Goto main content
 
 

Gaza : 250 blessés identifiés pour des soins de réadaptation

Urgence
Palestine

Les équipes de Handicap International ont commencé à apporter un soutien psychologique et à identifier les civils blessés qui ont besoin de soins de réadaptation.

Image d'archive - Un professionnel de réadaptation de Handicap International s'occupe d'un blessé à Gaza en 2018

Image d'archive - Un professionnel de réadaptation de Handicap International s'occupe d'un blessé à Gaza en 2018 | © Hardy Skills / HI

Situation très tendue

"La situation reste très tendue", explique Laurent Palustran, responsable de Handicap International pour Gaza. "Les bombardements se poursuivent et nos équipes continuent à travailler. Les différentes évaluations nous ont permis d’identifier de plus en plus de besoins."

Au cours de la semaine du 10 mai, les violences dans la bande de Gaza ont fait plus de 200 morts et 1 400 blessés selon les Nations Unies. Des centaines de bâtiments et d’habitations ont été touchés, laissant un grand nombre des deux millions d'habitants sans logement. Selon les rapports de l'UNRWA  (Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens), plus de 48 000 personnes sont actuellement déplacées à l'intérieur du territoire de Gaza. Parmi elles, Handicap International en a déjà identifié plus de 250 qui ont besoin de soins de réadaptation.

"Plusieurs personnes blessées ont été opérées rapidement, mais il peut y avoir des conséquences à court et long terme de leurs blessures, notamment celles qui resteront handicapées."

Laurent Palustran, responsable de Handicap International pour Gaza

Soutien psychologique

Les équipes de Handicap International ont déjà commencé à apporter un soutien psychologique aux personnes touchées par les violences dans la bande de Gaza. Elles seront bientôt en mesure de fournir des soins de réadaptation.

"Il y a des traumatismes psychologiques qui vont rester", poursuit Laurent Palustran. "Il est important de fournir un soutien en matière de santé mentale. La population vit un traumatisme collectif."

Pour venir en aide au grand nombre de personnes déplacées, 58 écoles gérées par l'UNWRA ont ouvert leurs portes pour accueillir et héberger ceux qui ont perdu leur maison ou ont été forcés de partir. Cependant, avec la menace permanente de l'épidémie de Covid-19 et en l'absence actuelle de doses de vaccin pour la population, la situation risque d'entraîner une augmentation des cas positifs.

Se protéger du Covid-19

"Les familles viennent chercher un abri, mais elles n'ont pas de quoi se protéger du Covid-19", ajoute Laurent Palustran. "On parle de près de 50 000 personnes dans la cinquantaine d'écoles qui ont été ouvertes, ce qui représente près de 1 000 personnes par école. Les personnes ne portent pas de masques et elles sont les unes sur les autres. Le risque est très élevé".

Pour répondre aux besoins d'hygiène des personnes vulnérables, Handicap International s'apprête à distribuer des kits de prévention. Ceux-ci contiennent notamment des produits essentiels tels que du savon, du désinfectant, du gel pour les mains, des gants, du shampoing, du détergent pour le linge, du papier toilette et des serviettes hygiéniques, ainsi que des informations préventives sur le virus.

Restes expolsifs : un danger pour les civils

Alors que les appels internationaux au cessez-le-feu se multiplient, sans perspective de concretisation à ce stade, Handicap International rappelle que même si les bombardements devaient s’interrompre rapidement, le danger des restes explosifs sera toujours présent pour les civils. Laurent Palustran : "Il est possible que certaines des roquettes qui ont été lancées n'aient pas encore explosé, il se peut donc qu’il y ait des restes de guerre représentant un danger pour les civils".

Le personnel de Handicap International sur place se dit choqué par la violence qu'il voit et entend au quotidien. Le soir du 17 mai, des bombes sont tombées à côté des bureaux de l'association. Heureusement, le personnel est sain et sauf. Il continue de travailler dans toute la bande de Gaza pour apporter son aide aux civils touchés par le conflit, en particulier aux plus vulnérables.

Pour faire face aux besoins des victimes,
nous avons besoin de vous.
Aidez-les, faites un don dès maintenant !

Urgence Gaza Handicap International : aidez les victimes civiles des bombardements, faites un don !

Publié le : 20 mai 2021
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
donateurs@france.hi.org
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail agissez@france.hi.org

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
c.amati@hi.org 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : donateurs@france.hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Afghanistan : HI évalue les besoins en réadaptation physique et santé mentale
© T. Mayer / HI
Réadaptation Santé Urgence

Afghanistan : HI évalue les besoins en réadaptation physique et santé mentale

Plus de 1 000 personnes ont été tuées par un tremblement de terre de magnitude 5,9 dans la nuit du 21 au 22 juin dans l'Est de l'Afghanistan. Handicap International est sur place pour évaluer les besoins.

« Nous sommes reconnaissants envers HI pour l’aide reçue »
© V. Mallqui / HI
Urgence

« Nous sommes reconnaissants envers HI pour l’aide reçue »

Clara et son mari Juan ont fui le Venezuela pour le Pérou en septembre 2018. Ils luttent pour subvenir à leurs besoins alimentaires et pour se soigner.

Un avenir meilleur pour Luisa et sa fille handicapée
© V. Mallqui / HI
Réadaptation Urgence

Un avenir meilleur pour Luisa et sa fille handicapée

Luisa a fui le Venezuela avec sa fille de 6 ans, Alicia, atteinte de paralysie cérébrale infantile. Handicap International les aide dans leur quotidien.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris