Go to main content

Gaza : Handicap International vient au secours des blessés

Déminer les terres Secourir les victimes
Palestine

Dans la bande de Gaza, Handicap International constate chaque jour les terribles conséquences des frappes aériennes sur les civils et met tout en œuvre pour étendre son intervention. Jour après jour, le bilan s'alourdit. Plus de 1000 palestiniens, dont plus des trois quarts sont des civils, ont été tués au cours des vingt derniers jours et les blessés des bombardements se comptent par milliers. 2000 sont des enfants. L'usage d'armes explosives au cœur de quartiers densément peuplés est une violation grave du droit humanitaire international.

Un membre de l'équipe mobile de Handicap International soigne un patient victime d'une amputation du bras droit.

© Mary Jane Cole / Handicap International

Handicap International a pu livrer mercredi dernier une première donation de matériel orthopédique à l'hôpital Al-Shifa, qui traite de nombreux blessés mais dont les capacités de prise en charge sont insuffisantes. Samah, chef de projet de l'association, s'est rendue dans cet hôpital la semaine dernière pour évaluer les besoins. Elle décrit une situation dramatique : « Les blessés sont soignés à même le sol, les carrelages sont couverts de sang... La situation était déjà catastrophique avant ces attaques, mais elle se dégrade de jour en jour. »

D'autres donations de matériel orthopédique sont prévues cette semaine, toujours à destination de cet hôpital, puis dès que possible des populations déplacées. Il s'agit de matelas anti-escarres, indispensables pour limiter les séquelles invalidantes de certaines blessures, de fauteuils roulants et béquilles. Handicap International s'approvisionnera en dehors de la bande de Gaza. La difficulté réside dans l'acheminement de ce matériel à l'intérieur de la zone, du fait du blocus de l'armée israélienne et des bombardements en cours.

Handicap International et ses partenaires souhaitent également déployer des équipes mobiles de réadaptation dès que les conditions de sécurité le permettront. « En seulement vingt jours de combats, plus de 6 000 personnes, dont 2 000 enfants, sont déjà blessés, rappelle Jean-Bertrand Lebrun, directeur régional de Handicap International. La plupart dans une explosion ou l'effondrement d'un bâtiment. Les structures qui les prennent en charge manquent totalement de moyens. Dans ce contexte, tout est fait pour parer aux premières urgences et sauver des vies avant tout. Les blessés sont donc rapidement renvoyés chez eux car il faut pouvoir en accueillir d'autres. Un important travail de rééducation sera nécessaire pour éviter des séquelles invalidantes permanentes à ces personnes, qui n'auront pas reçu l'ensemble des soins nécessaires après leur opération. Il y a aussi tous les blessés qui vont rester définitivement handicapés. Nous devons les accompagner dans l'apprentissage d'une nouvelle vie et les aider à préserver un maximum d'autonomie. »

Handicap International souhaite également lancer des actions d'accompagnement psycho-social. « Jour et nuit, tout le monde à Gaza entend les frappes, des quartiers entiers sont réduits en ruine. Chacun connaît directement ou indirectement une personne qui a été blessée ou tuée, poursuit Jean-Bertrand Lebrun. L'impact psychologique sur la population est très préoccupant, nos collègues sur place décrivent déjà de graves symptômes traumatiques tout autour d'eux.»

Enfin, Handicap International, qui mène des opérations de dépollution dans la région, au Liban, étudie la possibilité de mettre en place à Gaza des actions de recherche et destruction de restes explosifs de guerre et d'éducation des habitants aux risques liés aux engins explosifs, à l'issue des opérations militaires.

Publié le : 29 juillet 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Restes explosifs : les enfants handicapés doivent avoir accès à la prévention
© HI

Restes explosifs : les enfants handicapés doivent avoir accès à la prévention

Près de 10 000 engins non explosés – roquettes, têtes de missiles, bombes... – ont été laissés par les bombardements qui ont a frappé la Bande de Gaza à l’été 2014. Entre décembre 2016 et septembre 2017, Handicap International a formé 93 enseignants pour qu’ils mènent des sessions de sensibilisation aux risques liés à la présence de ces restes explosifs de guerre. 15 000 élèves ont pu être sensibilisés.

L’action contre les mines en 2018
© Elisa Fourt / HI

L’action contre les mines en 2018

Les évolutions du déminage tiennent beaucoup aux mutations récentes des contextes d’intervention. Thomas Hugonnier, responsable de l'action contre les mines au siège de Handicap International, explique les caractéristiques du déminage aujourd’hui.

Unir les forces pour favoriser le développement du Tchad
© B. Almeras / Handicap International

Unir les forces pour favoriser le développement du Tchad

Handicap International lance au Tchad un vaste programme de développement visant à déminer des terres contaminées, à mettre en place un système de protection sociale et à stimuler l’activité économique dans les régions du Nord (Borkou, Ennedi, Tibesti) et celle du Lac Tchad. En consortium avec trois autres ONG internationales, ce projet sur 4 ans représente le plus gros budget humanitaire – 23 millions d’euros –  jamais géré par l’association. Thomas Hugonnier, responsable de l’action contre les mines, nous en donne les clés.