Go to main content
 
 

Intervention d’urgence dans les camps sahraouis

Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population

Des pluies torrentielles se sont abattues sur des camps de réfugiés sahraouis dans le Sud-ouest de l’Algérie, provoquant des inondations destructrices. Les très nombreux dégâts fragilisent dangereusement les populations qui vivaient déjà dans des conditions précaires. Handicap International mobilise ses équipes pour venir en aide aux plus vulnérables.

Centre d'éducation spécialisée détruit suite aux inondations, dans le camp de réfugiés sahraouis de Boujdour en Algérie.

© Handicap International

Si l’on ne déplore aucune victime à l’issue de la semaine de pluies dévastatrices qui ont frappé à la mi-octobre les camps de réfugiés sahraouis de Layoun, Aussert, Smara, Boujdour et Dahkla, établis dans le Sud-ouest de l’Algérie, les inondations qu’elles ont entraînées ont provoqué d’importants dégâts. Quelque 57 000 personnes (11 441 familles) se trouvent dans le dénuement le plus complet. Les maisons en terre particulièrement friables dans lesquelles elles vivaient n’ont pas résisté à ces intempéries : plus de 10 000 habitations sont endommagées ou détruites. Dans le camp de Dahkla, toutes les maisons sans exception se sont effondrées, laissant leurs occupants totalement désemparés.

Les infrastructures des camps ont également été touchées : hôpitaux, dispensaires, écoles et administrations se sont écroulés ou menacent de le faire incessamment.

En réponse aux dommages causés par ces inondations sans précédent, Handicap International lance une intervention d’urgence. Sur place, ses équipes ont déjà évalué l’ampleur des dégâts et les besoins des populations sinistrées. L’association s’apprête à mettre en place des espaces d’accueil temporaire pour les enfants, leur offrant abri et activités récréatives. Elle envisage également la distribution aux populations les plus vulnérables de kits d’hygiène, de bâches, de lampes torches, d’ustensiles de cuisine, etc. voire un appui à la reconstruction des infrastructures détruites.

Terrain inondé par une eau stagnante dans le camp de réfugiés sahraouis de Boujdour en Algérie. © Handicap International

Terrain inondé par une eau stagnante dans le camp de réfugiés sahraouis de Boujdour en Algérie. © Handicap International

Publié le : 30 octobre 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Avant une catastrophe naturelle, HI aide les plus vulnérables à mieux se préparer
© CARE - photo d'archive
Insertion Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population

Avant une catastrophe naturelle, HI aide les plus vulnérables à mieux se préparer

À l’occasion de la Journée internationale pour la réduction des risques de catastrophes, le 13 octobre, les experts de Handicap International expliquent la démarche d’inclusion de l'association dans des initiatives de renforcement de la résilience.

Six mois après le cyclone Idai, les cicatrices du Mozambique
© A. Neves / HI
Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population Urgence

Six mois après le cyclone Idai, les cicatrices du Mozambique

En mars et avril 2019, le Mozambique a été frappé par deux cyclones, dont le très violent Idai. Retour sur l’intervention d’urgence de Handicap International pour venir en aide aux populations sinistrées.

Préparer les populations aux risques de catastrophes permet de sauver des vies Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population

Préparer les populations aux risques de catastrophes permet de sauver des vies

Les catastrophes naturelles sont de plus en plus nombreuses dans le monde, comme en atteste le violent séisme qui a frappé l’Équateur le 16 avril 2016. Un an après le tremblement de terre, le Népal poursuit sa reconstruction mais devra probablement faire face à de nouvelles catastrophes dans les prochaines décennies. L’expérience a montré que les actions de préparation aux risques permettent de sauver des vies. Pour Handicap International, qui mène 16 projets de réduction de risques dans le monde, il est essentiel d’informer directement les populations locales. Explications de Véronique Walbaum, spécialiste de la gestion des risques de catastrophes.