Go to main content

Khem, star du football !

Appareiller et rééduquer
Népal

Comme beaucoup d'enfants de son âge, Khem, 11 ans, est beaucoup plus à l'aise sur un terrain de foot que dans une salle de classe. Pour sa mère, le voir aussi épanoui et agile de ses jambes est une source de joie immense. En effet, suite à un accident survenu lorsqu'il était bébé, Khem ne pouvait pas marcher correctement. Une opération chirurgicale et un accompagnement spécifique par Handicap International lui ont permis de retrouver toute sa mobilité.

Khem jouant au football

© B. Blondel / Handicap International

A le voir ainsi jongler comme une star du football, on imagine bien le temps passé par Khem à s'entrainer le ballon entre les jambes. Ce dont on est loin de se douter, c'est que cinq ans auparavant, Khem ne pouvait pas marcher normalement. « Quand il était bébé, Khem s'est avancé, à quatre pattes, vers une lampe à huile qui avait attiré sa curiosité et l'a faite basculer sur lui. », explique sa mère. La jambe gauche de l'enfant a été sévèrement brûlée. Ses muscles se sont alors peu à peu contractés jusqu'à bloquer son pied en position rétractée. Khem ne pouvait ni étirer sa jambe en position droite, ni marcher correctement.

En 2008, grâce au soutien de Handicap International, Khem a pu bénéficier d'une opération de chirurgie correctrice qui a changé sa vie. L'association a pris en charge le transport et les frais d'hospitalisation à l'hôpital mémorial de Sushma Koirala, à l'Est de Katmandu. Mais surtout, Handicap International s'est assurée qu'après l'opération l'enfant bénéficierait d'exercices de rééducation réguliers afin de lui permettre de retrouver toute sa mobilité.

Un agent communautaire est venu à son domicile pour lui faire pratiquer des exercices de rééducation. Elle a expliqué à son grand frère et à sa mère les différents mouvements et massages à dispenser régulièrement à Khem. Mois après mois, ces exercices lui ont permis de gagner en mobilité en aidant ses muscles à se décontracter. « Je suis content d'avoir pu l'aider ainsi, explique son grand frère, et cela nous a aussi permis d'avoir de vrais moments de complicité. Aujourd'hui, Khem est méconnaissable ! Il va vers les autres, et il fonce toujours en avant dans la vie, comme sur le terrain de foot ! Lorsqu'il jouera pour Manchester United, j'espère qu'il se souviendra que j'étais son premier supporter ! »

Publié le 18 juillet 2013.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les pires inondations au Népal en 15 ans : Handicap International en état d’alerte
© Handicap International
Urgence

Les pires inondations au Népal en 15 ans : Handicap International en état d’alerte

Inondations et glissements de terrain ont frappé le Népal au cours des cinq derniers jours. Les premiers bilans font état de 123 morts et d’au moins 35 disparus. Le Sud du pays est le plus touché. Des milliers de maisons ont été inondées dans la province de Terai ; 80 % des terres arables ont été détruites. 600 000 personnes sont touchées par les pires inondations depuis 15 ans au Népal. Les équipes locales de Handicap International évaluent les besoins et le type d’aide qu’elles pourraient apporter.

Deux ans après, nos équipes toujours présentes pour les victimes du séisme
© Tim Dirven / Handicap International
Droit Insertion Prévention Réadaptation

Deux ans après, nos équipes toujours présentes pour les victimes du séisme

Active au Népal depuis dix-sept ans, Handicap International est intervenue dès les premières heures qui ont suivi le séisme du 25 avril 2015. Deux ans après la catastrophe, l’association qui a aidé des milliers de victimes intervient toujours dans le pays.

Nirmala et Khendo, amies pour la vie
© Lucas Veuve / Handicap International
Insertion Réadaptation

Nirmala et Khendo, amies pour la vie

Victimes du séisme qui a frappé le Népal le 25 avril 2015, Nirmala et Khendo ont dû être amputées. Avec le soutien de Handicap International, les deux fillettes ont suivi des séances de réadaptation et ont reçu une prothèse. Deux ans plus tard, toujours inséparables, elles remarchent et vont à l’école. Chaque mois, elles se rendent au centre de réadaptation.