Aller au contenu principal
 
 

Restes explosifs en Irak : une contamination catastrophique, obstacle majeur à la reconstruction du pays

Déminer les terres Stop aux bombardements des civils
Irak

Un rapport de Handicap International dresse, cinq ans après la fin de la guerre, un tableau édifiant du quotidien des Irakiens, dont certains ont trop peur de laisser leurs enfants aller à l'école à pied, ou d’autres sont contraints pour avoir un revenu de travailler dans des endroits pollués par des explosifs.

À l'entrée de Mossoul en Irak, un panneau de Handicap International sensibilise la population aux dangers liés à la présence de restes explosifs de guerre partout dans la ville

À Mossoul, un panneau sensibilise la population aux dangers liés à la présence de restes explosifs de guerre dans la ville | © Florent Vergnes / HI

Couverture d'un rapport de Handicap International publié le 13 octobre 2021, sur la contamination par les engins explosifs en Irak, 5 ans après la guerrePublié le 13 octobre 2021 par Handicap International, le rapport « Reconstruction impossible : Impact de la contamination liée aux engins explosifs sur les populations touchées en Irak » (version intégrale en anglais uniquement, résumé en français) montre que la guerre, même terminée, continue – et continuera sur plusieurs générations – de faire de nouvelles victimes à cause de la contamination par les restes de bombes. Le rapport souligne la nécessité pour les États de mieux protéger les civils contre les bombardements en zones peuplées. Les chercheurs de ce document se sont concentrés sur le gouvernorat irakien très peuplé de Ninive, où se trouvent les villes de Mossoul, Sinjar et Tall Afar.

L'Irak est l'un des pays les plus contaminés par les restes explosifs. Plus de 3 200 km² de terres sont contaminées, soit deux fois la superficie de Londres. Cette contamination est un danger pour la population : les mines ou les restes explosifs ont fait quelque 700 victimes entre 2018 et 2020. Un total stupéfiant de 8,5 millions d'Irakiens vivent dans des zones affectées par cet héritage mortel des conflits successifs.

Des jouets d’enfants bourrés d’explosifs

Le déminage des villes bombardées coûte six fois plus cher que celui d'une zone rurale. Le travail est souvent effectué avec des machines et des équipements lourds. Il y a un risque constant pour les démineurs et le voisinage que des explosions contrôlées provoquent l’effondrement de bâtiments. Dans les villes, ce travail essentiel prend huit fois plus de temps que dans les zones rurales. Le financement de telles opérations constitue un sérieux obstacle. L'Irak a besoin de 170 à 180 millions de dollars par an, dont 50 millions pour Mossoul, afin d’éliminer les engins explosifs.

« Les champs de mines nettement délimités, c'est de l'histoire ancienne. En Irak, il s’agit de pièges explosifs déclenchés par des câbles cachés à l’entrée des maisons, de bombes aériennes qui n'ont pas explosé et sont enterrées sous des mètres de gravats, de jouets d'enfants bourrés d'explosifs... »

Alma Taslidžan Al-Osta, responsable Plaidoyer désarmement et Protection des civils à Handicap International

Les démineurs parlent de contamination « tridimensionnelle » (c’est-à-dire dissimulée dans des tas de gravats) qui exige une formation de haut niveau en matière d'explosifs et de munitions, une qualification que trop peu de démineurs possèdent en Irak. Même les combinaisons bleues de protection classique des démineurs peuvent être inutiles face à cette contamination.

Un démineur à Mossoul interrogé pour le rapport remarque : « Nous trouvions plus d'objets à mesure que nous creusions. Cela rend le déminage difficile, car il ne s'agit pas seulement de contamination à la surface, mais de celle qui se trouve enfouie profondément dans le sol ».

Bombarder les villes : inhumain, imprécis et coûteux

Les bombardements en zones peuplées ont marqué le conflit irakien entre 2014 et 2017. Cette pratique a non seulement tué des dizaines de milliers de civils, mais elle a également détruit des écoles, des champs, des routes, des maisons, des stations d'épuration et contaminé ces lieux avec des engins explosifs.

« Les bombes et les villes ne devraient jamais se rencontrer. Les bombardements provoquent non seulement la destruction maximale des bâtiments, des infrastructures et des personnes se trouvant dans le rayon des explosions, mais en plus la contamination par les engins explosifs qui en résulte prive une population de son droit à toute chance de rétablir sa vie économique et sociale. »

Alma Taslidžan Al-Osta

Le rapport de Handicap International compile des données sur l’impact des conflits, extraites notamment de rapports régionaux : les dommages dans le secteur de l'électricité s’élèvent à 7 milliards de dollars ; à 2,8 milliards de dollars pour les routes, aéroports, ponts et voies ferrées... Dans la seule ville de Mossoul, 9 hôpitaux sur 13 ont été endommagés, ainsi que 169 écoles.

