Go to main content

Emploi massif des armes explosives

Déminer les terres
Syrie

Ce 21 janvier 2014, alors que la conférence de paix Genève 2 est sur le point de débuter, Handicap International publie une étude sur les causes et les types de blessures constatées par ses équipes, auprès de personnes déplacées à l'intérieur de la Syrie. 60 % des blessés interrogés ont été victimes d'armes explosives et présentent des dommages physiques graves. L'association appelle la communauté internationale à faire cesser l'usage d'armes explosives dans les zones peuplées et à garantir l'accès des populations civiles à l'aide humanitaire et aux soins. Elle attire également son attention sur le lourd héritage que le conflit syrien laissera en termes de handicaps, nécessitant une lourde prise en charge et à long terme.

Photo noir et blanc deux hommes assis sur un tapis

© Giles Duley / Handicap International

De novembre 2012 à octobre 2013, Handicap International a conduit 1847 entretiens auprès de personnes déplacées dans les zones de Syrie où l'association intervient, en vue d'améliorer leur prise en charge physique et psychologique. 913 personnes, soit près de la moitié des interrogés, présentaient des blessures liées au conflit actuel. Une sur cinq a moins de 17 ans.

Il est particulièrement préoccupant de constater que 60 % de ces blessés ont été victimes d'armes explosives, tandis que 31 % l'ont été par balle. Les personnes blessées par des armes explosives présentent souvent des dommages physiques sévères : plus de 60 % souffrent de fractures ou de fractures complexes, 25 % ont subi une amputation, 21 % sont atteints de lésions nerveuses périphériques, et 7 % ont des traumatismes irréversibles de la moelle épinière.

« À très court terme, ces blessures nécessitent des soins immédiats et adéquats pour éviter des handicaps définitifs voire la mise en danger de la vie des victimes », explique Jean-Marc Boivin, directeur de Handicap International France. Or 88,5 % de l'ensemble des personnes interrogées déclarent n'avoir pas eu d'accès satisfaisant à des services de réadaptation. Les victimes d'armes explosives doivent accéder en urgence à des services de santé appropriés pour être soignés, éviter des complications ou la mort.

Elles auront également besoin d'un soutien médical, économique et social sur le long terme, souvent leur vie durant. Leur nombre important demandera des ressources considérables. Handicap International souhaite attirer dès à présent l'attention sur ce très lourd héritage pour une génération de personnes blessées et handicapées, héritage qu'il faut se préparer à affronter. L'association a pu observer dans de nombreux pays en reconstruction après un conflit (au Cambodge, en Angola, au Vietnam...) un développement insuffisant des services de santé et de réadaptation, de la formation de leur personnel et de l'accompagnement économique et social des personnes handicapées.

Publié le : 21 janvier 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Urgence humanitaire dans le Sud de la Syrie
© Elisa Fourt / HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Urgence humanitaire dans le Sud de la Syrie

Le nombre de Syriens ayant fui le conflit dans le Sud de la Syrie a été multiplié par quatre ces derniers jours, passant d’environ 60 000 à 272 000 civils. D’après le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (BCAH), la plupart se dirigent vers le plateau du Golan qui borde Israël. Quelque 60 000 civils rejoignent la frontière sud avec la Jordanie.

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI
Mines et autres armes

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI
Réadaptation Santé

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.