Accès direct au contenu
 
 

Je me sens comme prise au piège Zibon, 80 ans, réfugiée

Urgence
Bangladesh

Zibon Sona est veuve. À 80 ans, elle a dû quitter la Birmanie en septembre dernier et s'est réfugiée dans un camp improvisé au Bangladesh. À cause d'un handicap moteur, elle est incapable de sortir de son abri de bâches et dépend totalement de sa fille pour les soins de base.

Zibon Sona, réfugiée au Bangladesh, reçoit l'aide de Handicap International

© A. Islam / Handicap International

« Je suis couchée seule sous cette tente toute la journée. Tout mon corps souffre et nous avons faim tout le temps. Ma fille essaie de s’occuper de moi mais elle doit aider le reste de la famille. Elle me laisse ici pour aller chercher de la nourriture et de l'eau potable. Je ne peux pas me laver ou aller directement aux toilettes, alors je me sens comme prise au piège. »

Zibon Sona, 80 ans, réfugiée au Bangladesh

L'équipe mobile de Handicap International a rencontré Zibon qui a besoin de soins en réadaptation physique et d'un soutien médical pour retrouver une certaine autonomie. Elle n'a pas encore été à l'hôpital car sa famille ne peut pas payer le transport. L’association veillera à ce qu'elle reçoive les soins nécessaires.

Depuis le 30 août 2017, Handicap International est venue en aide à près de 10 000 réfugiés :

  • Plus de 3 000 personnes ont été interviewées et leurs besoins identifiés lors d’enquêtes de proximité.
  • L’association a fourni un soutien psychologique d’urgence à plus de 2 000 personnes.
  • Près de 400 séances de réadaptation ont été dispensées et 160 aides à la mobilité (fauteuils roulants, béquilles…) distribuées.
  • Une aide psychosociale a été apportée par nos équipes à plus de 300 adultes et 350 enfants.
Publié le : 13 octobre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI sous le choc devant l’ampleur des besoins de réadaptation à Beyrouth
© Anwar AMRO / AFP
Urgence

HI sous le choc devant l’ampleur des besoins de réadaptation à Beyrouth

Les blessures provoquées par les énormes explosions qui se sont produites mardi à Beyrouth comprennent des brûlures, des fractures et des amputations, en plus des milliers de blessures mineures et majeures causées par le verre brisé. 500 personnes auront probablement besoin d'une rééducation physique pour se rétablir.

Les victimes de l'explosion à Beyrouth auront besoin de l'aide de HI.
© Mikhail Alaeddin / Sputnik /AFP PHOTO
Urgence

Les victimes de l'explosion à Beyrouth auront besoin de l'aide de HI.

Les scènes de dévastation qui ont suivi une énorme explosion à Beyrouth ne laissent aucun doute quant aux besoins immédiats et urgents des plus de 4 000 personnes blessées. L'équipe d'experts de HI déjà basée dans le pays est prête à apporter de l'aide à ceux qui en ont besoin.

Covid-19 en Haïti : sensibilisation de la population et des taxis-moto
© HI
Prévention Santé Urgence

Covid-19 en Haïti : sensibilisation de la population et des taxis-moto

Dans ces deux vidéos, Fanor Gustave et Charles Fernand, membres de notre équipe sur place, vous expliquent les actions mises en place par Handicap International en Haïti pour contribuer à freiner la propagation du coronavirus : la sensibilisation de la population aux gestes barrières et celle des chauffeurs de taxis-moto à Port-au-Prince, un moyen de transport très utilisé.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris