Go to main content

Handicap International dénonce une utilisation répétée de sous-munitions en Syrie

Secourir les victimes
Syrie

Des bombes à sous-munitions ont été utilisées dans au moins 14 attaques menées lors des opérations conjointes des armées russe et gouvernementale syrienne depuis le 26 janvier 2016, rapporte l’ONG Human Rights Watch1. Au moins 37 civils ont été tués lors de ces offensives. Ce nouveau bilan fait suite à un premier rapport publié par l’ONG en décembre dernier dénonçant déjà l’utilisation d’armes à sous-munitions par la coalition russo-syrienne2.

Handicap International, Syrie, avril 2015. Ville de Kobané détruite et présence de restes explosifs de guerre (photo d'archive).

© P. Houliat / Handicap International


« La communauté internationale doit condamner fermement l’usage répété de bombes à sous-munitions. Nous rappelons que l’utilisation de ces armes est interdite par le Traité d’Oslo, signé par 118 Etats. Ces armes barbares font peser une menace inacceptable sur la vie des civils syriens, qui sont  les principales victimes du conflit. », souligne Anne Héry, directrice du Plaidoyer chez Handicap International.

Entre 2012 et 2014, au moins 1 968 victimes d'armes à sous-munitions ont été recensées en Syrie, ce qui représente le nombre de victimes le plus élevé par pays depuis l’adoption de la Convention sur les sous-munitions, relate le rapport 2015 de l’Observatoire des sous-munitions. L’immense majorité d’entre elles étaient des civils.

Seize États continuent à produire des sous-munitions ou se réservent le droit d’en produire, selon le rapport 2015 de l’Observatoire des sous-munitions.

Plus de 90 % des victimes recensées de bombes à sous-munitions dans le monde sont des civils. Ces armes tuent, blessent, mutilent et provoquent des traumatismes psychologiques lourds. De plus, jusqu’à 40 % de ces armes n’explosent pas à l’impact : des zones entières deviennent alors inhabitables, ce qui entrave la reprise de la vie sociale et économique et force les populations à se déplacer. Ces restes explosifs constituent une menace pour les civils parfois des dizaines d’années après un conflit.


1 https://www.hrw.org/news/2016/02/08/russia/syria-daily-cluster-munition-attacks
2 https://www.hrw.org/news/2015/10/10/syria-new-russian-made-cluster-munition-reported

Lire aussi :

 

 

Publié le : 9 février 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Nos actions en 2017 Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre Secourir les déplacés et/ou les réfugiés Secourir les victimes

Nos actions en 2017

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre
© E. Fourt / HI
Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre Secourir les victimes

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre

Un an après la libération de Mossoul, HI publie un mini-rapport sur la pollution phénoménale de Mossoul par les restes explosifs de guerre, consécutive à plusieurs mois de combats. Particulièrement en cause : les bombardements massifs et quasi quotidiens pendant l’offensive militaire entre octobre 2016 et juillet 2017.

Urgence humanitaire dans le Sud de la Syrie
© Elisa Fourt / HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Urgence humanitaire dans le Sud de la Syrie

Le nombre de Syriens ayant fui le conflit dans le Sud de la Syrie a été multiplié par quatre ces derniers jours, passant d’environ 60 000 à 272 000 civils. D’après le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (BCAH), la plupart se dirigent vers le plateau du Golan qui borde Israël. Quelque 60 000 civils rejoignent la frontière sud avec la Jordanie.