Go to main content

« Je me souviens encore de l’explosion »

Abdallah, 16 ans, originaire de Deraa, en Syrie. En 2014, il a été victime d’un bombardement. Amputé d’une jambe, il vit désormais en Jordanie et il réapprend à se déplacer avec l’aide de Handicap International.

Testimony_Abdalah_Jordan

Abdalah réapprend à marcher avec l'aide de l'équipe de Handicap International. | © E. Fourt / Handicap International

« Je me rappelle encore de ce jour-là », raconte Abdallah. « J’étais chez moi, avec ma famille. C’était un matin. Des avions sont arrivés et ont bombardé notre quartier… Je me souviens de l’explosion… Mon père et moi avons été blessés, mon voisin est mort sur le coup. Et puis j’ai perdu connaissance… » L’adolescent fait une pause, puis ajoute : « Je me suis réveillé une semaine plus tard, à l’hôpital de Ramtha, en Jordanie. J’étais complètement perdu et je souffrais beaucoup. Les médecins ont testé la sensibilité de mes jambes, et puis, ils ont finalement décidé d’en amputer une. J’ai passé deux mois à l’hôpital, puis j’ai commencé les sessions de réadaptation dans un centre de soins. »

Salam, kinésithérapeute de l’association, prend en charge Abdallah depuis plusieurs semaines. « Nous lui avons d’abord donné une chaise roulante et des béquilles pour se déplacer. Comme il est aujourd’hui appareillé d’une prothèse, nous lui apprenons à se déplacer avec. Cela l’aide au quotidien, mais aussi pour sa pratique sportive », explique-t-elle. « J’adore le basketball », ajoute Abdallah, « je fais partie d’une équipe locale ici. Je vais aussi beaucoup à la salle de sport, quand je ne suis pas au lycée ou avec mes amis ». « Mon fils est un athlète, malgré son handicap », ajoute fièrement sa mère, Rahma, avec un grand sourire.

Si Abdallah et elle ont trouvé refuge en Jordanie, une partie de leur famille est restée bloquée en Syrie. « Je leur parle parfois, quand la connexion internet fonctionne correctement », explique l’adolescent. « Ils me disent que la situation y est très dure, qu’il y a encore des bombardements… J’aimerais que ce conflit s’arrête, et pouvoir rentrer dans mon pays. Mais en attendant que cela arrive, j’étudie beaucoup. Un jour, j’aimerais devenir médecin prothésiste. »

 

Publié le : 1 juin 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !
© Elise Cartuyvels / HI

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »
© Elise Cartuyvels / HI

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »

Sudan Rimal, 29 ans, est kinésithérapeute pour Handicap International au Népal. Après le séisme qui a frappé le pays le 25 avril 2015, il a aidé des centaines de victimes en menant des séances de réadaptation et en leur apprenant à remarcher. Témoignage d’un professionnel qui a beaucoup appris de cette catastrophe.

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes
© Elise Cartuyvels / HI

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes

Le 25 avril 2015, la terre tremblait au Népal. Plus de 8 000 personnes perdaient la vie et plus de 22 000 autres étaient blessées. Handicap International est immédiatement intervenue auprès des personnes affectées. L’association a aidé plus de 15 000 personnes dont Ramesh, Nirmala et Khendo.