Go to main content

Guerre au Yémen : le silence est d’or pour la France

Secourir les victimes
Yémen

Depuis plus d’un an, la guerre que se livrent les rebelles Houthis et la coalition militaire menée par l’Arabie Saoudite a causé la mort de milliers de personnes et le déplacement de plus de 2,7 millions de Yéménites. Des ONG françaises, dont Handicap International, appellent la France à faire plus pour mettre un terme à ce conflit et limiter les souffrances des civils.

Plus d’une année de violences a mené l’un des pays les plus pauvres du monde dans le chaos. L’impact du conflit est dramatique pour les Yéménites : 82 % de la population, soit 21,2 millions de personnes, dépendent maintenant de l’aide humanitaire ; 2,75 millions sont déplacées ; des dizaines d’écoles et d’hôpitaux ont été les cibles d’attaques ; 14,4 millions de Yéménites sont en situation d’insécurité alimentaire et les cas de malnutrition se comptent aujourd’hui par centaines de milliers. 

La cessation des hostilités conclue le 10 avril 2016, préalable indispensable aux discussions de paix qui devaient débuter le 18 avril au Koweït, représente un premier espoir de paix après de nombreux mois sans aucune avancée. Toutefois, de nombreuses violations de cet accord sont observées sur le terrain et les pourparlers viennent d’être repoussés. Nous, ONG présentes et actives au Yémen, sommes profondément frappées par la lenteur de ce processus et par l’inaction de la France, partenaire privilégiée de l’une des parties au conflit.

En mai 2015, six semaines après le début des frappes aériennes menées par la coalition, le Président français était l’invité du Conseil de Coopération du Golfe. Seul chef d’État européen présent, François Hollande aurait pu faire valoir ce statut unique afin de défendre les intérêts des populations civiles yéménites. De même, les visites d’officiels saoudiens en France ou de dignitaires français en Arabie Saoudite et dans le Golfe se sont multipliées ces derniers mois, jusqu’à la réception du ministre saoudien de l’Intérieur le 4 mars dernier, à l’occasion de laquelle il a reçu la Légion d’honneur. 

Si les communications ont été nombreuses entre Paris et Riyad, il semble qu’elles aient essentiellement concerné les nombreux échanges commerciaux entre les deux pays, particulièrement en matière d’armement*, et non la condamnation des nombreuses violations du Droit International Humanitaire au Yémen par toutes les parties au conflit, ni des obstacles permanents rencontrés par les acteurs humanitaires pour venir en aide à la population. Ainsi, il y a moins d’un mois, plus de 100 personnes étaient tuées lors du bombardement d’un marché dans le Nord du Yémen, sans qu’aucune condamnation officielle ne soit faite par la France face à cette violation flagrante des principes de précaution, de distinction et de proportionnalité dans la conduite des hostilités.

Le silence français et international sur la crise en cours au Yémen, pourtant l’une des trois plus graves au monde, se traduit également par le sous-financement de la réponse humanitaire : 16 % des fonds nécessaires pour 2016 ont pour l’instant été reçus, là non plus sans mobilisation significative de la France.

Lors de la visite du Président français au Moyen-Orient, nous espérons que le respect du Droit International Humanitaire dans la conduite des hostilités sera discuté avec la Jordanie, également partie à la coalition armée menée par l’Arabie Saoudite au Yémen. À l’occasion de la visite de François Hollande en Jordanie même, des représentants de Handicap International ont pu rencontrer le Président le 19 avril afin de lui remettre le communiqué conjoint des ONG françaises sur la situation au Yémen.

De même, nous souhaitons vivement que la visite du Vice-prince héritier et ministre saoudien de la Défense Mohammed bin Salman bin Abdul Aziz, le 25 avril à Paris, soit l’occasion d‘aborder la question de l’application du Droit International Humanitaire au Yémen. Nous espérons que la France prendra enfin ses responsabilités en tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU et œuvrera activement à la résolution de ce conflit meurtrier dont les premières victimes sont les civils.

* Selon le Rapport 2015 au Parlement sur les exportations d’armement de la France, les commandes saoudiennes en armement français s’élevaient en 2014 à plus de 3,5 milliards d’euros et sont en augmentation croissante depuis 2012.

Action contre la Faim
CARE France
Handicap International
Médecins du Monde
Première Urgence Internationale

Publié le : 19 avril 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

En vidéo, notre expatrié parle de nos actions au Yémen
© Elisa Fourt / HI

En vidéo, notre expatrié parle de nos actions au Yémen

En vidéo, François Olive-Keravec, directeur du programme Yémen de Handicap International, fait le point sur la situation et les besoins urgents de la population yéménite, dans ce pays qui connaît l’une des plus graves crises humanitaires de la planète. Malgré des conditions de travail compliquées, Handicap International apporte son aide à un maximum de personnes.

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Yémen : les ONG appellent à une cessation immédiate des hostilités et à un accès humanitaire total
© Google Maps

Yémen : les ONG appellent à une cessation immédiate des hostilités et à un accès humanitaire total

Les organisations signataires présentes sur le terrain, dont Handicap International, appellent à la cessation immédiate des hostilités au Yémen, y compris à Sanaa. Elles demandent également aux parties au conflit de permettre un accès humanitaire total et sans entraves aux personnes dans le besoin afin de faciliter l'acheminement du fret humanitaire.