Go to main content
 
 

Des sous-munitions menacent à nouveau les civils !

Déminer les terres
Syrie

Lyon, le 20 février 2014. Handicap International condamne fermement l'emploi de sous-munitions par les forces gouvernementales syriennes. Human Rights Watch a confirmé leur usage, les 12 et 13 février dernier, lors d'une attaque de la ville de Keferzita, au nord de Hama. L'organisation a déjà relayé leur utilisation répétée en 2012 et 2013. Elle constate aujourd'hui leur usage croissant en dépit des condamnations internationales.

Des enfants dans un camp de réfugiés

© G. Dubourthoumieu / Handicap International

Handicap International exhorte la Syrie à ne plus utiliser les sous-munitions. L'association rappelle que 94 % des victimes recensées de ces armes sont des civils[1].

A ce jour, 2 morts et 10 blessés, tous des civils, sont à déplorer suite à cette attaque. Les roquettes 9M55K utilisées contiennent des sous-munitions plus puissantes et plus mortelles encore que celles utilisées jusqu'à présent.

« Il est particulièrement inquiétant de voir que ces armes, qui ne devraient plus jamais être utilisées, sont lancées depuis des dispositifs qui présentent un degré notoire d'imprécision. Ce sont donc des centaines de sous-munitions qui se retrouvent dispersées aléatoirement et en une seule frappe. », explique Marion Libertucci, responsable du plaidoyer à Handicap International. « Elles sont utilisées dans des zones à fortes concentrations de populations. Des sous-munitions non explosées sont pour les civils autant de pièges mortels durant des décennies. »

Les sous-munitions sont interdites par le Traité d'Oslo, qui en proscrit l'utilisation, la fabrication, le stockage et le commerce. La Syrie n'est pas Etat partie au Traité et adopte une attitude en rupture avec la pratique des autres Etats non parties. Ces derniers s'abstiennent de faire usage de ces armes.

[1] Source : Cluster Munition Monitor 2013

Publié le : 20 février 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Déminage au Laos : les équipes ne lâchent rien
© N. Lozano Juez / HI
Déminer les terres

Déminage au Laos : les équipes ne lâchent rien

Handicap International continue d’éliminer la menace et de réduire les risques que les restes explosifs de guerre font aujourd’hui encore peser sur les Laotiens. Plus de 40 ans après la fin de la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays plus pollué au monde par ces armes non explosées. Enfouies dans les forêts et les champs, elles représentent une menace directe pour la population et un frein au développement économique.

Escalade de la violence dans le Nord-ouest de la Syrie
© HI
Urgence

Escalade de la violence dans le Nord-ouest de la Syrie

Des dizaines de civils ont été tués lors des bombardements dans la province d'Idlib, dans le Nord-ouest de la Syrie déchirée par la guerre, selon Najat Rochdi, principale conseillère humanitaire de l'envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, et plusieurs autres observateurs. Handicap International réitère son appel à cesser immédiatement les bombardements des zones peuplées de civils.

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos, pays martyr des bombes
© HI
Déminer les terres

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos, pays martyr des bombes

Au moins 2 millions de tonnes de bombes ont été larguées sur le Laos par les États-Unis pendant la guerre du Vietnam. Plus de 50 ans après, le pays demeure le plus pollué au monde par les restes explosifs de guerre. Handicap International agit depuis plus de 20 ans aux côtés des Laotiens dans la lutte contre ces bombes à retardement. Découvrez un reportage du journal La Croix réalisé à l’occasion du partenariat entre le journal et notre association.