Accès direct au contenu
 
 

L’incroyable Ramesh vise les Jeux paralympiques

Réadaptation
Népal

25 avril 2015, séisme au Népal. Ramesh, 18 ans, se retrouve enseveli sous les décombres, conscient. Il perd ses deux jambes. Après avoir suivi des séances de réadaptation et reçu des prothèses avec le soutien de Handicap International, il remarche et s’entraîne dur pour les Jeux paralympiques. Musculation, nage, tennis, basket, danse, course de fauteuils roulants… Ramesh relève tous les défis.

Ramesh s’entraîne pour les Jeux paralympiques de 2020

© Lucas Veuve / HI

Sous les décombres

« Je travaillais dans un petit hôtel, j’avais fini ma journée. La terre a tremblé, tout s’est effondré. Deux personnes sont mortes là où je me trouvais. J’ai été écrasé sous les pierres. Je suis resté là au moins une heure, conscient, dans la douleur ». Ramesh est amputé des deux jambes, le choc est immense : « Avant, je rêvais de pouvoir tout faire. Je voulais devenir quelqu’un de bien. Après l’accident, je me suis dit que je ne pouvais plus rien devenir ».

Il suit rapidement des séances de réadaptation avec Handicap International : « Ramesh a dû effectuer de nombreux exercices pour assouplir ses articulations et renforcer les muscles de sa jambe. C’était nécessaire pour pouvoir fixer sa prothèse et pour qu’il puisse l’utiliser », explique Sunil Pokhrel, kinésithérapeute de l’association. Le jeune homme reçoit un fauteuil roulant et deux prothèses, et réapprend progressivement à marcher.

22 médailles

Trois ans plus tard, Ramesh fait toujours des séances de réadaptation avec Handicap International.

« J’ai traversé une période de dépression très profonde. Après l’accident, je me suis retrouvé très seul. Heureusement, grâce à HI, aujourd’hui je peux remarcher. J’ai découvert le sport, une thérapie. Surtout ne pas penser. Aujourd’hui, je fais 1h30 de musculation tous les matins avant l’école, et je nage tous les après-midis. Je joue au tennis et au basket le week-end. On m’a dit que je ne pouvais pas danser : je me suis entraîné dur et j’ai gagné le concours de danse "Differently Able Idol". J’ai déjà reçu 22 médailles. Mon nouvel objectif : participer aux Jeux paralympiques de 2020 à Tokyo. Mais le chemin est laborieux, j’ai besoin d’un coach sportif qui m’accompagne et m’entraîne. J’ai besoin d’équipements mais je n’ai pas les moyens, je me sens très démuni. »

Ramesh a également repris l’école après sept années d’interruption. « Je suis l’aîné de la famille. L’argent que je gagne lors de mes compétitions sportives, je dois le donner à mes parents et à mes frères et sœurs, qui vivent dans des conditions difficiles, loin d’ici. J’ai repris des études car je veux avoir un travail et m’en sortir ». Un courage immense et une volonté de fer pour cet homme qui fait plus de 20 heures de sport par semaine.

Spécial Népal, trois ans après le séisme

Publié le : 15 mai 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Handicap International primée deux fois par l’Union européenne pour ses projets innovants
© HI
Innovation Mines et autres armes Réadaptation

Handicap International primée deux fois par l’Union européenne pour ses projets innovants

L’Union européenne a distingué à deux reprises le 24 septembre Handicap International, par la remise du Prix Horizon du Conseil européen de l'Innovation pour "une aide humanitaire high-tech et durable". Ces récompenses consacrent la volonté de l’association de proposer des solutions concrètes, efficaces et innovantes afin d’améliorer la prise en charge des personnes vulnérables.

Recyclage : les prothèses aussi y ont droit !
© Lumahee / HI
Réadaptation

Recyclage : les prothèses aussi y ont droit !

Dans un atelier de Lyon, des orthopédistes bénévoles de Handicap International viennent en aide à de nombreuses personnes à travers le monde en reconditionnant de précieux composants prothétiques qui leur ont été donnés par des personnes amputées. La jeune Elinah à Madagascar est l'une de ces bénéficiaires.

Des familles n’ont plus les moyens d’acheter un ticket de bus pour se rendre au centre de santé
© HI
Mines et autres armes Réadaptation

Des familles n’ont plus les moyens d’acheter un ticket de bus pour se rendre au centre de santé

Kinésithérapeute pour Handicap International, Rana Abdel Al explique son travail auprès des personnes handicapées. Nombre d’entre elles, désormais réfugiées au Liban, ont été blessées pendant la guerre en Syrie.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris