Go to main content

Dyaa, 6 ans, pris pour cible par un sniper

Appareiller et rééduquer Déminer les terres
Syrie

Victime d'un sniper en Syrie, Dyaa, 6 ans, gravement blessé, a vu son frère mourir devant ses yeux, avant d'être évacué en Jordanie où il est soigné. Il est désormais suivi par Handicap International et retrouve peu à peu l'usage de son bras.

Dyaa recevant des soins par l'équipe de Handicap International

© Gwenn Dubourthoumieu / Handicap International

Alors qu'ils cherchaient du bois avec leur père en Syrie, Dyaa et son demi-frère ont été pris pour cible par un sniper. Le père a réussi à emmener ses deux fils gravement blessés vers le centre de soins le plus proche. Dyaa, atteint au bras gauche, suppliait qu'on l'abandonne afin de s'occuper de son frère qui perdait tout son sang. L'hémorragie n'a pu être stoppée à temps et ce dernier est mort au centre, devant ses yeux. Il n'avait que 9 ans. Dyaa a pu être rapidement évacué hors de Syrie et transféré vers un hôpital en Jordanie, où il a subi plusieurs opérations chirurgicales. Un fixateur externe a été posé sur son bras. Le pire a ainsi été évité.

Dyaal vit à présent à Irbid, en Jordanie, chez sa mère qui est séparée de son mari depuis plusieurs années.

« Quand ma sœur m'a appelée pour me prévenir que mon fils était hospitalisé ici, en Jordanie, j'ai d'abord imaginé le pire. Ce fût un tel soulagement de le voir en vie ! Mais lorsque j'ai vu tout le sang qui coulait de son bras, j'ai cru qu'il allait être amputé... ».

Des progrès rapides

A Irbid, Dyaa commence une nouvelle vie, mais il lui faudra encore beaucoup de temps pour surmonter ce drame et faire le deuil de son demi-frère disparu. Son père, quant à lui, est resté en Syrie. Quand le réseau téléphonique fonctionne, Dyaa et sa mère lui parlent. Encore choqué par le drame, il ne parvient jamais à dire plus de deux mots avant de raccrocher en silence.

Esraa, la kinésithérapeute de l'équipe mobile de Handicap International, vient régulièrement prodiguer des soins de rééducation postopératoires à Dyaa. La bonne volonté et la patience de sa mère fait le reste. Chaque jour, elle lui fait répéter les exercices enseignés par Esraa. Ces exercices réguliers, son courage et son jeune âge permettent à Dyaa de retrouver rapidement l'usage de son bras. Il peut déjà jouer au football avec des copains de son âge, un vrai plaisir pour lui qui ambitionne de devenir joueur professionnel !

Publié le : 22 octobre 2013
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI
© France 3 - mars 2018

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI

Gniep Smoeun avait 10 ans lorsqu'elle a eu la jambe arrachée par une mine antipersonnel au Cambodge en plein conflit khmer rouge. Aujourd'hui infirmière à Rennes, elle a voulu retourner sur place avec sa fille et le médecin qui l'a sauvée, un certain Jean-Baptiste Richardier, cofondateur de Handicap International. Découvrez le reportage diffusé sur France 3 fin mars.

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.