Go to main content

Hussein, 25 ans : « J’ai enfin des gens à qui parler »

Améliorer la santé mentale
Liban Syrie

Hussein a été victime d’un bombardement en Syrie en 2013. Les éclats d’obus laissés dans son dos l’ont rendu paraplégique. Le jeune homme a fui vers le Liban pour y être soigné, laissant sa famille derrière lui. Avec le soutien de Light For the World, une équipe de Handicap International aide Hussein à se remettre physiquement et à sortir peu à peu de la dépression dont il souffre au quotidien.

Grâce aux séances de soutien psychosocial offertes par Handicap International au Liban, Hussein retrouve peu à peu confiance en lui et en l'avenir.

Grâce aux séances de soutien psychosocial offertes par Handicap International au Liban, Hussein retrouve peu à peu confiance en lui et en l'avenir. | © E. Fourt / Handicap International

Blotti contre le poêle de la modeste pièce dans laquelle il vit, Hussein accueille chaleureusement chacune des visites de Maram et Abeer, spécialistes de Handicap International en soutien psychosocial. « Aujourd’hui, c’est notre cinquième séance », explique Maram. « Et j’ai vu Hussein changer déjà trois fois de maison depuis notre première rencontre… ». Arrivé seul au Liban il y a quelques années, Hussein survit grâce à la générosité des autres. Depuis quelques semaines, il s’est installé avec un couple originaire de son village en Syrie. Eux aussi ont fui vers le Liban, quand ils ont appris qu’ils allaient avoir un enfant. Samar et Imad, aujourd’hui jeunes parents, racontent : « Lorsqu’il est venu vivre avec nous, Hussein semblait épuisé, physiquement et psychologiquement. Il commence à aller mieux mais le fait que l’on change constamment de lieu de vie le trouble encore beaucoup ».

C’est Samar et Imad qui ont fait part du cas d’Hussein à Handicap International. Très vite, les professionnels de l’association ont recommandé des sessions de kinésithérapie pour le jeune homme. Soupçonnant également une dépression, ils ont parlé de lui à leurs collègues spécialisées en accompagnement psychosocial. Abeer et Maram ont alors rencontré Hussein et organisé plusieurs séances pour l’aider à mieux gérer ses angoisses et son anxiété. « Lorsque nous l’avons connu, Hussein ne voulait pas du tout nous parler. Il partageait un appartement avec une dizaine d’autres Syriens et n’avait aucune intimité. Il nous a fallu plusieurs séances et beaucoup de patience pour établir le lien de confiance que nous avons réussi à créer aujourd’hui », raconte Maram. 

« Ces séances m’aident beaucoup »

Le but de la séance du jour est de faire travailler le jeune homme sur sa timidité. C’est Hussein qui leur a fait part de ce souhait. « Ces séances m’aident beaucoup. J’ai enfin des gens à qui parler et j’apprends peu à peu à me débarrasser de mes mauvaises pensées. Maram et Abeer sont des personnes formidables, c’est comme si mon esprit avait été ravivé depuis que je les ai rencontrées », explique-t-il.

Les deux jeunes femmes sourient et l’invitent à s’exprimer davantage sur le chemin parcouru depuis son arrivée au Liban. « Lorsque j’ai quitté la Syrie pour venir ici, je ne pouvais même pas marcher », raconte Hussein. « Grâce aux sessions de kinésithérapie menées par Handicap International, j’ai peu à peu retrouvé les sensations que j’avais perdues au niveau de mes jambes. Aujourd’hui, je suis même capable de faire quelques pas sur de courtes distances. Je me remets peu à peu, mentalement et physiquement. Mon plus grand rêve est de redevenir celui que j’étais, avant l’accident »

La discussion continue entre Hussein et les professionnelles de Handicap International. Même s’il fait toujours preuve d’une certaine retenue, le jeune homme commence à se livrer davantage. « Je voudrais me faire moins de souci, laisser mes inquiétudes derrière moi et ne pas avoir toutes ces angoisses face à l’avenir », dit-il. Maram l’écoute avec attention, essaie de le rassurer. La situation n’est pas évidente pour Hussein. Dans l’incapacité de travailler, il n’a aucun moyen de subvenir à ses besoins. Sa route vers l’indépendance sera longue. Mais Maram se veut positive à propos du jeune homme et souligne tous les progrès qu’il a déjà accomplis. C’est en gardant cela en tête qu’il continuera d’avancer. 

La séance touche à sa fin et Hussein remercie Maram et Abeer pour leur soutien. Il ne sait pas où il vivra la prochaine fois qu’ils se verront, mais il attend avec impatience la prochaine session. Se confier aux deux jeunes femmes l’aide à se sentir mieux et à aller de l’avant : « Lorsque la guerre sera finie, j’aimerais aller reconstruire mon pays et retrouver ma famille », conclue-t-il.

> Lire aussi : Civils syriens, l’avenir mutilé

Publié le : 19 avril 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.

Syrie : un centre de réadaptation détruit dans la Ghouta orientale

Syrie : un centre de réadaptation détruit dans la Ghouta orientale

Le centre de réadaptation physique d'une organisation partenaire de Handicap International a été totalement détruit après deux bombardements distincts mardi 20 et mercredi 21 février dans la région de la Ghouta orientale. Handicap International appelle à un cessez-le-feu et à un accès humanitaire immédiat à la zone.