Go to main content

En Libye, presque toutes les familles ont une arme à feu

Déminer les terres
Libye

Malaka, jeune Libyenne de 11 ans, a frôlé la mort au bord de la plage, victime d'une balle perdue. Comme elle, des centaines d'enfants sont victimes chaque année des armes légères en Libye. Presque toutes les familles détiennent ce type d'arme. Handicap International mène des actions de prévention auprès des civils, en particulier des enfants. 110 000 libyens ont déjà été sensibilisés à ce danger.

Ecoliers devant un document pepam

© Till Mayer / Handicap International

« Il était 14h10. J'étais au bord de la mer. Alors que je sortais de l'eau, j'ai entendu un bruit. J'ai eu mal au dos et, là, j'ai crié ». La voix de Malaka, 11 ans, tremble encore lorsqu'elle raconte sa terrible épreuve. La fillette, blessée par une balle perdue en plein jour, peine à se remettre de ce drame.

L'ouverture des stocks d'armes des forces du colonel Kadhafi, après la chute de l'ancien régime, a engendré une dispersion en grand nombre d'armes légères en Libye. Aujourd'hui, trois ans après le début de la révolution libyenne, les accidents sont nombreux. Comme la jeune Malaka, 1600 personnes sont tombées ou ont été blessées par des armes légères dans la ville de Tripoli en 2012. Les enfants et les jeunes adultes de moins de 25 ans représentent plus des trois-quarts des victimes recensées dans les hôpitaux de Tripoli.15 % d'entre elles ont moins de 16 ans.

Pour prévenir les risques, Handicap International diffuse des messages clairs et transmet des gestes de sécurité simples et efficaces : « Ne laissez pas les armes à portée des enfants, ne tirez pas en l'air lors des manifestations ou des fêtes,...». « Nous devons protéger les enfants et leur faire comprendre qu'ils ne doivent pas toucher les armes. », explique Asma, chef de l'équipe Education aux risques. Lors des séances de sensibilisation, la jeune femme utilise des techniques simples et efficaces pour leur faire prendre conscience du risque. « C'est dangereux, c'est dangereux... ». Les enfants répètent les messages de prévention et jouent de petites scénettes pour mieux comprendre le réel danger d'armes qu'ils côtoient tous les jours.

« Avant, il y avait de nombreux accidents mais grâce à Handicap International, leur nombre a beaucoup diminué », témoigne Khadeja, infirmière à la Polyclinique de Misrata, une ville du pays où intervient Handicap international. « Maintenant, les gens commencent à réfléchir et à se méfier des armes. »

Publié le : 12 février 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

L’action contre les mines en 2018
© Elisa Fourt / HI

L’action contre les mines en 2018

Les évolutions du déminage tiennent beaucoup aux mutations récentes des contextes d’intervention. Thomas Hugonnier, responsable de l'action contre les mines au siège de Handicap International, explique les caractéristiques du déminage aujourd’hui.

Les premiers pas de Yasmin, 4 ans, avant le retour à l’école
© Handicap International

Les premiers pas de Yasmin, 4 ans, avant le retour à l’école

Yasmin est une petite fille de 4 ans qui vit dans la région de Tripoli en Libye. Elle est atteinte d’une légère paralysie cérébrale depuis sa naissance. Grâce à Handicap International, elle apprend à marcher et peut retourner à l'école.