Go to main content

Handicap International condamne une nouvelle utilisation de sous-munitions en Syrie

Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre
Syrie

Des bombes à sous-munitions de fabrication russe et de modèles jusqu’ici inédits sur le théâtre du conflit, ont été utilisées dans la région d’Alep, début octobre, rapporte l’ONG Human Rights Watch1, sans qu’il soit possible de déterminer si elles ont été utilisées par des troupes russes ou syriennes.

Syrie, zone bombardée. Handicap International condamne une nouvelle utilisation de sous-munitions dans le pays.

© Ph. Houliat / Handicap International

« Nous rappelons que le Traité d’Oslo, ratifié par 98 États et signé par 20 autres, interdit l’emploi, la production, le transfert et le stockage des armes à sous-munitions, souligne Anne Héry, directrice du Plaidoyer à Handicap International. L’utilisation de ces armes barbares fait peser en Syrie une menace inacceptable sur la vie des civils qui sont  les principales victimes du conflit. »

Entre 2012 et 2014, au moins 1 968 victimes d'armes à sous-munitions ont été recensées en Syrie, ce qui représente le total de victimes le plus élevé pour un seul pays depuis bien avant l’existence de la Convention sur les sous-munitions, relate le rapport 2015 de l’Observatoire des sous-munitions. La vaste majorité d’entre elles étaient des civils.

Seize États continuent à produire des sous-munitions ou se réservent le droit d’en produire, selon le rapport 2015 de l’Observatoire des sous-munitions.

Plus de 90 % des victimes recensées de bombes à sous-munitions dans le monde sont des civils. Ces armes tuent, blessent, mutilent et provoquent des traumatismes psychologiques lourds. Alors que jusqu’à 40 % de ces armes n’explosent pas à l’impact, des zones entières deviennent inhabitables à cause de leur pollution par des restes explosifs de guerre (REG), entravant la vie sociale et économique et forçant les populations à se déplacer. Ces restent explosifs constituent une menace pour les civils des dizaines d’années après un conflit.

1 https://www.hrw.org/news/2015/10/10/syria-new-russian-made-cluster-munition-reported

Publié le 14 octobre 2015.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le quotidien de Mariam, kinésithérapeute au chevet des réfugiés syriens
© Elisa Fourt / HI
Réadaptation

Le quotidien de Mariam, kinésithérapeute au chevet des réfugiés syriens

La guerre qui déchire la Syrie depuis bientôt sept ans a provoqué des mouvements de population sans précédent. On compte plus de 5 millions de réfugiés syriens dans les pays limitrophes, dont plus d’un million rien qu'au Liban. Mariam travaille comme kinésithérapeute pour Handicap International dans le pays depuis le lancement de la réponse d’urgence de l’association. Elle raconte son quotidien au chevet des réfugiés, elle qui voit concrètement sur le terrain l'énorme différence que la réadaptation apporte dans la vie des personnes touchées par le conflit.

Syrie : l’OMS et HI alertent sur les besoins des blessés et des personnes handicapées
© Philippe de Poulpiquet / HI
Réadaptation Santé Urgence

Syrie : l’OMS et HI alertent sur les besoins des blessés et des personnes handicapées

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et Handicap International (HI) attirent l’attention sur les besoins des 3 millions de personnes en Syrie qui, selon les estimations, sont blessées ou en situation de handicap. Les deux organisations appellent la communauté internationale à intensifier ses efforts pour assurer la réadaptation et la réintégration de ces personnes au sein de la société.

Fayez, 3 ans, fait d'énormes progrès
© E. Fourt / Handicap International
Réadaptation

Fayez, 3 ans, fait d'énormes progrès

Fayez, 3 ans seulement, a été victime d’un attentat-suicide en Syrie cette année. Lui et ses parents se sont réfugiés au Liban. Partiellement paralysé à son arrivée dans le pays, le petit garçon a été pris en charge par une équipe de Handicap International qui lui prodigue des soins de réadaptation. Avec l'aide de Mariam, sa kinésithérapeute, il fait beaucoup de progrès et peut à nouveau marcher.