Go to main content
 
 

« J’ai l’impression que l’espoir est mort en Syrie »

Nassrah a 56 ans et vient de Deraa, au sud de la Syrie. Au début du conflit, sa maison a été bombardée. Blessée à la jambe par un missile, elle a du se faire amputer. Appareillée d’une prothèse par Handicap International, elle réapprend désormais à marcher avec l’aide de l’association.

Testimony_Nassrah

Nassrah, avec son déambulateur. | © E. Fourt / Handicap International

Assise devant sa caravane, Nassrah accueille Mohamed, kinésithérapeute de Handicap International, qui lui rend régulièrement visite. Elle agrippe son déambulateur, l’invite à entrer chez elle et lui propose un café. Elle retire sa prothèse pour faire les exercices de réadaptation, et raconte : « J’ai perdu ma jambe au début de la révolution. Nous étions assis chez nous, avec mes enfants, quand des tanks sont arrivés et ont commencé à bombarder. Un missile est entré par la fenêtre de notre salon et a atterri sur ma jambe… »

Peu après son accident, Nassrah s’est réfugiée en Jordanie avec une partie de sa famille. « Le reste de mes proches sont éparpillés à travers le monde maintenant. Il y en a en Angleterre, d’autres sont restés en Syrie… Mon unique sœur est encore là-bas... » Elle se met à pleurer et ajoute : « Quand je lui parle au téléphone, elle me dit que la vie y est très dure. Elle sanglote et me conseille de ne pas revenir. J’ai l’impression que l’espoir est mort en Syrie…»

Nassrah sèche ses larmes. Malgré la situation, elle veut continuer de lutter pour se remettre debout. Elle s’applique lors des sessions de kinésithérapie menées par l’association, et essaie de marcher tant qu’elle le peut. « Si je ne rentre pas dans mon pays, j’aimerais partir ailleurs car la vie dans le camp est très dure. Mais je ne partirai pas sans mes fils. La famille qui me reste est la  chose la  plus importante dans ma vie. » La Syrienne aime aussi beaucoup les oiseaux, et elle en élève une petite dizaine à Zaatari. « Dans mon pays, on adore les oiseaux. Prendre soin d’eux est aussi une façon de me sentir chez moi. » 

Publié le : 1 juin 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump
© Basile Barbey / HI
Mines et autres armes

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump

Victime d’une mine, Gniep Smoeun est l’une des premières personnes appareillées par Handicap International au début des années 80. Face au Palais des Nations à Genève le 13 février, elle a porté la voix des victimes face à la décision de l’administration Trump de réintroduire les mines antipersonnel dans l’arsenal américain, et demande aux États d’user de toute leur influence pour que les États-Unis reviennent sur cette décision révoltante.

Civils bombardés : la déclaration politique devra être ambitieuse
© ISNA Agency / HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Civils bombardés : la déclaration politique devra être ambitieuse

Plus de 70 États se sont réunis le 10 février à Genève lors du deuxième cycle de négociations, destiné à aboutir le 26 mai prochain à Dublin à la Déclaration politique contre l’usage des armes explosives en zones urbaines.

Handicap International révoltée par la décision de l’Administration Trump de relancer l’utilisation des mines
© M. Ashraf / HI
Mines et autres armes

Handicap International révoltée par la décision de l’Administration Trump de relancer l’utilisation des mines

Co-prix Nobel de la paix pour son combat contre les mines et fer de lance du déminage humanitaire, Handicap International est révoltée par le retour des mines antipersonnel dans l’arsenal américain. Plus de 20 ans après la signature du Traité d’Ottawa, la décision du Président Trump constitue un changement de politique assassin.