Go to main content
 
 

« J’étais désespérée et on m'a écoutée »

Appareiller et rééduquer Déminer les terres Secourir les victimes
Liban Syrie

Najah, blessée lors d'une attaque à Homs, est aujourd'hui réfugiée au Liban. Prise en charge par Handicap International, elle témoigne.

© G. Dubourthoumieu / Handicap International

Najah, sa petite fille de 5 mois et sa belle-sœur roulent en taxi à Homs lorsque celui-ci est pris dans une fusillade.

« De nombreuses balles ont atteint le véhicule, venant de tous les côtés. J'ai hurlé au chauffeur de faire demi-tour mais il ne m'a pas écoutée. Je serrais désespérément Rawaa dans mes bras, tentant de la protéger quand j'ai reçu une balle dans l'omoplate. Je paniquais tellement que je ne m'en suis même pas aperçue. Je n'ai senti aucune douleur. J'ai seulement remarqué le sang et pensé que mon bébé était blessé. Puis j'ai perdu connaissance. Je suis restée dans le coma pendant un mois. », se souvient Najah.

Peu de temps après, Najah fuit la Syrie avec sa petite fille, son mari et sa belle-sœur pour se réfugier au Liban. Mais peu à peu, son mari la délaisse. Elle se retrouve alors seule avec son enfant, sans aucun soutien. Alertée de sa situation, une équipe mobile de Handicap International la rencontre. Elle lui fournit immédiatement un fauteuil roulant. Une kinésithérapeute de l'association lui dispense des séances de rééducation et l'accompagne dans ses sorties. Face à la détresse de Najah, un suivi psychosocial est également mis en place. Elle se livre :

« J'étais désespérée et on m'a écoutée. C'était très important pour moi. Maintenant encore, plusieurs mois après, j'appelle toujours mon psychologue quand je ne me sens pas bien. »

Aujourd'hui, Najah a repris goût à la vie et est prête à s'occuper seule de sa fille âgée de deux ans et de son appartement. Un nouveau fauteuil roulant plus léger et plus maniable, que va lui remettre Handicap International, lui permettra également de sortir avec sa fille en complète autonomie.

Publié le : 7 mars 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Déminage au Laos : les équipes ne lâchent rien
© N. Lozano Juez / HI
Déminer les terres

Déminage au Laos : les équipes ne lâchent rien

Handicap International continue d’éliminer la menace et de réduire les risques que les restes explosifs de guerre font aujourd’hui encore peser sur les Laotiens. Plus de 40 ans après la fin de la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays plus pollué au monde par ces armes non explosées. Enfouies dans les forêts et les champs, elles représentent une menace directe pour la population et un frein au développement économique.

Escalade de la violence dans le Nord-ouest de la Syrie
© HI
Urgence

Escalade de la violence dans le Nord-ouest de la Syrie

Des dizaines de civils ont été tués lors des bombardements dans la province d'Idlib, dans le Nord-ouest de la Syrie déchirée par la guerre, selon Najat Rochdi, principale conseillère humanitaire de l'envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, et plusieurs autres observateurs. Handicap International réitère son appel à cesser immédiatement les bombardements des zones peuplées de civils.

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos, pays martyr des bombes
© HI
Déminer les terres

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos, pays martyr des bombes

Au moins 2 millions de tonnes de bombes ont été larguées sur le Laos par les États-Unis pendant la guerre du Vietnam. Plus de 50 ans après, le pays demeure le plus pollué au monde par les restes explosifs de guerre. Handicap International agit depuis plus de 20 ans aux côtés des Laotiens dans la lutte contre ces bombes à retardement. Découvrez un reportage du journal La Croix réalisé à l’occasion du partenariat entre le journal et notre association.