Go to main content
 
 

Kobané, le piège des restes explosifs de guerre

Déminer les terres Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre Secourir les victimes
Syrie

Handicap International alerte sur l’ampleur de la contamination par les armes non explosées en zones peuplées à Kobané. L’association débute la dépollution de ces engins de guerre et un projet de sensibilisation aux risques qu’ils engendrent. Elle appelle la communauté internationale à interdire l'usage des armes explosives dans les zones peuplées.

Photo de restes explosifs de guerre au milieu de décombres de la ville de Kobané. Handicap International mène un projet de dépollution pour protéger les civils qui risquent d'être tentés de les déplacer.

© P.Houillat / Handicap International

En avril dernier, les experts de Handicap International ont évalué la contamination par les restes explosifs de guerre de la ville de Kobané. Leur constat effrayant est détaillé dans un rapport sur les dommages causés par les combats dans la ville de Kobané et les villages alentours. Frédéric Maio, responsable du développement des programmes actions mines, raconte :

"Ce que nous avons vu à Kobané dépasse nos pires cauchemars : 80 % de la ville est détruite et de nombreuses armes non explosées comme des mortiers, roquettes, obus d'artillerie, bombes aériennes et engins explosifs improvisés sont présents dans les décombres. La densité des munitions en centre-ville est énorme : 10 au mètre carré. En plus, les lieux de combats regorgent encore de pièges comme des explosifs cachés dans les cadavres. Cette pollution constitue une menace quotidienne pour les civils qui tentent de rentrer chez eux. Elle les empêchera de reconstruire leur vie et rend impossible l'accès à plusieurs zones. Elle empêche aussi les organisations humanitaires de travailler et d'apporter l'aide nécessaire à cette population vulnérable."

Des mesures immédiates doivent être prises en Syrie pour protéger les civils des effets mortels ou invalidants de ces armes et pour aider les blessés. Handicap International invite la communauté internationale à reconnaitre les terribles conséquences de l'usage des armes explosives dans des zones peuplées telles que Kobané, et les Etats à s’engager dans un processus international destiné à mettre fin à ces pratiques.

L’association a entrepris des activités de sensibilisation aux risques pour protéger les civils susceptibles d’être exposés aux restes explosifs de guerre. Handicap International s’engage à apporter aux communautés de la région de Kobané son expertise en matière de recherche, de dépollution et de destruction d'armes conventionnelles et de dispositifs explosifs improvisés.

Publié le : 10 juin 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les bombardements en zones peuplées, un désastre pour les civils
© E. Fourt / HI
Déminer les terres Mines et autres armes

Les bombardements en zones peuplées, un désastre pour les civils

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a discuté le 23 mai de la protection des civils dans les conflits armés. Une délégation de Handicap International était présente au siège de l'ONU pour convaincre les États de s'engager contre les bombardements en zones peuplées. À la tête de cette délégation, Alma Al Osta, responsable Plaidoyer armes, explique les actions de l'association.

Handicap International dénonce le bombardement des zones peuplées d’Idlib
© HI
Mines et autres armes Urgence

Handicap International dénonce le bombardement des zones peuplées d’Idlib

Alors que les combats se sont intensifiés dans le Nord-ouest de la Syrie, en particulier sur la ville d’Idlib et le Sud de la province, Handicap International s’inquiète du sort des milliers de civils qui sont directement exposés aux bombardements.

Axelle Red : « La situation des réfugiés syriens me touche énormément parce que cela pourrait nous arriver à tous »
© Laurie Dieffembacq-Belga / HI
Mines et autres armes Secourir les déplacés/réfugiés

Axelle Red : « La situation des réfugiés syriens me touche énormément parce que cela pourrait nous arriver à tous »

Femme de conviction et de cœur, engagée depuis plusieurs décennies dans des causes humanistes, Axelle Red est ambassadrice de Handicap International depuis 2017. Son répertoire, à découvrir ou redécouvrir, est un beau voyage dans les méandres de l’âme humaine et du monde, où elle arbore toujours la flamme de l’espoir. Entretien.