Go to main content

« Il s’agit avant tout de soutien et d’attention »

Appareiller et rééduquer Déminer les terres Secourir les victimes
Jordanie Syrie

Baraah est kinésithérapeute. Il y a un peu plus d'un an, cette jeune femme de 23 ans a rejoint les équipes de Handicap International. Elle travaille auprès des réfugiés syriens dans le camp de Zaatari, en Jordanie. Rencontre avec une spécialiste sensible et dévouée.

© G. Dubourthoumieu / Handicap International

Pourquoi travailler auprès des réfugiés syriens ?

Un jour, j'ai vu à la télévision un reportage sur le camp de Zaatari, où les réfugiés syriens tentent simplement de survivre. Ces images m'ont ouvert les yeux. J'ai eu envie de leur apporter l'aide que mes compétences me permettaient de leur fournir. Pour une kinésithérapeute, rejoindre Handicap International était une évidence. Cela m'offrait également l'opportunité d'enrichir mon expérience dans mon domaine et en appareillage médical.

Ont-ils facilement accès à l'aide humanitaire ?

Non, les réfugiés syriens nous parlent tous les jours de leurs difficultés à obtenir ce dont ils ont besoin. Les blessés qui arrivent seuls dans les camps sont les plus touchés. Pour une personne souffrant de multiples fractures à la jambe, par exemple, se déplacer dans le camp est laborieux. Il lui est donc difficile d'accéder aux points de distribution et aux structures sanitaires. De longues périodes d'attente s'ajoutent ainsi à la fatigue, à la douleur et à la souffrance de ne pas être autonome dans son déplacement.

En quoi consiste votre travail ?

Je dispense des soins de rééducation pour améliorer les capacités fonctionnelles des blessés et des personnes handicapées. Je prépare également physiquement et moralement ceux qui recevront un appareillage. Mais mon travail ne se résume pas à fournir des séances de rééducation. Il s'agit avant tout de soutien, de respect et d'attention, de donner et de recevoir.

Qu'est-ce qui vous touche le plus dans votre travail ?

M'occuper des personnes amputées. J'ai notamment soigné une petite fille de 6 ans, Safa. Elle a été mutilée à la jambe après des tirs d'obus. Elle présentait aussi des troubles psychologiques. En plus des séances de kinésithérapie, je l'ai préparée à l'utilisation de sa prothèse, sur le plan physique mais aussi psychologique, en collaboration avec un travailleur psychosocial de Handicap International. Un véritable défi ! À notre grande surprise, une fois sa prothèse en place, Safa a accompli des progrès fulgurants. Elle a été très vite à l'aise dans ses déplacements ! Rien ne me rend plus heureuse que de voir un patient capable de retourner à son quotidien en toute autonomie, à l'issue de sa rééducation.

Publié le : 25 mars 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Nos actions en 2017 Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre Secourir les déplacés et/ou les réfugiés Secourir les victimes

Nos actions en 2017

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre
© E. Fourt / HI
Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre Secourir les victimes

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre

Un an après la libération de Mossoul, HI publie un mini-rapport sur la pollution phénoménale de Mossoul par les restes explosifs de guerre, consécutive à plusieurs mois de combats. Particulièrement en cause : les bombardements massifs et quasi quotidiens pendant l’offensive militaire entre octobre 2016 et juillet 2017.

Le nombre de victimes d'armes à sous-munitions a plus que doublé depuis 2015
© Z. Johnson / HI
Déminer les terres Mines et autres armes

Le nombre de victimes d'armes à sous-munitions a plus que doublé depuis 2015

La Convention d'Oslo interdisant l'emploi, la production, le stockage et le transfert des armes à sous-munitions est entrée en vigueur il y a huit ans, le 1er août 2010. Malgré le succès de ce texte signé par 119 pays, les victimes des armes à sous-munitions ont doublé ces dernières années.