Go to main content

Des femmes sortent ensemble du cercle de la violence et de la peur

Insérer les personnes handicapées dans la société
Rwanda

À l'ouest du Rwanda, un groupe d'ex-prostituées s’est rassemblé pour convaincre des "nouvelles filles" de le rejoindre. Une équipe de psychologues de Handicap International accompagne ces femmes pour leur permettre de renouer avec une existence épanouissante.

Groupe d'ex-prostituées au Rwanda soutenues par Handicap International

© W. Huyghe / Handicap International

« Notre groupe d'ex-prostituées compte plus de 60 femmes. Il croît de manière exponentielle parce que dans la région, on commence progressivement à connaître ce que nous faisons. Ici, chacune des femmes a vécu un véritable changement de personnalité », raconte Patricie, ex-prostituée et présidente du groupe. « Au moment où les femmes se présentent pour la première fois, elles sont souvent droguées ou alcooliques. Elles sont agressives, ont passé pas mal de temps en prison, sont repoussées par leur entourage. Elles sont aussi incapables d'avoir une relation avec un homme et ne peuvent pas voir qu'il existe un autre chemin. Cela m'a pris également du temps pour y parvenir. Je croyais que la prostitution était la seule manière pour moi de gagner de l'argent et de nourrir mes deux enfants ayant perdu leur père. »

C'est une histoire qui revient souvent. « Avant, je dégageais tout le temps une odeur d'alcool. Maintenant, mes enfants vont à l'école. Ainsi, ils courent beaucoup moins de risques de tomber dans la prostitution. Mon enfant a les mêmes perspectives d'avenir qu'un enfant issu d'une famille "normale" avec deux parents », témoigne une jeune femme devant le groupe. « Auparavant, j'avais souvent des blessures parce que j’errais complètement saoule. Désormais, je suis vraiment une belle femme. J'ai même l'argent pour m'acheter du shampooing », se réjouit une autre. 

Plus que de l'aide psychologique

Ces changements ont été possibles grâce à l'accompagnement psychologique suivi de Handicap International qui peut prendre la forme d'entretiens et de thérapies en groupe, mais aussi de sessions individuelles. L’organisation offre plus que de l'aide psychologique : grâce à un soutien financier et des conseils pratiques, les femmes peuvent lancer un petit commerce. Elles cultivent des ananas, des bananes et des pommes de terre. Elles s’organisent seules, mais font les achats ensemble pour bénéficier de prix plus intéressants. Une partie des bénéfices est mise dans un pot commun afin d’aider les membres en difficultés ou d’organiser des activités. Cela permet ainsi de rémunérer l'instituteur qui apprend à lire et à écrire aux analphabètes du groupe. 

Handicap International envoie les femmes ayant besoin d'une aide psychologique ou médicale spécialisée vers l'institution appropriée. L’association donne également des conseils juridiques.
« La possibilité d'enregistrer leurs enfants est une réalisation importante. Ensemble, nous allons à la recherche du père. Si nous ne le trouvons pas ou s’il ne veut pas reconnaître l'enfant, nous entreprenons nous-mêmes les démarches nécessaires. Le fait que l'enfant soit "officiel" et ait un statut est d'une importance vitale pour lui. Mais également pour la femme, qui ne commence à investir dans l'avenir de son enfant qu'à ce moment-là. »

« Vous pouvez être fières de vous », conclut la psychologue de Handicap International à la fin de l'entretien. « Nous avons fait un voyage en tant que groupe. Nous pouvons travailler, manger et envoyer nos enfants à l'école. Nous aimons notre famille, nous aimons nos enfants, nous nous aimons nous-mêmes, nous aimons la vie. » Des paroles accueillies spontanément par une salve d'applaudissements.

Publié le : 25 novembre 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Santé mentale : les séquelles du génocide rwandais
© Handicap International

Santé mentale : les séquelles du génocide rwandais

Handicap International intervient au Rwanda dans le domaine de la santé mentale depuis juillet 1994, au lendemain du génocide qui avait fait près d’un million de morts et traumatisé la population toute entière. Augustin Nziguheba, coordinateur technique psychosocial et protection, explique les activités actuelles de l’association qui bénéficient à plus de 6 000 personnes.

De meilleures conditions de vie pour les personnes handicapées et leur famille
© M. Burgaya / Handicap International

De meilleures conditions de vie pour les personnes handicapées et leur famille

Handicap International mène un projet au sein des communautés de la province de Piñar del Rio dans l’Ouest de Cuba. Objectif : améliorer les conditions de vie des personnes handicapées et leur famille et leur intégration dans la société.

Le 8 mars, les femmes sont à l’honneur
© Bas Bogaerts / Handicap International

Le 8 mars, les femmes sont à l’honneur

Trop souvent dans le monde, les droits des femmes ne sont pas respectés. À l’occasion de leur Journée mondiale, Handicap International met en avant leur volonté, leur courage et leur engagement. Petites filles handicapées courageuses, mères, grand-mères, ambassadrices de la paix, responsables de projets d’urgence aux côtés de l’association… aujourd’hui nous leur rendons hommage.