Go to main content

« Je voudrais qu’aucun enfant ne vive ce que j’ai vécu »

Abd al Rahman, 12 ans, vient de Damas. Au début de la guerre en Syrie, il a été gravement blessé lors d’un bombardement. Depuis 2012, il est réfugié en Jordanie avec sa famille. Grâce à l’aide de Handicap International, il espère pouvoir de nouveau marcher comme avant pour devenir, un jour, pilote d’avion.

Testimony_Abdul rahman_Jordan

Abdul rahman en séance de Kinésithérapie. | © E. Fourt / Handicap International

Abd al Rahman regarde par la fenêtre de la salle de rééducation de Handicap International, les yeux tournés vers le ciel. « Son plus grand rêve est de voler », explique Hanane, sa mère, alors que le jeune garçon effectue quelques exercices avec Hussein, kinésithérapeute de l’association. « Mon fils est très intelligent, il adore étudier et c’est le premier de sa classe », ajoute-t-elle fièrement.

Il y a 5 ans, alors qu’il jouait avec ses voisins dans son quartier en Syrie, Abd al Rahman a été touché par des éclats d’obus lors d’un bombardement. « On l’a directement transporté à l’hôpital. Il a été d’abord opéré trois fois là-bas puis une quatrième fois ici, en Jordanie », raconte Hanane. Une barre de fer ressort encore de la jambe du jeune garçon, même des années après le bombardement. Abd al Rahman s’applique à effectuer les mouvements de kinésithérapie pendant la session. « J’ai hâte de pouvoir marcher comme avant », dit-il. « Il le faut, pour que je puisse devenir pilote. »

Motivé par son rêve, le jeune Syrien prend son mal en patience et sourit malgré la douleur et les cicatrices. Abd Al Rahman se rappelle de sa vie en Syrie : « Je me souviens de mon meilleur ami, du chemin de l’école, des repas de famille… » Puis, les souvenirs laissent place à ses espoirs pour le futur. « J’aimerais qu’aucun enfant ne soit plus jamais touché par un bombardement, que personne ne vive ce que j’ai vécu. Et j’aimerais que la paix revienne dans mon pays. C’est tout ce que je souhaite, quand je pense à l’avenir. »

 

Publié le : 1 juin 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques
© Benoit Almeras / HI
Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques

De nombreux restes explosifs de guerre, hérités de dizaines d'années de conflits armés, polluent encore la région du Lac Tchad. Handicap International protège la population de ces restes explosifs grâce au marquage des zones dangereuses et à des séances d’éducation aux risques.

Nos actions en 2017 Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre Secourir les déplacés et/ou les réfugiés Secourir les victimes

Nos actions en 2017

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre
© E. Fourt / HI
Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre Secourir les victimes

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre

Un an après la libération de Mossoul, HI publie un mini-rapport sur la pollution phénoménale de Mossoul par les restes explosifs de guerre, consécutive à plusieurs mois de combats. Particulièrement en cause : les bombardements massifs et quasi quotidiens pendant l’offensive militaire entre octobre 2016 et juillet 2017.