Accès direct au contenu
 
 

Glody peut enfin vivre comme les autres bébés

Appareiller et rééduquer
République démocratique du Congo

Glody, 2 ans, est né avec un kyste au cou de la taille d’un ballon, gênant ses moindres mouvements. Grâce au soutien de Handicap International, le bébé a bénéficié d’une opération chirurgicale. Il suit aujourd’hui des séances de rééducation et peut enfin vivre le cœur léger.

Glody, 2 ans, peut désormais vivre presque comme tous les bébés de son âge

© Handicap International

À Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC), Glody, 2 ans, vit avec ses parents et ses quatre frères et sœurs. « Il est né avec un kyste géant à droite de son cou, de la taille d’un ballon de foot. Glody était gêné dans tous ses mouvements, incapable de courir ou de soulever le moindre poids. Un calvaire. Quand j’y repense, j’ai envie de pleurer », explique Christine, sa maman. Son fils est né avec une masse kystique congénitale axillaire au cou. Les deux premières années de sa vie ont été très éprouvantes. 

Fin 2014, les cliniques mobiles mises en place par Handicap International se déplacent à Kinshasa afin d’apporter des soins aux populations vivant dans des zones dépourvues de centres de santé et de réadaptation. Elles rencontrent Glody, examinent son kyste et l’emmènent à la clinique. Grâce au soutien de l’association, l’enfant bénéficie d’une opération chirurgicale. 

« L’opération s’est très bien déroulée. Si Glody est parfois limité dans quelques-uns de ses mouvements au niveau de l’épaule droite, il est libéré d’un poids énorme. Il peut enfin se déplacer, jouer, marcher comme les autres enfants. Nous l’accompagnons : il doit encore suivre des séances de rééducation et se rend régulièrement à l’hôpital. Mais c’est un changement fondamental pour lui et pour toute sa famille », explique Sébastien Kasongo, chef de projet Réadaptation pour Handicap International en RDC. « Qu’il puisse aller à l’école, comme les autres enfants, est notre prochaine priorité. »

Pour la famille de Glody, son opération est un vrai soulagement : « Notre histoire n’est pas facile. Nous avons perdu une de nos filles, âgée de 9 ans. Et s’occuper de Glody était une préoccupation quotidienne. Son opération a été une épreuve, mais aussi une libération. Depuis, j’arrive enfin à manger et à dormir. J’ai même pris un peu de poids. On revit », ajoute sa maman.

 

Les cliniques mobiles de Handicap International
Dans le cadre de son projet de réadaptation, Handicap International a notamment mis en place des cliniques mobiles afin d’apporter des soins aux enfants handicapés vivant dans des zones dépourvues de centres de santé et de réadaptation. L’association identifie les enfants qui nécessitent des soins, les prend en charge directement ou les réfère vers d’autres structures adéquates. Elle distribue des aides à la mobilité et soutient financièrement les interventions grâce à un fonds de solidarité. Handicap International sensibilise également les parents à la prévention et à la prise en charge du handicap. De novembre 2014 à juillet 2015, plus de 900 enfants ont été identifiés. Plusieurs centaines ont déjà bénéficié de soins de kinésithérapie.
Publié le : 17 août 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rencontre avec nos équipes et nos bénéficiaires en RDC Améliorer la santé mentale Réadaptation

Rencontre avec nos équipes et nos bénéficiaires en RDC

Notre collègue Elise Cartuyvels s'est rendue au Nord Kivu en République démocratique du Congo avant le début de la crise de Covid-19, accompagnée d’un cameraman/photographe professionnel, afin de produire des témoignages de bénéficiaires pour rendre compte des actions de Handicap International à ses donateurs et sympathisants. Elle s’est également filmée avec son smartphone, suivez-la sur place !

Au Nord Kivu, plus de 1 600 victimes de conflit ont bénéficié de réadaptation d'urgence
© Patrick Meinhardt / HI
Réadaptation Urgence

Au Nord Kivu, plus de 1 600 victimes de conflit ont bénéficié de réadaptation d'urgence

Pendant deux ans, les kinés et psychologues de Handicap International se sont rendus dans des zones du Nord Kivu où l'insécurité est très élevée afin de venir en aide à plus de 1 600 victimes de conflit. À Rutshuru, l'association était la seule ONG à proposer des soins de réadaptation d’urgence. Retour sur un projet d'envergure.

« Je fais de mon mieux, mais j'ai tellement peur »
© Patrick Meinhardt / HI
Réadaptation Urgence

« Je fais de mon mieux, mais j'ai tellement peur »

Jacquie, 32 ans, mère de sept enfants, raconte son histoire et celle de sa fille, qui a perdu une jambe dans des affrontements entre groupes rebelles au Nord Kivu en RDC.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris