Go to main content
 
 

Handicap International démine l’Est du Laos

Mines et autres armes
Laos

Le Laos est l'un des pays les plus contaminés au monde par les restes explosifs de guerre. Sur place, les démineurs de Handicap International contribuent à mettre fin à cette terrible menace pour les populations civiles.

Les équipes de Handicap International déminent l’Est du Laos

© HI

Niveau de contamination exceptionnel

Depuis le 21 janvier 2019, les opérations de déminage ont débuté dans le district d’Houameung (province d’Houaphan), dans l’Est du Laos. Bombardé pendant la guerre du Vietnam, le pays est particulièrement contaminé par les mines antipersonnel et les sous-munitions. Ces restes explosifs de guerre constituent une menace mortelle pour les populations civiles. Pour les protéger, Handicap International a lancé une vaste opération de dépollution dans la région. 

 

 

Une opération complexe     

Les 14 démineurs de Handicap International commencent à travailler à 7h30 et reviennent à 16h30. Ils sont répartis en trois équipes : l’équipe d’enquête, l’équipe mobile et l’équipe de déminage. Chacune intervient à une étape différente du processus, du repérage des engins explosifs à leur destruction. Leur mission est difficile : il fait particulièrement froid. Le relief, montagneux et escarpé, demande des précautions supplémentaires. La végétation doit être taillée, ce qui demande des heures d’effort. Les démineurs travaillent 20 jours d’affilée, avant de pouvoir se reposer pendant une semaine. 

Protéger les civils 

Leur travail est essentiel. Les terres des villageois sont contaminées mais ne peuvent être laissées à l’abandon : l’économie repose sur l’agriculture. Les habitants sont obligés de les cultiver et risquent leur vie. La menace pèse sur eux en permanence : les victimes, mutilées ou tuées, sont nombreuses. Depuis le début des opérations, 11 625 mètres carrés ont été dépollués par les équipes de Handicap International. Les restes explosifs sont partout : à Houaxieng, un village de 423 habitants, l’équipe a trouvé 42 munitions non explosées et toujours actives. 

Construire un futur plus sûr 

Ces restes sont hautement explosifs : ils ne peuvent être manipulés ni déplacés. Il faut les détruire sur place, un par un. Le travail est donc lent. Parallèlement, éduquer les populations locales aux risques est essentiel. Handicap International mène donc une campagne de sensibilisation et d’information, destinée à réduire le nombre de victimes.

Publié le : 13 mars 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Bombardements de civils : les États reconnaissent enfin l'urgence d'agir
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Bombardements de civils : les États reconnaissent enfin l'urgence d'agir

133 États se sont réunis les 1er et 2 octobre lors de la Conférence de Vienne sur la protection des civils dans les guerres urbaines. Une majorité est prête à travailler sur une déclaration politique visant à mettre fin aux souffrances humaines causées par l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées. Les discussions qui se tiendront durant les prochains mois seront décisives.

Civils bombardés : à Vienne, les États doivent prendre leurs responsabilités
© A. Al Osta / HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Civils bombardés : à Vienne, les États doivent prendre leurs responsabilités

Plus de 90 États participent à la Conférence de Vienne qui a lieu les 1er et 2 octobre. Cette rencontre cruciale marque le début des discussions sur la déclaration politique internationale visant à mettre fin à l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées. Alma Taslidžan Al-Osta, responsable du plaidoyer à Handicap International, explique les derniers préparatifs.

Handicap International inaugure le Monument au civil inconnu
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Handicap International inaugure le Monument au civil inconnu

Handicap International a inauguré le 26 septembre à Paris le "Monument au civil inconnu" en hommage aux victimes civiles des conflits contemporains et pour dénoncer une pratique intolérable : les bombardements en zones peuplées.