Go to main content
 
 

Growing Together : Former les parents à l’importance du jeu dans les camps de réfugiés

Handicap International, avec le soutien de la Fondation IKEA, vise à permettre à 13 000 enfants des camps de réfugiés du Pakistan, du Bangladesh et de Thaïlande d’apprendre et de se développer grâce au jeu, en tout sécurité. L’association forme les parents et les volontaires communautaires afin qu’ils puissent stimuler les enfants, dès leur plus jeune âge.

 

 

 

Ikea Growing together _Mae La

Formation des parents à la stimulation infantile dans le camp de Mae La en Thaïlande. | © Handicap International

Dans le cadre du projet Growing Together, soutenu par la Fondation IKEA, Handicap International favorise la détection précoce, la stimulation infantile et les séances de réadaptation auprès des enfants afin d’éviter l’apparition de handicap et d’améliorer leurs conditions de vie à long terme. L’association forme les parents, les donneurs de soin et les volontaires communautaires à stimuler les jeunes enfants, notamment grâce à des activités ludiques et quotidiennes.

Au Bangladesh

Handicap international a mené un ‘mapping’ (cartographie) communautaire dans les camps de réfugiés, et notamment dans le camp de Nayapara, au Bangladesh. L’association a impliqué 25 membres de la communauté[1] afin d’identifier les personnes les plus fragiles, les  enfants handicapés, les parents et les enfants qui participeront aux activités menées dans le cadre du projet Growing Together (comités de parents et d’enfants, activités ludiques, séances de réadaptation, et autres). 

Formation dans le cadre du projet Growing together au Bangaladesh. © Handicap International 

L’association a également mené ce ‘mapping’ communautaire dans le village de Balukhali, en impliquant des membres de la communauté.

Formation dans le cadre du projet Growing together dans un village au Bangaladesh. © Handicap International 

En Thaïlande

Handicap International a formé plus de quarante volontaires communautaires dans trois camps de réfugiés situés près de la frontière avec  la Birmanie. Les volontaires apprennent notamment comment prendre soin des enfants (hygiène), comment les nourrir, les stimuler et les encourager à jouer dès le plus jeune âge. 17 volontaires ont également suivi une formation sur les droits et la protection de l’enfant, afin de pouvoir identifier les risques et de référer les enfants victimes de violence vers des organisations proposant des services adaptés.

 

Formation dans le camp des réfugiés de Mae La dans le cadre du projet Growing Together en Thaïlande. © Handicap International 

Au Pakistan 

Dans les camps de réfugiés[1], et notamment dans le camp de Peshawar, au Pakistan, Handicap International forme les pères à l’importance du jeu et de la stimulation infantile, qui favorisent le développement de l’enfant. Ils apprennent également comment stimuler l’enfant dès le plus jeune âge : « Un enfant stressé, ou qui grandit dans la peur, ne peut pas apprendre et se développer. Il est crucial que son bien-être psychologique et émotionnel soient assurés, notamment via des interactions avec son entourage, et en jouant régulièrement à la maison », explique Alexey Kruk, coordinateur régional du projet Growing Together.

Formation dans le cadre du projet Growing Together  au Pakistan. © Handicap International 

Handicap International mène également des formations auprès des mères du camp de réfugiés de Peshawar, afin de leur expliquer l’importance du jeu pour l’enfant, et les techniques de stimulation infantile.

Formation dans le cadre du projet Growing together  pour des mères au Pakistan. © Handicap International 


[1] Au Pakistan, au Bangladesh et en Thaïlande.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

Publié le : 19 juillet 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump
© Basile Barbey / HI
Mines et autres armes

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump

Victime d’une mine, Gniep Smoeun est l’une des premières personnes appareillées par Handicap International au début des années 80. Face au Palais des Nations à Genève le 13 février, elle a porté la voix des victimes face à la décision de l’administration Trump de réintroduire les mines antipersonnel dans l’arsenal américain, et demande aux États d’user de toute leur influence pour que les États-Unis reviennent sur cette décision révoltante.

Civils bombardés : la déclaration politique devra être ambitieuse
© ISNA Agency / HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Civils bombardés : la déclaration politique devra être ambitieuse

Plus de 70 États se sont réunis le 10 février à Genève lors du deuxième cycle de négociations, destiné à aboutir le 26 mai prochain à Dublin à la Déclaration politique contre l’usage des armes explosives en zones urbaines.

Handicap International révoltée par la décision de l’Administration Trump de relancer l’utilisation des mines
© M. Ashraf / HI
Mines et autres armes

Handicap International révoltée par la décision de l’Administration Trump de relancer l’utilisation des mines

Co-prix Nobel de la paix pour son combat contre les mines et fer de lance du déminage humanitaire, Handicap International est révoltée par le retour des mines antipersonnel dans l’arsenal américain. Plus de 20 ans après la signature du Traité d’Ottawa, la décision du Président Trump constitue un changement de politique assassin.