Go to main content

Face aux restes explosifs de guerre, une double priorité : éduquer aux dangers et sécuriser les sols

Déminer les terres Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre
Irak Syrie

Le conflit syrien apporte chaque jour son lot de morts et de blessés. Une terrible menace pèse sur les civils : les restes explosifs de guerre tels que les mines, les munitions, les obus… Les équipes de Handicap International s’attèlent à prévenir les accidents en sensibilisant les populations et à débarrasser les sols de ces engins de mort.

Distribution par Handicap International de dépliants de sensibilisation aux risques des restes explosifs de guerre auprès des populations qui rentrent à Kobane en Syrie.

© Handicap International

Depuis le début de son intervention d'urgence en 2012 dans le cadre de la crise syrienne, Handicap International a assisté directement ou indirectement plus de 366 000 personnes en Jordanie, au Liban, en Syrie et en Irak. Dans ces deux derniers, les équipes de Handicap International prennent en charge quotidiennement de nouvelles victimes de blessures par armes à feu ou explosions. Le nombre d’armes et d’engins y augmente chaque jour. Les restes explosifs resteront encore présents et dangereux longtemps après la fin du conflit. L’expérience de Handicap International dans la neutralisation des mines et des restes explosifs de guerre et l’assistance aux victimes a amené l’association à mettre en place des activités préventives en Syrie depuis octobre 2013, et en Irak depuis décembre 2014. 

L’association a également démarré en mai 2015 un programme de prévention des accidents et de dépollution des sols à Kobané, dans le Nord de la Syrie. Ainsi, à l’été 2015, une tonne d’engins non explosés avait été retirée des décombres et détruite par nos spécialistes présents sur place.

Des équipes d’éducation aux risques rencontrent les réfugiés et les déplacés dans les camps et les zones urbaines. Elles les informent des dangers liés à la présence de restes explosifs de guerre sur les routes, dans les maisons. Ces activités donnent aux familles, et particulièrement aux enfants, les moyens d’identifier les engins dangereux et de s’en tenir éloignés. En Syrie, près de 150 000 personnes ont déjà bénéficié de ces actions de sensibilisation. 

Plus de 226 000 personnes ont été sensibilisées par Handicap International aux dangers des restes explosifs de guerre dans le cadre de la crise syrienne.
Publié le : 2 novembre 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.

Mossoul : une ville et ses habitants dévastés par les bombardements
© William Daniels / HI

Mossoul : une ville et ses habitants dévastés par les bombardements

L’offensive de Mossoul en Irak entre octobre 2016 et juillet 2017 a fait plusieurs milliers de morts, 35 000 blessés et un million de déplacés. Maud Bellon, coordinatrice des programmes d’urgence jusqu’en janvier 2018, explique le contexte d’intervention et les actions déployées par Handicap International pour répondre à la crise.