Go to main content

Face aux restes explosifs de guerre, une double priorité : éduquer aux dangers et sécuriser les sols

Déminer les terres Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre
Irak Syrie

Le conflit syrien apporte chaque jour son lot de morts et de blessés. Une terrible menace pèse sur les civils : les restes explosifs de guerre tels que les mines, les munitions, les obus… Les équipes de Handicap International s’attèlent à prévenir les accidents en sensibilisant les populations et à débarrasser les sols de ces engins de mort.

Distribution par Handicap International de dépliants de sensibilisation aux risques des restes explosifs de guerre auprès des populations qui rentrent à Kobane en Syrie.

© Handicap International

Depuis le début de son intervention d'urgence en 2012 dans le cadre de la crise syrienne, Handicap International a assisté directement ou indirectement plus de 366 000 personnes en Jordanie, au Liban, en Syrie et en Irak. Dans ces deux derniers, les équipes de Handicap International prennent en charge quotidiennement de nouvelles victimes de blessures par armes à feu ou explosions. Le nombre d’armes et d’engins y augmente chaque jour. Les restes explosifs resteront encore présents et dangereux longtemps après la fin du conflit. L’expérience de Handicap International dans la neutralisation des mines et des restes explosifs de guerre et l’assistance aux victimes a amené l’association à mettre en place des activités préventives en Syrie depuis octobre 2013, et en Irak depuis décembre 2014. 

L’association a également démarré en mai 2015 un programme de prévention des accidents et de dépollution des sols à Kobané, dans le Nord de la Syrie. Ainsi, à l’été 2015, une tonne d’engins non explosés avait été retirée des décombres et détruite par nos spécialistes présents sur place.

Des équipes d’éducation aux risques rencontrent les réfugiés et les déplacés dans les camps et les zones urbaines. Elles les informent des dangers liés à la présence de restes explosifs de guerre sur les routes, dans les maisons. Ces activités donnent aux familles, et particulièrement aux enfants, les moyens d’identifier les engins dangereux et de s’en tenir éloignés. En Syrie, près de 150 000 personnes ont déjà bénéficié de ces actions de sensibilisation. 

Plus de 226 000 personnes ont été sensibilisées par Handicap International aux dangers des restes explosifs de guerre dans le cadre de la crise syrienne.
Publié le : 2 novembre 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation"
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Mines et autres armes Réadaptation

"Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation"

Un jour en Syrie, Ibrahim a entendu des échanges de tirs près du lieu où il se trouvait. Il a fui du côté opposé. C’est là que les bombes sont tombées. Blessé par un éclat d’obus à la jambe, Ibrahim a été transféré en Jordanie où il s’est fait amputer. Handicap International l’a ensuite appareillé d’une nouvelle prothèse.

"Notre plus grande dépense : les médicaments"
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Réadaptation

"Notre plus grande dépense : les médicaments"

Au début de la guerre en Syrie, Hussein et sa famille ont quitté leur ville natale pour se réfugier en Jordanie. Depuis plusieurs années, il enchaîne les complications médicales. Grâce au partenariat de Handicap International avec un centre de réadaptation local, l'arthrose du genou dont il souffre est maintenant prise en charge par une équipe de kinésithérapeutes.

Crise syrienne : comprendre les difficultés des réfugiés handicapés
© O. Van de Broeck / HI
Insertion Réadaptation

Crise syrienne : comprendre les difficultés des réfugiés handicapés

HI a mené une enquête en 2018 pour comprendre la situation des personnes handicapées parmi les réfugiés syriens en Jordanie et au Liban, et les obstacles qu’elles rencontrent dans leur accès à l’aide humanitaire. Réfugiés en Jordanie, Zyad et sa famille ont fait partie des personnes interviewées.