Accès direct au contenu
 
 

Handicap International lance des opérations de déminage en Colombie

Mines et autres armes
Colombie

Après plusieurs mois d'enquêtes et de formations, Handicap International a lancé des activités de déminage dans le département du Cauca, en Colombie, deuxième pays comprenant le plus de victimes de mines après l’Afghanistan.

Démineurs de Handicap International en Colombie

Démineurs de Handicap International en Colombie | © Handicap International

Suite aux conflits armés qui ont déchiré la Colombie ces cinquante dernières années, 31 des 32 départements du pays sont pollués par des mines et autres restes explosifs de guerre. Plus de 11 400 personnes en ont été victimes – blessées ou tuées – depuis 1990. Après avoir mené des enquêtes localiser précisément la zone dangereuse, Handicap International a déployé une première équipe de démineurs composée d’une dizaine de personnes – 6 démineurs, 1 superviseur, 1 chef d’équipe, 1 responsable médical – sur la zone de la Venta, dans la municipalité de Cajibío (département du Cauca).

En vidéo : une journée avec les démineurs de Handicap International

« D’une superficie de 615 m², cette zone est située à une vingtaine de mètres de l’autoroute panaméricaine, ce qui complique le travail des démineurs : le bruit de la route rend le signal des détecteurs de métaux inaudible. Et les nombreux déchets métalliques qui s’amoncellent sur ce terrain renforcent l’inutilité des détecteurs. Les démineurs coupent l’herbe progressivement et creusent la terre manuellement. Il s’agit d’un travail fatigant, qui demande de la concentration et de la patience pour limiter les risques au maximum. »

Pauline Boyer, coordinatrice des activités de déminage en Colombie

Sensibilisation, réadaptation et aide juridique

Démineurs de Handicap International en Colombie © HI« Nos équipes sont composées de nombreux membres de communautés indigènes. En dépolluant ces terres et en leur permettant d’être à nouveau cultivées, ils renforcent le développement économique de leur communauté. Et ils assurent une sécurité et une tranquillité jusqu’ici perdues », ajoute Pauline Boyer. Handicap International déminera par la suite d’autres zones dans le Cauca (municipalités de Caloto et Corinto) puis dans les départements du Meta (municipalité de Vistahermosa) et du Caquetá (municipalité de San Vicente del Caguán).

L’association poursuit également ses activités de sensibilisation aux dangers des restes explosifs de guerre auprès des communautés, et apporte un soutien aux victimes de mines, notamment en leur proposant des séances de réadaptation ainsi qu’un appui juridique pour que leurs droits soient respectés.

Démineurs de Handicap International en Colombie © HI

Démineurs de Handicap International en Colombie © HI


La Colombie, deuxième pays le plus miné au monde

Déchirée par 50 ans de conflits armés, la Colombie est le deuxième pays comprenant le plus de victimes de mines, juste derrière l’Afghanistan. Le 13 mai 2016, Handicap International a été officiellement désignée par le Gouvernement colombien pour déminer les terres de trois départements du pays, dans un contexte marqué par de nouveaux accords de paix entre le Gouvernement et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). Ces opérations devraient durer environ cinq ans (dans sept municipalités qui comprennent plus de 100 000 habitants au total). En Colombie, près de 80 % des victimes de mines et autres restes explosifs de guerre souffrent d’un handicap. La moitié de ces victimes sont des civils vivant dans des zones reculées, sans accès direct aux centres de santé ni aux soins de réadaptation. Pour Handicap International, mener ces opérations de déminage permet de prévenir l’apparition de handicaps, de contribuer à la restauration de la paix et au développement économique du pays.

Publié le : 11 octobre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Je n’arrivais même plus à nourrir mes enfants »
© HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

« Je n’arrivais même plus à nourrir mes enfants »

Face à la crise économique qui sévit au Vénézuela, Milagros Chacin et sa famille se sont réfugiés en Colombie. Grâce au soutien financier apporté par Handicap International, ils ont pu acheter de la nourriture et payer leur loyer.

Le combat pour éradiquer les armes à sous-munitions est loin d'être terminé
© HI
Mines et autres armes

Le combat pour éradiquer les armes à sous-munitions est loin d'être terminé

Le Rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle de nouvelles attaques les utilisant en 2019. Handicap International poursuit son combat et appelle tous les États à condamner systématiquement l’utilisation de ces armes, dont 99 % des victimes sont des civils. L’association demande à tous les États qui ne l’ont pas encore fait de rejoindre la Convention d’Oslo.

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Les armes à sous-munitions ont été utilisées récemment dans la guerre entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie. Gary Toombs, spécialiste de la réduction de la violence armée à Handicap International, explique pourquoi elles sont interdites par la Convention d'Oslo.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris