Go to main content

Joha alerte les enfants sur les dangers des restes explosifs de guerre

Mines et autres armes
Syrie

Handicap International mène avec plusieurs partenaires locaux des séances d’éducation aux risques sur le territoire syrien, en priorité auprès des populations déplacées par les violences. L’intensité des bombardements qui laissent de nombreuses zones contaminées par les restes explosifs de guerre, l’utilisation de mines et d’engins explosifs improvisés exposent les civils. Laurent Davy, responsable de programmes à Handicap International, explique toute l’importance de sensibiliser les Syriens à cette menace.

Un enfant dessine une zone contaminée par les mines et restes explosifs de guerre lors d’une séance de sensibilisation avec Handicap International

Un enfant dessine une zone contaminée par les mines et restes explosifs de guerre lors d’une séance de sensibilisation avec Handicap International | © Handicap International

Portrait de Laurent Davy, responsable des programmes Syrie à Handicap International © Handicap InternationalLaurent Davy, responsable des programmes Syrie à Handicap International : « C’est l'une des premières fois que nous menons des programmes d’éducation aux risques alors qu’un conflit est toujours en cours. Jusqu’à maintenant, Handicap International intervenait une fois la paix retrouvée et signée. Mais les besoins sont réellement pressants. Le niveau de pollution par les mines et les restes explosifs est extrêmement élevé en Syrie. Beaucoup de personnes sont exposées à ces dangers, notamment celles déplacées par les violences et qui se retrouvent dans un  environnement – un quartier, un village, etc. – totalement nouveau pour elles.

C’est pourquoi nous cherchons à nous adresser en priorité aux déplacés, principalement aux femmes et aux enfants. Ces derniers peuvent apporter des changements au sein de leur foyer en influençant les habitudes de leurs parents et de leurs proches. Nous privilégions également les zones assiégées ou difficilement accessibles.

> Lire aussi "Shahoud et l'équipe des héros ont pour mission de sauver des vies"

La marionnette Joha pour alerter

Pour les enfants, nous avons notamment créé un spectacle de marionnettes avec un personnage, Joha, qui fait des bêtises, se met en danger et fait réagir les enfants. "Non Joha ! Ne va pas là, c’est dangereux, il y a une mine !" Ce spectacle vise à inculquer aux enfants les bons réflexes : quand on voit un objet inconnu, on ne touche pas, on ne s’approche pas, on avertit une grande personne. Les enfants apprennent également à reconnaître la signalisation indiquant un danger et à en créer eux-mêmes avec ce qu’ils ont sous la main : des branches, une pierre…

Nous employons également un pick-up muni d’un haut-parleur pour diffuser des messages dans certains quartiers. Nos équipes font également du porte à porte, distribuent des brochures d’information et sensibilisent les habitants aux risques des mines et restes explosifs.

> Lire le dossier spécial "Bombarder des civils, ce n'est pas la guerre, c'est un crime !"

400 000 personnes sensibilisées

L’anéantissement de toute économie a entraîné la disparition des sources de revenus pour les familles, ce qui fait que de nombreux adultes et même des enfants collectent les morceaux de métaux qu’ils trouvent sur le sol pour les revendre. Or, ces pièces de métal peuvent être des restes explosifs ou des engins explosifs improvisés.

> Lire "Les blessures par armes explosives provoquent de lourds handicaps"

La contamination par les restes explosifs de guerre et les mines sera encore forte de nombreuses années après le conflit. Les activités d’éducation aux risques permettent de réduire le nombre d’accidents.

Près de 400 000 personnes ont déjà été sensibilisées aux risques liés aux mines et restes explosifs de guerre par Handicap International et ses partenaires depuis janvier 2013. »

> Lire le dossier "Civils syriens, l'avenir mutilé"

Publié le : 19 décembre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Votre aide a renforcé notre motivation"
© Elisa Fourt / HI
Réadaptation Urgence

"Votre aide a renforcé notre motivation"

Talal et sa famille sont réfugiés au Liban depuis le début de la guerre en Syrie. L’année dernière, le père de famille a été victime d’un grave accident et est aujourd'hui partiellement paralysé. Handicap International l’accompagne avec des soins de kinésithérapie.

Le quotidien de Mariam, kinésithérapeute au chevet des réfugiés syriens
© Elisa Fourt / HI
Réadaptation

Le quotidien de Mariam, kinésithérapeute au chevet des réfugiés syriens

La guerre qui déchire la Syrie depuis bientôt sept ans a provoqué des mouvements de population sans précédent. On compte plus de 5 millions de réfugiés syriens dans les pays limitrophes, dont plus d’un million rien qu'au Liban. Mariam travaille comme kinésithérapeute pour Handicap International dans le pays depuis le lancement de la réponse d’urgence de l’association. Elle raconte son quotidien au chevet des réfugiés, elle qui voit concrètement sur le terrain l'énorme différence que la réadaptation apporte dans la vie des personnes touchées par le conflit.

+ 150 % de victimes de mines en trois ans : arrêtez le massacre !
© M. Ashraf / HI
Mines et autres armes

+ 150 % de victimes de mines en trois ans : arrêtez le massacre !

Le rapport 2017 de l’Observatoire des mines rend compte de l’augmentation spectaculaire pour la troisième année consécutive du nombre annuel de nouvelles victimes de mines et restes explosifs de guerre. Entre 2013 et 2016, l’accroissement de 150 % du nombre de victimes s’explique par des bilans particulièrement lourds dans les zones de conflit en Afghanistan, en Libye, en Ukraine et au Yémen. Alors que la conférence des États parties au Traité d’Ottawa se tient du 18 au 22 décembre à Vienne en Autriche, Handicap International appelle les États à appliquer le Droit international humanitaire et à faire pression sur les belligérants pour arrêter d’utiliser ces armes barbares.