Go to main content

« Ici, les cadavres d’obus, de mines sont partout »

Déminer les terres
Libye

La révolution en Libye s'est terminée il y a deux ans, mais les combats ont laissé des traces. Les centaines de milliers de déplacés sont revenus chez eux mais, entretemps, les zones avaient été bombardées ou minées. Handicap International a déployé des équipes de dépollution afin de retirer les engins de guerre non explosés et protéger ainsi les civils. Frédéric Maio, Responsable du programme Libye, témoigne.

Centre ville de Misrata, où Handicap International intervient.

© Benoit Dautriche-Garage Prod./ Handicap International

Plus de deux ans après l'insurrection, quelle est la situation en Libye ?

La révolution s'est terminée en octobre 2011 avec la chute de Syrte et la mort du Colonel Kadhafi, mais les combats ont laissé des traces et le danger menace toujours les populations au quotidien. Les centaines de milliers de déplacés sont revenus chez eux. Mais, encore aujourd'hui, deux ans plus tard, des familles retrouvent des restes explosifs de guerre chez elles, dans leur jardin, dans leur salon, dans la chambre des enfants ou sur leur lieu de travail. La révolte contre le régime de Kadhafi a également débouché sur un flux incontrôlé d'armes légères qui menacent d'augmenter considérablement le nombre de morts et de blessés. Les civils n'ont pas l'habitude de manier des armes et ne connaissent pas ou peu les conditions de sécurité de base. Ces armes sont régulièrement utilisées lors de manifestations de liesse, même pendant les mariages, où les invités tirent en l'air pour montrer leur joie ! De nombreux accidents, qui impliquent aussi des enfants, nous rappellent au quotidien qu'il est indispensable de diffuser des messages de prévention, comme nous le faisons actuellement à Misrata et Syrte.

Quelles sont les populations les plus touchées par le fléau des restes explosifs de guerre ?

Selon le Landmine Monitor 2012 qui recense les accidents de mines et restes explosifs de guerre, près des deux tiers des victimes de ces armes sont des enfants. Face à cette situation dramatique, nous axons nos activités sur eux, notamment par des séances de prévention dans les écoles et la formation de leurs professeurs et instituteurs. La population nous réserve un excellent accueil. Tout le monde souhaite en savoir davantage sur les bons gestes à adopter face au danger : ne pas s'approcher des restes explosifs de guerre, ne pas les toucher, marquer la zone dangereuse et nous avertir pour permettre de sécuriser le lieu.

Quelles sont les mesures de Handicap International face à cette menace constante ?

En 2013, les activités de dépollution se sont renforcées avec le déploiement de deux équipes de démineurs à Misrata dans une zone très contaminée suite à l'explosion de 43 bunkers où étaient stockées des munitions qui ont été projetées sur 1,5 km². Cela permet de limiter les risques d'accidents, de restituer aux communautés des terres sécurisées et aux familles des habitations sûres. Mais c'est un travail de longue haleine. Ici les cadavres d'obus, de roquettes, de mines ou de grenades sont partout : sur les routes, dans les champs, devant les hôpitaux... C'est pourquoi nous continuons à mener nos activités de sensibilisation au danger des mines et restes explosifs de guerre, mais aussi des armes légères. Cela s'inscrit dans une priorité pour tous, ici, après ces longs mois de combats, celle de reconstruire un climat de paix.

Publié le : 21 octobre 2013
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L’action contre les mines en 2018
© Elisa Fourt / HI
Déminer les terres

L’action contre les mines en 2018

Les évolutions du déminage tiennent beaucoup aux mutations récentes des contextes d’intervention. Thomas Hugonnier, responsable de l'action contre les mines au siège de Handicap International, explique les caractéristiques du déminage aujourd’hui.

Les premiers pas de Yasmin, 4 ans, avant le retour à l’école
© Handicap International
Réadaptation Santé

Les premiers pas de Yasmin, 4 ans, avant le retour à l’école

Yasmin est une petite fille de 4 ans qui vit dans la région de Tripoli en Libye. Elle est atteinte d’une légère paralysie cérébrale depuis sa naissance. Grâce à Handicap International, elle apprend à marcher et peut retourner à l'école.

Unir les forces pour favoriser le développement du Tchad
© B. Almeras / Handicap International
Déminer les terres Protéger les populations vulnérables

Unir les forces pour favoriser le développement du Tchad

Handicap International lance au Tchad un vaste programme de développement visant à déminer des terres contaminées, à mettre en place un système de protection sociale et à stimuler l’activité économique dans les régions du Nord (Borkou, Ennedi, Tibesti) et celle du Lac Tchad. En consortium avec trois autres ONG internationales, ce projet sur 4 ans représente le plus gros budget humanitaire – 23 millions d’euros –  jamais géré par l’association. Thomas Hugonnier, responsable de l’action contre les mines, nous en donne les clés.