Go to main content

Des soins physiques et psychologiques pour les victimes

Améliorer la santé mentale Appareiller et rééduquer Secourir les victimes
Népal

Un mois et demi après le premier séisme, plus de 100 collaborateurs de Handicap International travaillent sans relâche pour soigner les victimes et leur distribuer des kits de première nécessité. L’association met aussi à disposition des autres ONG son expertise logistique pour faciliter l’aide humanitaire.

Un kinésithérapeute de Handicap International au Népal évalue la fracture de la jambe d'une victime du séisme.

© Lucas Veuve / Handicap International

Ce ne sont pas moins de 24 kinésithérapeutes de Handicap International qui délivrent des soins de rééducation aux victimes du séisme et qui forment leurs proches à des exercices simples de kinésithérapie. Ils fournissent également des aides à la mobilité à ceux qui en ont besoin. Leurs lieux d’intervention : les districts où se sont situés les épicentres des séismes, trois hôpitaux de Katmandou et les structures de convalescence des blessés dans le district de la vallée de Katmandou. 
4 064 sessions de rééducation physique ont déjà été dispensées à 1 161 blessés.

Dans les structures de convalescence de la vallée de Katmandou, des équipes de travailleurs psychosociaux fournissent également des premiers soins psychologiques individuels et proposent des activités thérapeutiques de groupes pour diminuer le stress et l’angoisse des blessés. Elles effectuent les démarches qui faciliteront leur retour dans leur communauté et leur fournissent, si nécessaire, des kits de première nécessité.
Plus de 1 000 kits de première nécessité – tentes, kit d’hygiène, couverture, kit de cuisine… – ont été distribués et près de 1 000 autres le seront dans les prochaines semaines. 

Handicap International gère également l’un des deux centres de stockage de l’aide humanitaire de Katmandou en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM). L’association assure en outre le transport de l’aide humanitaire vers les différents points de distribution dans les villages et communautés. 

Enfin, Handicap International collabore avec l’ensemble des acteurs humanitaires afin que les personnes handicapées et les plus vulnérables (personnes âgées, femmes isolées, etc.) soient mieux prises en compte dans leurs activités.

Publié le 11 juin 2015.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les pires inondations au Népal en 15 ans : Handicap International en état d’alerte
© Handicap International
Urgence

Les pires inondations au Népal en 15 ans : Handicap International en état d’alerte

Inondations et glissements de terrain ont frappé le Népal au cours des cinq derniers jours. Les premiers bilans font état de 123 morts et d’au moins 35 disparus. Le Sud du pays est le plus touché. Des milliers de maisons ont été inondées dans la province de Terai ; 80 % des terres arables ont été détruites. 600 000 personnes sont touchées par les pires inondations depuis 15 ans au Népal. Les équipes locales de Handicap International évaluent les besoins et le type d’aide qu’elles pourraient apporter.

Deux ans après, nos équipes toujours présentes pour les victimes du séisme
© Tim Dirven / Handicap International
Droit Insertion Prévention Réadaptation

Deux ans après, nos équipes toujours présentes pour les victimes du séisme

Active au Népal depuis dix-sept ans, Handicap International est intervenue dès les premières heures qui ont suivi le séisme du 25 avril 2015. Deux ans après la catastrophe, l’association qui a aidé des milliers de victimes intervient toujours dans le pays.

Nirmala et Khendo, amies pour la vie
© Lucas Veuve / Handicap International
Insertion Réadaptation

Nirmala et Khendo, amies pour la vie

Victimes du séisme qui a frappé le Népal le 25 avril 2015, Nirmala et Khendo ont dû être amputées. Avec le soutien de Handicap International, les deux fillettes ont suivi des séances de réadaptation et ont reçu une prothèse. Deux ans plus tard, toujours inséparables, elles remarchent et vont à l’école. Chaque mois, elles se rendent au centre de réadaptation.