Go to main content

Équateur : Handicap International mobilisée après le violent séisme

Secourir les victimes

Les équipes de l’association sont mobilisées depuis dimanche matin 17 avril pour préparer une intervention en Équateur, violemment frappé par un tremblement de terre samedi 16 avril, et venir en aide aux blessés afin de leur fournir des soins de réadaptation. Une équipe de six personnes est d'ores et déjà sur place afin d'évaluer les besoins avec les autorités locales et préparer le réponse d'urgence de Handicap International à cette catastrophe.

Un séisme d’une magnitude de 7,8 – le plus violent depuis plus de 35 ans - a frappé l’Équateur dans la nuit du samedi 16 avril, affectant principalement les zones côtières du pays. Une réplique d'une magnitude de 6,1 s'est produite le 20 avril pendant la nuit. Plus de 480 personnes ont perdu la vie, 4 600 ont été blessées. Selon les Nations Unies, les destructions – maisons, infrastructures, bâtiments – ont affecté au moins un million d'habitants.

Eric Weerts, spécialiste de l’urgence à Handicap International :

« Dans le cas d’un tremblement de terre, le nombre de personnes victimes de fractures par écrasement est particulièrement important. On recense également de très nombreuses blessures qui peuvent conduire à des amputations, des lésions nerveuses avec paralysie d’un membre ou des lésions de la moelle épinière qui peuvent engendrer des paralysies. Et quand les structures médicales sont désorganisées, voire détruites comme c’est le cas pour l’hôpital de Manta (district de Maniba), situé dans une zone très touchée par le séisme, il est nécessaire d’apporter notre expertise pour permettre une prise en charge adaptée des blessés. »

L’action de l'association va donc se concentrer sur les besoins en réadaptation pour favoriser le rétablissement des blessés et éviter les séquelles définitives. Notre action va se focaliser sur l'aide aux professionnels de santé équatoriens afin que les blessés reçoivent des soins adaptés et que les besoins des plus vulnérables, comme les personnes handicapées, soient bien pris en compte dans la réponse d'urgence.

Handicap International a dépêché sur place une équipe de 6 personnes composée de spécialistes de l'urgence. Elle est en charge d'évaluer avec les autorités locales les besoins dans les zones les plus sinistrées dans un premier temps. Elle va également préparer la réponse d'urgence de l'association qui démarrera une fois les équipes en place. L'association estime à au moins 2 000 le nombre de personnes devant bénéficier d'actions spécifiques de réadaptation physique (appareillages, rééducation) et de soutien psychologique en réponse au traumatisme subi.

Parallèlement, Handicap International travaille en coordination avec les équipes de l'UNDAC (équipe d'évaluation des catastrophes et de coordination de l'ONU) pour fournir aux partenaires humanitaires sur place l'appui logistique nécessaire dans les zones les plus touchées afin d'apporter l'aide d'urgence.

Handicap International est familière des interventions en contexte de tremblements de terre. Elle est notamment intervenue en 2015 auprès des victimes du séisme qui avait fait 8 700 morts et 22 000 blessés au Népal, pour proposer entre autres actions des soins de réadaptation et distribuer des kits d’urgence.

> Lire aussi : Équateur, il est urgent d'accéder aux zones les plus touchées par le séisme

Publié le : 21 avril 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Nos actions en 2017 Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre Secourir les déplacés et/ou les réfugiés Secourir les victimes

Nos actions en 2017

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre
© E. Fourt / HI
Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre Secourir les victimes

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre

Un an après la libération de Mossoul, HI publie un mini-rapport sur la pollution phénoménale de Mossoul par les restes explosifs de guerre, consécutive à plusieurs mois de combats. Particulièrement en cause : les bombardements massifs et quasi quotidiens pendant l’offensive militaire entre octobre 2016 et juillet 2017.

« Les blessures par armes explosives provoquent de lourds handicaps »
© C. Fohlen / Handicap International
Secourir les victimes

« Les blessures par armes explosives provoquent de lourds handicaps »

Témoignage de Pauline Falipou, référente technique Réadaptation à Handicap International, sur les conséquences de l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées.