Go to main content

« Je veux juste que son futur soit beau »

Arjwan, 6 ans, a été gravement blessée dans un bombardement en Syrie, en 2013. Quatorze membres de sa famille sont décédés ce jour-là. Transportée d’urgence en Jordanie, elle vit désormais avec sa grand-mère dans le camp de Zaatari. Handicap International l’aide à se remettre de ses blessures avec des séances de kinésithérapie.

Testimony_Arjwan_Jordan

Arjwan, dans le camp de Zaatari en jordanie. Elle fait des exercices de Kinésithérapie. | © E. Fourt / Handicap International

Lorsque Mohammad, kinésithérapeute de Handicap International, rentre dans la caravane de la famille d’Arjwan, la petite fille aux yeux bleus le regarde timidement. Equipée de chaussures orthopédiques données par l’association, elle s’assied à côté de lui. Ce n’est que lorsque Mohammad découvre le bas de la jambe de la petite fille que l’on comprend ce qui a pu lui arriver. De grosses cicatrices habillent la jambe d’Arjwan, témoins de la violence du bombardement qu’elle a vécu.

« Ce jour d’Octobre 2013, Arjwan était avec ses parents et sa petite sœur d’un an, à Deraa », se souvient sa grand-mère, qui prend désormais soin d’elle ici. « Moi, j’étais déjà réfugiée en Jordanie. Ce soir-là, des gens du camp m’ont informée que le quartier de ma famille, en Syrie, avait été bombardé. Quatorze personnes étaient décédées, dont la mère et la petite sœur d’Arjwan. On m’a aussi dit que ma petite fille avait été transportée d’urgence en Jordanie pour se faire soigner. Je suis immédiatement allée la retrouver à l’hôpital. Quand je l’ai vue, je ne l’ai pas reconnue… Sa tête était partiellement brûlée et ouverte, et elle était blessée au niveau de la jambe. J’étais dévastée. »

Handicap International aide Arjwan à se remettre debout. La petite fille parle peu, encore marquée par ce qui lui est arrivé. Elle s’applique à faire tous les exercices de kinésithérapie lors de chaque session de réadaptation. « Elle est très intelligente », ajoute sa grand-mère, en la regardant tendrement. « J’étais professeure d’école en Syrie, alors je lui apprends des choses au quotidien. Elle sait déjà compter jusqu’à dix en anglais et cent en arabe. Bientôt, elle ira également à l’école dans le camp. Notre vie ici est compliquée mais je me lève chaque matin avec une seule idée en tête : faire tout mon possible, maintenant, pour que le futur d’Arjwan soit beau. »

 

Publié le : 1 juin 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !
© Elise Cartuyvels / HI

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »
© Elise Cartuyvels / HI

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »

Sudan Rimal, 29 ans, est kinésithérapeute pour Handicap International au Népal. Après le séisme qui a frappé le pays le 25 avril 2015, il a aidé des centaines de victimes en menant des séances de réadaptation et en leur apprenant à remarcher. Témoignage d’un professionnel qui a beaucoup appris de cette catastrophe.

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes
© Elise Cartuyvels / HI

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes

Le 25 avril 2015, la terre tremblait au Népal. Plus de 8 000 personnes perdaient la vie et plus de 22 000 autres étaient blessées. Handicap International est immédiatement intervenue auprès des personnes affectées. L’association a aidé plus de 15 000 personnes dont Ramesh, Nirmala et Khendo.