Go to main content

Handicap International dénonce de nouvelles utilisations de sous-munitions en Syrie

Mines et autres armes
Syrie

Des bombes à sous-munitions ont été utilisées dans au moins 47 frappes aériennes menées en Syrie depuis le 27 mai 2016, rapporte l’ONG Human Rights Watch*. Des dizaines de civils ont été tués lors de ces offensives. Ce nouveau bilan fait suite à deux précédents rapports publiés par l’ONG en février 2016 et décembre 2015 dénonçant déjà l’utilisation d’armes à sous-munitions en Syrie.

La ville de Kobané en Syrie, presque entièrement détruite par l'utilisation d'armes explosives en zones peuplées. Photo d'archive Handicap International

© P. Houliat / Handicap International

Marion Libertucci, responsable du Plaidoyer à Handicap International :

« La communauté internationale doit condamner fermement l’usage répété de bombes à sous-munitions. Nous rappelons que l’utilisation de ces armes est interdite par la Convention d’Oslo, signée par 119 États. Ces armes barbares font peser une menace inacceptable sur la vie des civils syriens, qui sont les principales victimes du conflit. » 

Entre 2012 et 2014, au moins 1 968 victimes d'armes à sous-munitions ont été recensées en Syrie, ce qui représente le nombre de victimes le plus élevé par pays depuis l’adoption de la Convention sur les sous-munitions, relate le rapport 2015 de l’Observatoire des sous-munitions coédité par Handicap International. La vaste majorité des victimes étaient des civils. 

Plus de 90 % des victimes recensées de bombes à sous-munitions dans le monde sont des civils. Ces armes tuent, blessent, mutilent et provoquent des traumatismes psychologiques lourds. De plus, jusqu’à 40 % de ces armes n’explosent pas à l’impact : des zones entières deviennent alors inhabitables, ce qui entrave la reprise de la vie sociale et économique et force les populations à se déplacer. Ces restes explosifs constituent une menace pour les civils parfois des dizaines d’années après un conflit. 

 Rejoignez-nous, signez la pétition contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées ! et rendez-vous le 24 septembre 2016 aux 22e Pyramides de chaussures dans une vingtaine de villes françaises pour dire NON avec nous à cette utilisation scandaleuse d'armes explosives dans des zones où vivent des civils.

> Dossier "NON aux bombardements des civils !"

> Lire aussi « 6 ans après l’entrée en vigueur du Traité d’interdiction, les bombes à sous-munitions sont toujours utilisées »


* https://www.hrw.org/news/2016/07/28/russia/syria-widespread-new-cluster-munition-use

Publié le : 29 juillet 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L'Amérique latine dit STOP aux bombardements des civils
© HI
Mines et autres armes

L'Amérique latine dit STOP aux bombardements des civils

Organisée par Handicap International, la conférence régionale contre les bombardements de civils s'est achevée le 6 décembre au Chili. 23 États ont adopté le Communiqué de Santiago, exprimant leur inquiétude sur les effets dévastateurs pour les civils de l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées.

L’Amérique latine contre les bombardements des civils
© Thomas Dossus / HI
Mines et autres armes

L’Amérique latine contre les bombardements des civils

Handicap International organise les 5 et 6 décembre à Santiago au Chili une conférence régionale sur la protection des civils contre les bombardements. Elle réunit 26 États et près de 30 organisations de la société civile et des ONG internationales. Objectif : sensibiliser ces pays à cet enjeu crucial et les inciter à s’engager contre l’utilisation des armes explosives en zones peuplées.

Armes à sous-munitions : les investissements en chute libre
© Philippe Houilat / HI
Mines et autres armes

Armes à sous-munitions : les investissements en chute libre

Selon un nouveau rapport de l'organisation PAX, les investissements financiers dans la production d'armes à sous-munitions ont été divisés par 3 depuis sa précédente édition. Une baisse record qui ne doit pas masquer le fait que ces armes continuent de mutiler et tuer des civils longtemps après les conflits.