Go to main content

Innovation : le défi de HI pour cartographier des zones à risque

Solidarité Urgence
International

Handicap International et crowdAI ont lancé le "Mapping Challenge" pour cartographier des zones à risque de catastrophe humanitaire. Quelque 50 chercheurs ont planché sur 720 algorithmes développés puis testés. Les cinq meilleures solutions ont été présentées le 4 octobre à Turin à la Conférence internationale sur la science des données et l’analytique avancée.

Mapping Challenge / cartographie - Sharada Mohanty (au premier plan) de crowdAI et Paul Vermeulen de Handicap International, au campus Biotech de Genève

Sharada Mohanty (au premier plan) de crowdAI et Paul Vermeulen de HI, au campus Biotech de Genève | © Caroline Fréchard / HI

Un défi de taille

Dans les situations d’urgence telles que les catastrophes naturelles ou les conflits, les acteurs humanitaires ont besoin de cartes récentes et précises détaillant les zones concernées.

« Nous avons besoin de pouvoir faire un état des lieux clair de la situation pour prendre rapidement les bonnes décisions. Nous avons également besoin de mettre ces cartes régulièrement à jour pendant nos interventions. »

Paul Vermeulen, chef de projet Innovation stratégique à Handicap International (HI)

De nombreuses régions du monde n’ont pas encore été cartographiées. Par exemple dans les pays en développement, des zones d’habitation regroupant plusieurs milliers de personnes ne sont parfois signalées que par quelques routes sur les cartes existantes. Cette représentation imprécise concerne en particulier les régions les plus marginalisées, c’est-à-dire les plus vulnérables aux catastrophes naturelles.

« Sans cartes précises, les organisations internationales ont d’énormes difficultés à identifier les ressources et à planifier une réponse d’urgence efficace. Se procurer une carte de ces potentielles zones de crise améliore considérablement la préparation, la planification et l’exécution des actions d’urgence. »

Lars Bromley, principal analyste et conseiller en recherche à l’UNOSAT1

« Pour l’UNOSAT comme pour d’autres organismes, obtenir de telles informations est depuis toujours une tâche ardue. Le besoin en données de cartographie n’est jamais satisfait et pourtant vital, ce qui en fait notre priorité », ajoute Lars Bromley.

Des algorithmes pour sauver des vies

Pour les organisations humanitaires, les images satellite sont facilement accessibles mais leur traduction en cartes est un travail de titans. Aujourd’hui, les cartes sont élaborées par des organismes spécialisés ou lors d’événements bénévoles dédiés comme les mapathons2, où les images satellite sont annotées avec des indications de routes, de bâtiments, de fermes, de cours d’eau, etc.

Les images de la Terre sont de plus en plus accessibles depuis un grand nombre de sources différentes, notamment des nano-satellites, des drones et des satellites classiques de haute altitude. « Le marché des données est actuellement en plein essor, et les prix pratiqués sont inabordables pour les organismes qui pourtant ont besoin de les acheter. Il est urgent que les ONG et les acteurs de la société civile mettent en place des partenariats avec les secteurs scientifiques et privés pour acquérir des cartes à un coût raisonnable », poursuit Paul Vermeulen.

Handicap International a lancé son premier "Mapping Challenge" (challenge de cartographie) en partenariat avec crowdAI avec le soutien de l’UNOSAT et d’UN Global Pulse. La mission des plus de 50 chercheurs participant à l’initiative était d’élaborer des cartes de bâtiments en utilisant l’apprentissage automatique ("machine learning" en anglais).

Pendant près de trois mois, ces chercheurs ont développé et testé des algorithmes capables de convertir efficacement les pixels des images satellite en éléments de cartographie. À l’issue de cette étape, crowdAI a évalué chaque contribution. Sur près de 720 algorithmes, les 5 plus performants ont été retenus.

Un grand espoir pour les populations

« Cela apporte un grand espoir aux populations habitant des zones non cartographiées. Avec ce Mapping Challenge, nous identifions de nouveaux acteurs et des solutions possibles afin que les cartes récemment modifiées soient mises à disposition plus facilement. »

Paul Vermeulen, chef de projet Innovation stratégique à HI

Conçues par des start-ups, des plateformes d’analyse d’images automatisée seront bientôt testées. Les zones contaminées par des mines antipersonnel peuvent être délimitées en haute définition par des appareils photo et divers capteurs fixés à des drones et analysés par ces plateformes. Acteur majeur des activités de déminage, Handicap International testera ces nouvelles technologies en 2019.


1 L’UNOSAT est le programme opérationnel pour les applications satellitaires de l’UNITAR (Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche).

2 Les mapathons sont des événements pendant lesquels des lieux tels que des villes sont cartographiés à l’aide d’instruments GPS (Global Positioning System).

Logos de HI, UNITAR, crowdAI et UN Global Pulse

Publié le : 4 octobre 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Indonésie : des séances de réadaptation pour près de 800 blessés
© HI
Réadaptation Urgence

Indonésie : des séances de réadaptation pour près de 800 blessés

Cinq mois après le séisme et le tsunami qui ont touché l’Indonésie, Handicap International continue de soutenir les victimes de la catastrophe.

Quand les étudiants planchent sur de nouvelles formes de solidarité
© Pigier / HI
Solidarité

Quand les étudiants planchent sur de nouvelles formes de solidarité

Une centaine d’étudiants de bachelor en management d’entreprise du réseau Pigier France ont participé au Challenge Handicap International. Leur défi : imaginer un événement original de collecte de fonds au profit de l’ONG.

Handicap International ferme son programme au Burundi
© Dieter Telemans / HI
Solidarité

Handicap International ferme son programme au Burundi

Présente au Burundi depuis 1992, Handicap International se voit contrainte de mettre fin à ses activités dans le pays. L'association ne s’estime plus en mesure de mener ses projets en raison des décisions du gouvernement burundais vis-à-vis des ONG internationales, notamment l’obligation du fichage ethnique de ses employés.