Go to main content

Famine : se préparer à la pire crise humanitaire depuis 70 ans

Urgence
Ethiopie Somaliland Soudan du Sud Yémen

Depuis 2016, 20 millions de personnes sont victimes d’une crise alimentaire majeure au Soudan du Sud, en Somalie, au Yémen et dans le Nord-Est du Nigéria. La sécheresse touche depuis plusieurs mois la Somalie, le Kenya, l’Éthiopie, Djibouti, l’Ouganda, le Soudan du Sud et dans une moindre mesure la Tanzanie. Dans certains pays, les conflits engendrent une grave pénurie alimentaire. Handicap International se mobilise pour faire face à la pire crise humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale.

Camp de réfugiés de Kakuma au Kenya

Camp de réfugiés de Kakuma au Kenya | © E. Cartuyvels / Handicap International

Portrait de Xavier Duvauchelle de Handicap International« De nombreuses organisations internationales commencent à intervenir ou vont le faire prochainement pour aider les populations qui font face à la crise alimentaire en Afrique de l’Est et au Yémen. Nous voulons mener une action complémentaire de cette réponse humanitaire régionale en nous concentrant sur la prise en charge et la prise en compte des personnes dont la mobilité est limitée par un handicap, la maladie, l’âge… La réadaptation auprès des enfants malnutris, la sensibilisation et la formation des professionnels de l’humanitaire à mieux intégrer les personnes handicapées… Voilà des premières voies d’action possibles en plus des soins de réadaptation tous publics et du soutien psychologique. Dans les zones où nous constaterons que les populations n’ont pas totalement accès à une aide de base (eau et nourriture), nous sommes prêts à assurer directement des distributions. »

Xavier Duvauchelle, responsable des programmes pour l’Afrique de l’Est et du Sud

L'importance de l'inclusion

Handicap International sensibilise et forme les organisations humanitaires à mieux inclure les personnes handicapées dans leurs programmes. Ricardo Pla Cordero, référent technique Inclusion dans l’action humanitaire à Handicap International : « Les professionnels de l’humanitaire sont encore trop peu formés pour bien repérer les personnes handicapées, comprendre la spécificité de leurs besoins et y répondre. Dans une situation de crise majeure, quand des centaines de milliers de personnes requièrent une aide rapide, il est essentiel de prendre en compte les plus fragiles, qui sont de fait davantage en difficulté faute de pouvoir se déplacer, et nécessitent donc une attention particulière. Nous appelons donc les organisations humanitaires et les États à soutenir la Charte pour l’inclusion des personnes handicapées dans l'action humanitaire que Handicap International a contribué à élaborer et lancer aux côtés d’organisations représentantes des personnes handicapées en mai 2016, lors du Sommet humanitaire mondial à Istanbul. »

Ouganda

En Ouganda, Handicap International s’active pour obtenir des financements internationaux, afin de déployer des équipes auprès des réfugiés sud-soudanais qui, en plus de fuir les violences de leur pays, sont touchés par la sécheresse. L’association cherche à intervenir spécifiquement auprès des personnes fragiles (personnes handicapées, âgées, femmes enceintes, etc.) et des incapacités psychosociales (personnes traumatisées, isolées…). Cette mission doit aussi permettre de collecter des informations plus précises sur la situation au Soudan du Sud où l’accès humanitaire est toujours extrêmement réduit du fait des conditions sécuritaires.

Éthiopie

L’Éthiopie accueille de nombreux réfugiés majoritairement sud-soudanais dans les camps existants sur son territoire, comme ceux dans la région de Gambella. Handicap International renforce ses actions en assurant notamment de la kinésithérapie de stimulation pour les enfants malnutris. Dans les régions de Gambella et de Dire Dawa, l’association souhaite renforcer ses activités de réduction des risques pour donner les moyens aux populations réfugiées et locales de faire face à cette crise climatique.

Somalie

En Somalie, Handicap International devrait sensibiliser et former les organisations humanitaires pour que les personnes les plus vulnérables – personnes handicapées, âgées, enfants, femmes enceintes, etc. – soient prises en compte dans leur réponse à l’urgence.

L’accès à l’eau et à la nourriture à long terme est une autre priorité pour l’association : « Après des mois de sécheresse terrible, la saison des pluies qui commence maintenant risque d’être désastreuse pour les populations. Une seconde vague de sécheresse est prévue à partir de juillet : nous voulons donc donner aux populations touchées un accès pérenne à l’eau et à la nourriture. Cela pourrait se traduire par le creusement de puits et la mise en place de parcelles pour la culture de produits agricoles résistants au changement climatique », explique Xavier Duvauchelle, responsable des programmes pour l’Afrique de l’Est et du Sud à Handicap International.

L’association prévoit de proposer des soins de kinésithérapie aux enfants mal nourris. « Dans de nombreux cas, l’intervention d’un kinésithérapeute auprès d’un enfant mal nourri peut être nécessaire pour qu’il ne devienne pas handicapé à vie. Car des enfants touchés par la famine peuvent présenter un retard de développement, conséquence de la dénutrition. La malnutrition cause également des infections respiratoires : les kinésithérapeutes interviennent alors pour éviter les complications. » Dans ce genre de situation, Handicap International organise également des sessions de sensibilisation pour que les parents apprennent à détecter ces problèmes.

Handicap International prévoit également des activités de réduction des risques liés aux catastrophes naturelles et de renforcement des capacités de résilience des communautés afin que celles-ci soient plus à-mêmes de faire face aux effets de la sécheresse.

Soudan du Sud

Au Soudan du Sud, Handicap International s’assure que les personnes vulnérables – personnes handicapées, âgées, femmes enceintes, enfants, etc. – sont prises en compte dans les programmes humanitaires mis en place par les organisations de solidarité internationale. 

Dans les régions du pays où elle est présente, l’association pourrait participer à la distribution de nourriture et d’eau, fournir des soins en réadaptation et des séances de soutien psychologique si ces besoins n’étaient pas suffisamment couverts par les organisations humanitaires déjà présentes. 

Yémen

Au Yémen, le conflit en cours depuis deux ans est à l’origine d’une situation générale d’insécurité alimentaire. « Dans ce pays, la guerre a fortement perturbé l’importation de nourritures et considérablement réduit les moyens de subsistance et les sources de revenus des ménages », précise Arnaud Pont, responsable des opérations d’urgence au Yémen. Les équipes de Handicap International sur place évaluent actuellement les besoins en vue d’une possible intervention. 

Publié le : 28 mars 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

En vidéo, notre expatrié parle de nos actions au Yémen
© Elisa Fourt / HI

En vidéo, notre expatrié parle de nos actions au Yémen

En vidéo, François Olive-Keravec, directeur du programme Yémen de Handicap International, fait le point sur la situation et les besoins urgents de la population yéménite, dans ce pays qui connaît l’une des plus graves crises humanitaires de la planète. Malgré des conditions de travail compliquées, Handicap International apporte son aide à un maximum de personnes.

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

En Éthiopie, la crise oubliée
© HI

En Éthiopie, la crise oubliée

Les régions pastorales d’Oromia et de Somali, dans le Sud et l’Est de l’Éthiopie, sont en proie à de graves violences interethniques. Depuis septembre 2017, plus d’un million de personnes ont dû fuir leurs villages et se retrouvent déplacées dans des centaines de lieux d’accueil. Handicap International protège les plus vulnérables, en premier lieu les femmes et les enfants. Fabrice Vandeputte, chef de mission de l’association, explique l’origine de cette crise et la réponse apportée par nos équipes.