Accès direct au contenu
 
 

Handicap International démine l’Est du Laos

Mines et autres armes
Laos

Le Laos est l'un des pays les plus contaminés au monde par les restes explosifs de guerre. Sur place, les démineurs de Handicap International contribuent à mettre fin à cette terrible menace pour les populations civiles.

Les équipes de Handicap International déminent l’Est du Laos

© HI

Niveau de contamination exceptionnel

Depuis le 21 janvier 2019, les opérations de déminage ont débuté dans le district d’Houameung (province d’Houaphan), dans l’Est du Laos. Bombardé pendant la guerre du Vietnam, le pays est particulièrement contaminé par les mines antipersonnel et les sous-munitions. Ces restes explosifs de guerre constituent une menace mortelle pour les populations civiles. Pour les protéger, Handicap International a lancé une vaste opération de dépollution dans la région. 

 

 

Une opération complexe     

Les 14 démineurs de Handicap International commencent à travailler à 7h30 et reviennent à 16h30. Ils sont répartis en trois équipes : l’équipe d’enquête, l’équipe mobile et l’équipe de déminage. Chacune intervient à une étape différente du processus, du repérage des engins explosifs à leur destruction. Leur mission est difficile : il fait particulièrement froid. Le relief, montagneux et escarpé, demande des précautions supplémentaires. La végétation doit être taillée, ce qui demande des heures d’effort. Les démineurs travaillent 20 jours d’affilée, avant de pouvoir se reposer pendant une semaine. 

Protéger les civils 

Leur travail est essentiel. Les terres des villageois sont contaminées mais ne peuvent être laissées à l’abandon : l’économie repose sur l’agriculture. Les habitants sont obligés de les cultiver et risquent leur vie. La menace pèse sur eux en permanence : les victimes, mutilées ou tuées, sont nombreuses. Depuis le début des opérations, 11 625 mètres carrés ont été dépollués par les équipes de Handicap International. Les restes explosifs sont partout : à Houaxieng, un village de 423 habitants, l’équipe a trouvé 42 munitions non explosées et toujours actives. 

Construire un futur plus sûr 

Ces restes sont hautement explosifs : ils ne peuvent être manipulés ni déplacés. Il faut les détruire sur place, un par un. Le travail est donc lent. Parallèlement, éduquer les populations locales aux risques est essentiel. Handicap International mène donc une campagne de sensibilisation et d’information, destinée à réduire le nombre de victimes.

Publié le : 13 mars 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le 4 avril, n'oublions pas les victimes de mines et de restes explosifs de guerre
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Le 4 avril, n'oublions pas les victimes de mines et de restes explosifs de guerre

À l’occasion de la Journée mondiale d’action contre les mines, le 4 avril, Handicap International rend hommage aux victimes de mines et de restes explosifs de guerre, et rappelle la nécessité encore plus forte de les aider en contexte de coronavirus.

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire
© Bahia Z. / HI
Mines et autres armes Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire

Alors que près d'un million de personnes – principalement des femmes et des enfants – ont fui les combats et les bombardements à Idlib en Syrie, Handicap International appelle les États à s'engager pleinement dans le processus diplomatique international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. La situation actuelle constitue l’une des pires crises humanitaires depuis le début du conflit en 2011.

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump
© Basile Barbey / HI
Mines et autres armes

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump

Victime d’une mine, Gniep Smoeun est l’une des premières personnes appareillées par Handicap International au début des années 80. Face au Palais des Nations à Genève le 13 février, elle a porté la voix des victimes face à la décision de l’administration Trump de réintroduire les mines antipersonnel dans l’arsenal américain, et demande aux États d’user de toute leur influence pour que les États-Unis reviennent sur cette décision révoltante.