles occupaient. Les pays qui les composent ont pourtant signé des engagements sur cette question ! Mais ils ne sont pas respectés, au détriment d’une population afghane pauvre, profondément meurtrie, et qui a besoin de ces terres pour vivre. Prendre en charge des victimes représente un coût très important pour un pays au niveau médical, social, mais aussi éducatif. À cela s’ajoute celui, exorbitant, du déminage. Pour l’Afghanistan, ces restes explosifs de guerre sont un désastre, humain et économique », explique Coline Grunblatt, responsable du plaidoyer à Handicap International en Afghanistan.

L’association est présente depuis près de 20 ans auprès des victimes afghanes de ces armes. L’équipe, composée de plus de 180 personnes, dont plusieurs victimes de mines et restes explosifs de guerre, concentre notamment ses efforts sur la réadaptation physique, l’appareillage, l'assistance aux victimes et l’éducation aux risques. Très concernée, Handicap International est un témoin des ravages grandissants causés par ces armes et s’indigne de cette situation intolérable pour les populations civiles.

Au total, en raison des conflits successifs ayant frappé l’Afghanistan depuis 1979, 750 000 personnes seraient encore menacées par la présence de mines et de restes explosifs de guerre, selon l’Observatoire des mines.

Publié le : 21 novembre 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Armes explosives en zones peuplées : Stop Bombing Civilians!
© Handicap International
Mines et autres armes

Armes explosives en zones peuplées : Stop Bombing Civilians!

Rendu public le 15 mai, un rapport sur l’utilisation des armes explosives dans le monde pointe les conséquences désastreuses pour les populations civiles. Handicap International poursuit son combat contre cette pratique barbare et invite le public à signer sa pétition en ligne.

+ 75 % de victimes : les bombardements de civils à l'origine d'une hausse historique
© L. Veuve / Handicap International
Mines et autres armes Urgence

+ 75 % de victimes : les bombardements de civils à l'origine d'une hausse historique

Handicap International appelle une nouvelle fois à ce que l’utilisation des armes explosives en zones peuplées cesse immédiatement et soit dénoncée par la communauté internationale. Si l’année 2015 a établi un record en termes de nombre de victimes de mines et de restes explosifs de guerre (REG), les bombardements en zones peuplées sont devenus massifs et systématiques dans les conflits récents ; ils tuent et blessent en majorité des civils. Focus à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines, le 4 avril.

Comment grandir quand une mine vous a pris votre jambe à seulement 5 ans ?
© Jaweed Tanveer / Handicap International
Accompagner les victimes de mines Appareiller et rééduquer

Comment grandir quand une mine vous a pris votre jambe à seulement 5 ans ?

Sayed a été blessé par l’explosion d’une mine artisanale alors qu’il n’avait que 5 ans. Des pièges fréquemment utilisés en Afghanistan, signe des tensions armées qui continuent de meurtrir le pays. Pris en charge par Handicap International après l’amputation de sa jambe gauche, le garçon retrouve progressivement son autonomie.