Accès direct au contenu
 
 

« Je voudrais qu’aucun enfant ne vive ce que j’ai vécu »

Abd al Rahman, 12 ans, vient de Damas. Au début de la guerre en Syrie, il a été gravement blessé lors d’un bombardement. Depuis 2012, il est réfugié en Jordanie avec sa famille. Grâce à l’aide de Handicap International, il espère pouvoir de nouveau marcher comme avant pour devenir, un jour, pilote d’avion.

Testimony_Abdul rahman_Jordan

Abdul rahman en séance de Kinésithérapie. | © E. Fourt / Handicap International

Abd al Rahman regarde par la fenêtre de la salle de rééducation de Handicap International, les yeux tournés vers le ciel. « Son plus grand rêve est de voler », explique Hanane, sa mère, alors que le jeune garçon effectue quelques exercices avec Hussein, kinésithérapeute de l’association. « Mon fils est très intelligent, il adore étudier et c’est le premier de sa classe », ajoute-t-elle fièrement.

Il y a 5 ans, alors qu’il jouait avec ses voisins dans son quartier en Syrie, Abd al Rahman a été touché par des éclats d’obus lors d’un bombardement. « On l’a directement transporté à l’hôpital. Il a été d’abord opéré trois fois là-bas puis une quatrième fois ici, en Jordanie », raconte Hanane. Une barre de fer ressort encore de la jambe du jeune garçon, même des années après le bombardement. Abd al Rahman s’applique à effectuer les mouvements de kinésithérapie pendant la session. « J’ai hâte de pouvoir marcher comme avant », dit-il. « Il le faut, pour que je puisse devenir pilote. »

Motivé par son rêve, le jeune Syrien prend son mal en patience et sourit malgré la douleur et les cicatrices. Abd Al Rahman se rappelle de sa vie en Syrie : « Je me souviens de mon meilleur ami, du chemin de l’école, des repas de famille… » Puis, les souvenirs laissent place à ses espoirs pour le futur. « J’aimerais qu’aucun enfant ne soit plus jamais touché par un bombardement, que personne ne vive ce que j’ai vécu. Et j’aimerais que la paix revienne dans mon pays. C’est tout ce que je souhaite, quand je pense à l’avenir. »

 

Publié le : 1 juin 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

La Covid-19 aggrave la misère des sans-abri
© HI
Inclusion Santé

La Covid-19 aggrave la misère des sans-abri

À Lomé, capitale du Togo, les restrictions liées à la Covid-19 ont aggravé les conditions de vie des sans-abri. Parmi eux, beaucoup d’enfants et de mères isolées. Handicap International a organisé des maraudes pour leur venir en aide.

Covid-19 en Haïti : sensibilisation de la population et des taxis-moto
© HI
Prévention Santé Urgence

Covid-19 en Haïti : sensibilisation de la population et des taxis-moto

Dans ces deux vidéos, Fanor Gustave et Charles Fernand, membres de notre équipe sur place, vous expliquent les actions mises en place par Handicap International en Haïti pour contribuer à freiner la propagation du coronavirus : la sensibilisation de la population aux gestes barrières et celle des chauffeurs de taxis-moto à Port-au-Prince, un moyen de transport très utilisé.

Crise syrienne : pandémie, effondrement économique... et maintenant la famine
© Chris Huby / HI
Santé Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Crise syrienne : pandémie, effondrement économique... et maintenant la famine

Sept organisations humanitaires, dont Handicap International, demandent aux États participant à la Conférence des donateurs sur la crise syrienne (29-30 juin à Bruxelles) de trouver des réponses adéquates face à l’impact de la pandémie de Covid-19 sur la situation humanitaire en Syrie.