Go to main content

«J’ai entendu ses cris et j’ai immédiatement accouru»

Réadaptation
Syrie

Hamad a trois ans et il est Syrien. Sa famille s’est réfugiée en Jordanie dès le début du conflit dans leur pays. L’année dernière, Hamad a été victime d’un accident domestique. Gravement brûlé, il ne pouvait plus bouger les mains. Depuis plusieurs mois, Handicap International (HI) aide le petit garçon avec des séances de réadaptation.

Abdul Rahman et Hamad, à la fin de la session de réadaptation | © E. Fourt / Handicap International

Lorsqu’Abdul Rahman se présente chez Hamad et sa famille, il est accueilli par Nada, la mère du petit garçon. « Il est en train de regarder la télévision avec ses frères, suivez-moi » explique-t-elle en invitant le kinésithérapeute de HI à entrer dans le salon. Hamad, assis à même le sol, regarde des dessins animés en souriant. A première vue, rien ne semble le distinguer de ses deux grands frères, assis à ses côtés. Pourtant, il y a un an, le petit garçon a passé près d’un mois en soins intensifs dans l’un des hôpitaux d’Amman, en Jordanie. Nada raconte : « Un jour, comme à mon habitude, je faisais chauffer de l’eau pour la toilette de mes enfants. Mon fils était encore petit, il ne faisait pas attention… Il a trébuché et a renversé le seau d’eau bouillante sur lui. J’ai entendu ses cris et j’ai immédiatement accouru… » La mère de Hamad essuie ses larmes. Même des mois après l’accident, le souvenir de ce jour est encore très douloureux.

Hamad est gravement brûlé et il est amené d’urgence à l’hôpital. Au fil des semaines, les médecins font leur possible pour que le petit garçon se remette de ses blessures mais il a toujours beaucoup de mal à bouger les mains. « Il a commencé les sessions de réadaptation là-bas, mais une fois qu’il était rentré à la maison, difficile pour nous de continuer de nous rendre à l’hôpital régulièrement. Nous habitons loin et n’avons pas les moyens de payer les transports en commun. Le docteur nous a donc conseillé de vous contacter, en nous disant que votre association nous aiderait », raconte Nada.

Peu après, une équipe mobile de HI se rend chez Hamad pour évaluer son cas. « Nous avons tout de suite commencé les sessions de réadaptation à domicile », explique Abdul Rahman, alors qu’il entame une série d’exercices de kinésithérapie avec Hamad. « Et lorsque nous ne pouvons pas venir ici, nous couvrons les frais de transport de la famille, jusqu’au centre dans lequel nous et notre partenaire travaillons. Cette aide financière est essentielle : beaucoup de personnes devraient tout simplement renoncer aux services de kinésithérapie si elle n’existait pas. Ce constat est d’autant plus vrai pour la population réfugiée en Jordanie, qui est, en général, particulièrement vulnérable et se précarise. »

« Le docteur m’a expliqué que la réadaptation était indispensable pour mon fils, s’il voulait pouvoir retrouver toute sa mobilité au niveau des mains. Alors, je suis très attentive quand Abdul Rahman m’explique les exercices que je dois faire avec Hamad au quotidien », explique Rana. Le professionnel de l’association conclut : « L’implication des parents est très importante lorsqu’on assiste des enfants convalescents. Quelques sessions seront encore nécessaires pour que Hamad puisse bouger ses mains correctement, mais je ne me fais pas de souci pour lui. Toutes les conditions sont réunies pour qu’il aille mieux. Rana est impliquée dans la réadaptation de son fils et il ne rechigne jamais à faire ses exercices. »

Avant de partir, Abdul Rahman souffle dans l’un des gants en plastique qu’il utilise pendant les séances de kinésithérapie. Il dessine un personnage au visage souriant, pour encourager le petit garçon. Hamad rit doucement à la vue de ce nouveau jouet. Celui-ci l’occupera jusqu’à la prochaine session de réadaptation. 

Publié le : 2 novembre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.

Rééducation des blessés de guerre civils : les bienfaits de la kinésithérapie
© Peter Biro / HI

Rééducation des blessés de guerre civils : les bienfaits de la kinésithérapie

Les personnes blessées, amputées après un bombardement suivent des séances de kinésithérapie après leur opération. Quelle est l’utilité de ces exercices ? Quels sont leurs effets sur la condition physique du blessé ? Réponses avec Isabelle Urseau, experte en réadaptation à Handicap International.