Go to main content
 
 

« Je voudrais qu’aucun enfant ne vive ce que j’ai vécu »

Abd al Rahman, 12 ans, vient de Damas. Au début de la guerre en Syrie, il a été gravement blessé lors d’un bombardement. Depuis 2012, il est réfugié en Jordanie avec sa famille. Grâce à l’aide de Handicap International, il espère pouvoir de nouveau marcher comme avant pour devenir, un jour, pilote d’avion.

Testimony_Abdul rahman_Jordan

Abdul rahman en séance de Kinésithérapie. | © E. Fourt / Handicap International

Abd al Rahman regarde par la fenêtre de la salle de rééducation de Handicap International, les yeux tournés vers le ciel. « Son plus grand rêve est de voler », explique Hanane, sa mère, alors que le jeune garçon effectue quelques exercices avec Hussein, kinésithérapeute de l’association. « Mon fils est très intelligent, il adore étudier et c’est le premier de sa classe », ajoute-t-elle fièrement.

Il y a 5 ans, alors qu’il jouait avec ses voisins dans son quartier en Syrie, Abd al Rahman a été touché par des éclats d’obus lors d’un bombardement. « On l’a directement transporté à l’hôpital. Il a été d’abord opéré trois fois là-bas puis une quatrième fois ici, en Jordanie », raconte Hanane. Une barre de fer ressort encore de la jambe du jeune garçon, même des années après le bombardement. Abd al Rahman s’applique à effectuer les mouvements de kinésithérapie pendant la session. « J’ai hâte de pouvoir marcher comme avant », dit-il. « Il le faut, pour que je puisse devenir pilote. »

Motivé par son rêve, le jeune Syrien prend son mal en patience et sourit malgré la douleur et les cicatrices. Abd Al Rahman se rappelle de sa vie en Syrie : « Je me souviens de mon meilleur ami, du chemin de l’école, des repas de famille… » Puis, les souvenirs laissent place à ses espoirs pour le futur. « J’aimerais qu’aucun enfant ne soit plus jamais touché par un bombardement, que personne ne vive ce que j’ai vécu. Et j’aimerais que la paix revienne dans mon pays. C’est tout ce que je souhaite, quand je pense à l’avenir. »

 

Publié le : 1 juin 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump
© Basile Barbey / HI
Mines et autres armes

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump

Victime d’une mine, Gniep Smoeun est l’une des premières personnes appareillées par Handicap International au début des années 80. Face au Palais des Nations à Genève le 13 février, elle a porté la voix des victimes face à la décision de l’administration Trump de réintroduire les mines antipersonnel dans l’arsenal américain, et demande aux États d’user de toute leur influence pour que les États-Unis reviennent sur cette décision révoltante.

Civils bombardés : la déclaration politique devra être ambitieuse
© ISNA Agency / HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Civils bombardés : la déclaration politique devra être ambitieuse

Plus de 70 États se sont réunis le 10 février à Genève lors du deuxième cycle de négociations, destiné à aboutir le 26 mai prochain à Dublin à la Déclaration politique contre l’usage des armes explosives en zones urbaines.

Handicap International révoltée par la décision de l’Administration Trump de relancer l’utilisation des mines
© M. Ashraf / HI
Mines et autres armes

Handicap International révoltée par la décision de l’Administration Trump de relancer l’utilisation des mines

Co-prix Nobel de la paix pour son combat contre les mines et fer de lance du déminage humanitaire, Handicap International est révoltée par le retour des mines antipersonnel dans l’arsenal américain. Plus de 20 ans après la signature du Traité d’Ottawa, la décision du Président Trump constitue un changement de politique assassin.