Go to main content

Handicap International mobilisée auprès des réfugiés Rohingyas

Urgence
Bangladesh

Près de 400 000 Rohingyas sont arrivés au Bangladesh depuis fin août, fuyant la Birmanie voisine. Handicap International intervient dans ce contexte d’urgence et apporte un soutien à ces familles, dont les besoins sont immenses.

Camp de réfugiés de Kutupalong au Bangladesh (photo d'archive)

Camp de réfugiés de Kutupalong au Bangladesh (photo d'archive) | © S. Ahmed / Handicap International

Près de 400 000 personnes de la minorité Rohingyas ont traversé la frontière pour venir trouver refuge au Bangladesh depuis fin août 2017. Ces nouveaux arrivants, qui rejoignent les centaines de milliers de Rohingyas déjà présents dans le pays – entre 300 000 et 500 000 personnes – ont besoin de nourriture, d’eau potable, d’un accès aux installations sanitaires, de soins de santé, de séances de réadaptation et d’un logement.

Près de 10 000 personnes aidées

Active depuis 2007 dans les deux camps de réfugiés, les abris de fortune et les communautés d’accueil à Teknaf et Ukhiya (districts de Cox Bazar), Handicap International mobilise ses équipes auprès des nouveaux arrivants. L’association identifie les personnes les plus vulnérables – notamment enfants, femmes enceintes, femmes isolées, personnes âgées ou handicapées – et évalue leurs besoins (santé, réadaptation, logement...). Elle distribue des kits de protection (comprenant notamment des lampes torches, matelas et couvertures), des kits d’hygiène (savon, eau) et des kits de logement (bambous, bâches, etc.), fournit des aides à la mobilité (béquilles, déambulateurs...) et mène des séances de réadaptation auprès de 1 850 ménages, soit près de 10 000 personnes.

15 000 nouveaux arrivants par jour

Handicap International propose également un soutien psychologique aux personnes les plus fragiles afin de les aider à surmonter leurs traumatismes. L'association oriente aussi les personnes ayant des besoins spécifiques (accès à l’éducation, entre autres) auprès d’organisations partenaires capables de les prendre en charge.  Pour Handicap International, la priorité est d’être auprès des familles les plus fragiles, qui ont besoin d’un soutien concret et immédiat.

Face à l’afflux quotidien extrêmement élevé de Rohingyas au Bangladesh – 15 000 nouveaux arrivants par jour – Handicap International va renforcer son intervention afin de pouvoir répondre aux besoins grandissants de ces populations vulnérables.

Publié le : 19 septembre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Votre aide a renforcé notre motivation"
© Elisa Fourt / HI
Réadaptation Urgence

"Votre aide a renforcé notre motivation"

Talal et sa famille sont réfugiés au Liban depuis le début de la guerre en Syrie. L’année dernière, le père de famille a été victime d’un grave accident et est aujourd'hui partiellement paralysé. Handicap International l’accompagne avec des soins de kinésithérapie.

Farhana, kinésithérapeute, raconte son travail dans un camp de réfugiés
© Philippa Poussereau / HI
Réadaptation

Farhana, kinésithérapeute, raconte son travail dans un camp de réfugiés

Farhana, kinésithérapeute de Handicap International, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés au monde. Ibrahim est l’un des 600 000 Rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont réalisé ensemble.

Noorayesha ne veut pas être un fardeau pour sa famille
© Philippa Poussereau / HI
Urgence

Noorayesha ne veut pas être un fardeau pour sa famille

Parmi les 625 000 réfugiés Rohingyas au Bangladesh, plusieurs centaines vivent avec un handicap grave. Leurs familles doivent lutter pour prendre soin d’eux dans les conditions de vie difficiles des camps. Noorayesha est partiellement paralysée et ne peut pas quitter sa tente.