Go to main content
 
 

Être handicapée dans un camp de réfugiés

Insertion
Bangladesh

Lalu, 9 ans, est née avec une paralysie cérébrale. Originaire du Myanmar, elle est arrivée avec sa famille au Bangladesh en septembre dernier. À cause de son handicap, il est difficile pour la fillette d’être intégrée dans le camp de réfugiés et d’avoir accès aux différents services. Handicap International lui a apporté son aide.

Lalu, 9 ans, réfugiée rohingya au Bangladesh, a bénéficié de l'aide de Handicap International

© Philippa Poussereau / HI

Déplacements difficiles

« Pour Lalu comme pour beaucoup de réfugiés concernés par un handicap physique, la première difficulté rencontrée dans un camp est de se déplacer. La densité des abris de fortunes laisse très peu de place aux personnes pour se déplacer. Les chemins sont étroits, cahoteux et boueux », explique Paola Valdettaro, chef de mission au Bangladesh pour Handicap International.

En effet, le drainage des chemins étant quasi inexistant, cela pousse les réfugiés à creuser des canaux et à construire des ponts avec des sacs de sable, rendant le déplacement de personnes ayant un handicap physique quasi impossible. L’accès aux différents services – points d’eau, centres de santé, écoles, latrines, etc. – est aussi un défi pour les réfugiés handicapés ; ils doivent parfois se rendre à l’autre bout du camp pour recevoir de la nourriture et peuvent parfois se perdre dans l’immensité des lieux. Pour les personnes ayant une déficience visuelle ou auditive, il est également difficile d’avoir accès aux informations. Elles sont donc plus exposées aux mauvais traitements et à l'exploitation. 

Améliorer les conditions de vie des personnes handicapées

Lalu vit avec ses parents et ses 10 frères et sœurs dans un abri de deux pièces fait de bambous et de bâches. Leur habitation de fortune est isolée du reste du camp, rendant l’accès aux différents services difficile.

En octobre dernier, Lalu a été orientée vers les équipes de Handicap International. Elle bénéficie depuis de sessions de réadaptation qui lui permettent de regagner peu à peu de la mobilité. L’association lui a fourni un fauteuil roulant, ce qui lui permet de s’assoir et de sortir de temps en temps de son abri. Il lui faudra encore quelques mois de séances avant de pouvoir s’assoir correctement et avoir assez de force dans ses bras pour pouvoir se déplacer seule avec son fauteuil. En attendant, sa famille a dégagé l’entrée de l'abri en rebouchant les trous et en enlevant les racines d’arbres. Handicap International veille également à ce que Lalu puisse aller à l’école.

Avant sa rencontre avec l'association, Lalu était obligée de rester chez elle. Au Myanmar, elle n'avait jamais reçu de soins de kinésithérapie et son état s'était aggravé. Elle ne pouvait pas se lever ou s'asseoir sans aide. Elle était totalement dépendante de sa sœur aînée, Halima, 15 ans, qui s’occupe le plus d’elle.


Handicap International auprès des réfugiés rohingyas

Au Bangladesh, le handicap est stigmatisé au sein des différentes communautés. Cela contribue à la marginalisation des personnes handicapées au sein de leurs familles et communautés. Elles sont généralement négligées et risquent davantage de souffrir de violence et d'abus. Handicap International intervient dans l’identification des personnes vulnérables dans les camps, y compris les personnes handicapées. L’association a mis en place une équipe pluridisciplinaire de sensibilisation qui suit la population en faisant du porte à porte. Les personnes vulnérables identifiées reçoivent un soutien direct ou sont dirigées vers des services externes lorsqu'elles dépassent les capacités de l'association. Elle fournit des services de réadaptation à domicile, des appareils fonctionnels et un soutien psychosocial aux personnes handicapées et à leur famille. Handicap International plaide en faveur de l'inclusion des personnes handicapées dans les stratégies et les plans humanitaires. Leur inclusion est alors permise grâce à la mise en place d’une unité d'inclusion réunissant différents acteurs humanitaires.

Publié le : 22 mars 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le Conseil de sécurité des Nations Unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés
© Martin Crep / HI
Droit Insertion Urgence

Le Conseil de sécurité des Nations Unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés

Pour la première fois, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté une résolution sur les personnes handicapées dans les conflits armés. Une avancée historique pour ces dernières, particulièrement exposées lors des crises et souvent négligées dans l'aide humanitaire.

Dans les camps rohingyas, des pères responsabilisés
© Farid Alam Khan / HI
Santé

Dans les camps rohingyas, des pères responsabilisés

Dans les camps de réfugiés rohingyas au Bangladesh, Handicap International a sensibilisé plus de 800 hommes à une paternité "responsable" afin d'assurer des maternités sans risque.

"J’ai appris à accepter le handicap de ma fille"
© Oriane van den Broeck / HI
Insertion

"J’ai appris à accepter le handicap de ma fille"

Handicap International met en place un projet d’éducation inclusive à Gaza dans les Territoires palestiniens. Shahed, 14 ans, atteinte de paralysie cérébrale, bénéficie d’un soutien personnalisé. Sa famille est également accompagnée par l’association.