Go to main content

« J’ai si mal »

Urgence
Bangladesh

Zibon Sona est veuve. A 80 ans, elle a dû quitter le Myanmar en septembre dernier et s'est réfugiée dans un camp improvisé au Bangladesh. En raison d'un handicap moteur, elle est incapable de sortir de son abri de bâche et dépend totalement de sa fille pour des soins de base.

Portrait de Zibon Sona | © Reiza Dejito / HI

«Je suis couchée seule sous cette tente toute la journée. Tout mon corps souffre et nous avons faim tout le temps. Ma fille essaie de s'occuper de moi mais elle doit aider le reste de la famille. Elle me laisse ici pour aller chercher de la nourriture et de l'eau potable. Je ne peux pas me laver ou aller directement aux toilettes, alors je me sens comme prises au piège. »

L'équipe mobile de Handicap International (HI) a pu rencontrer Zibon qui a besoin de soins en réadaptation physique et d'un soutien médical pour retrouver une certaine indépendance. Elle n'a pas encore été à l'hôpital car sa famille ne peut pas payer le transport. HI veillera à ce qu'elle reçoive les soins dont elle a besoin.

  • Depuis le 30 août, Handicap International est venue en aide à près de 10 000 réfugiés
    • Plus de 3 000 personnes ont été interviewées et leurs besoins identifiées lors d’enquêtes de porte à porte ;
    • L’association a fourni une aide psychologique d’urgence à plus de 2 000 personnes ;
    • Près de 400 séances de réadaptation ont été dispensées et 160 aides à la mobilité (fauteuils roulants, béquilles…) distribuées ;
    • Une aide psycho-sociale a été apportée par nos équipes à plus de 300 adultes et plus de 350 enfants.
Publié le : 24 novembre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Votre aide a renforcé notre motivation"
© Elisa Fourt / HI
Réadaptation Urgence

"Votre aide a renforcé notre motivation"

Talal et sa famille sont réfugiés au Liban depuis le début de la guerre en Syrie. L’année dernière, le père de famille a été victime d’un grave accident et est aujourd'hui partiellement paralysé. Handicap International l’accompagne avec des soins de kinésithérapie.

Farhana, kinésithérapeute, raconte son travail dans un camp de réfugiés
© Philippa Poussereau / HI
Réadaptation

Farhana, kinésithérapeute, raconte son travail dans un camp de réfugiés

Farhana, kinésithérapeute de Handicap International, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés au monde. Ibrahim est l’un des 600 000 Rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont réalisé ensemble.

Noorayesha ne veut pas être un fardeau pour sa famille
© Philippa Poussereau / HI
Urgence

Noorayesha ne veut pas être un fardeau pour sa famille

Parmi les 625 000 réfugiés Rohingyas au Bangladesh, plusieurs centaines vivent avec un handicap grave. Leurs familles doivent lutter pour prendre soin d’eux dans les conditions de vie difficiles des camps. Noorayesha est partiellement paralysée et ne peut pas quitter sa tente.