« Les règles de la guerre ne sont pas suffisantes pour protéger les civils dans les zones peuplées pendant les conflits et l’Irak en est un bon exemple, même des années après la fin des hostilités. Les États ont-ils encore besoin de preuves supplémentaires pour soutenir une Déclaration politique forte contre l'utilisation des armes explosives à large rayon d’impact en zones peuplées ? Après deux ans de discussions diplomatiques, nous espérons qu'une telle déclaration sera bientôt signée par les États. Elle constituera une avancée historique pour la protection des civils dans les conflits. »

Alma Taslidžan Al-Osta

Cohésion sociale

La population de Ninive peine à guérir du conflit pour diverses raisons. Les impacts indirects de la contamination sur la cohésion sociale, comme l'accès limité aux moyens de subsistance et aux services, peuvent provoquer des tensions au sein des familles.

Les accidents liés à la présence d’engins explosifs ont également abimé les relations au sein des familles et entre les communautés.

« Lorsqu’un chef de famille est blessé dans un accident, il peut avoir le sentiment de ne plus pouvoir subvenir aux besoins de sa famille, ce qui a un impact négatif sur son bien-être psychologique. Si un membre de la famille souffre d'un handicap après un accident, il peut être considéré comme un fardeau, d'autant plus que l'accès aux services de santé reste limité et coûteux. »

Marc Van der Mullen, directeur de Handicap International en Irak

Une personne déplacée sur 12 – l'Irak comptait 678 512 déplacés en 2020 – affirme que la présence d'engins explosifs est un obstacle à son retour chez elle, note le rapport. Ne pouvant rentrer en toute sécurité, les familles continuent d'être déplacées et les communautés sont incapables de se reconstruire et de renforcer leur résilience collectivement.

Les écoles et les terrains de jeux étant contaminés, des communautés qui pourraient se côtoyer en sont empêchées. Interviewée pour le rapport, une femme de Sinjar raconte :

« Dans mon village, il n'y a pas de lycée. Il est difficile pour les élèves de se rendre dans d'autres villages, surtout quand on ne sait pas s’ils sont contaminés ou non. »


Méthodologie du rapport

Le rapport de Handicap International « Reconstruction impossible : Impact de la contamination liée aux engins explosifs sur les populations touchées en Irak » se concentre sur Ninive, le deuxième gouvernorat le plus peuplé d'Irak. Les chercheurs ont procédé à un examen approfondi de la littérature secondaire et ont mené des entretiens avec les parties prenantes et les personnes concernées au sein de la population affectée.

> Télécharger le rapport intégral (anglais uniquement, PDF)

> Résumé en français (PDF)

Photos Irak © Florent Vergnes / HI

Dans ce carrousel, des photos d'impacts d'armes explosives sur des bâtiments, de rééducation de victimes civiles et de sensibilisation des populations aux dangers des restes de guerre qui n'ont pas encore explosé :

Publié le : 13 octobre 2021
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
donateurs@france.hi.org
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail agissez@france.hi.org

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
c.amati@hi.org 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : donateurs@france.hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Pyramides 2022 : retour vers les chaussures
© L. Tessier / HI
Solidarité Stop aux bombardements des civils

Pyramides 2022 : retour vers les chaussures

2022 marque le grand retour des chaussures aux Pyramides de Handicap International, après deux éditions perturbées par la crise sanitaire. Le 24 septembre, l’association invite les Français à se mobiliser, en venant à nouveau lancer leurs chaussures en signe d’indignation contre les bombardements de civils.

Bombardements urbains : HI appelle la France à joindre la parole aux actes en soutenant une Déclaration politique forte
© V. de Viguerie / HI
Stop aux bombardements des civils

Bombardements urbains : HI appelle la France à joindre la parole aux actes en soutenant une Déclaration politique forte

Le prochain cycle de consultations pour une Déclaration politique contre l'utilisation des armes explosives en zones urbaines aura lieu du 6 au 8 avril 2022 à Genève. Les bombardements massifs en Ukraine, en Syrie ou au Yémen vont inévitablement peser sur ces négociations. Après la condamnation par Emmanuel Macron de l’utilisation d'armes explosives en Ukraine, Handicap International appelle la France à joindre la parole aux actes en soutenant enfin un texte fort.

Bombardements en Ukraine : la France condamne mais doit joindre la parole aux actes
© Daniel Leal / AFP
Stop aux bombardements des civils Urgence

Bombardements en Ukraine : la France condamne mais doit joindre la parole aux actes

Lors de la session de clôture le mardi 22 mars du Forum humanitaire européen, le président Emmanuel Macron a dénoncé l'usage par la Russie "d'armes explosives dans des zones densément peuplées". Après cette condamnation, la France doit maintenant joindre la parole aux actes.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris