Go to main content

De nouvelles inondations fragilisent les Haïtiens affectées par l'ouragan Matthew

Urgence
Haïti

Suite au passage de l'ouragan Matthew qui a frappé Haïti le 4 octobre dernier, le pays doit faire face à la plus grande urgence humanitaire depuis le séisme de 2010. Des pluies diluviennes se sont abattues sur le département du Sud dans la nuit du 20 au 21 octobre, provoquant des inondations catastrophiques et fragilisant encore davantage les populations affectées. Handicap International intervient auprès des victimes de la catastrophe.

Une rue de la ville des Cayes, en Haïti, inondée par les pluies torrentielles du 20 octobre

Une rue de la ville des Cayes, en Haïti, inondée par les pluies torrentielles du 20 octobre | © Handicap International

La situation dans le Sud-ouest et le Nord-ouest d’Haïti est dramatique. Trois semaines après le passage de l’ouragan Matthew, 1,25 million de personnes ont toujours besoin d’une aide humanitaire. Plus de 146 000 maisons ont été détruites, endommagées ou inondées, et plus de 175 000 personnes ont été déplacées dans 224 centres d’évacuation temporaires[1].

De plus, des pluies torrentielles se sont abattues dans la nuit du jeudi 20 au vendredi 21 octobre sur le département du Sud, qui avait déjà été fortement affecté par Matthew. Les terres sont inondées et de nombreuses routes sont complètement bloquées. Les populations, qui avaient déjà perdu leurs plantations et leur maison, doivent faire face à une nouvelle catastrophe.

Handicap International a mis en place une première équipe mobile qui intervient dans les hôpitaux et dans les abris collectifs dans le département du Sud. L’association évalue la situation des populations affectées, qui reste très problématique. Louisema Tilfa, maire de Chardonnière, commune du département du Sud, explique : « 32 écoles sur 34 sont endommagées. Toutes les maisons sont presque détruites, y compris la mairie. Les 69 abris provisoires sont constitués avec les quelques maisons qui tiennent encore debout. Et la population n’a pratiquement pas reçu de soutien ».

« Le choléra fait rage dans le quartier de Randel. Il y a plus de 1 600 blessés suite au passage de l’ouragan Matthew, et aucun centre de santé pouvant les accueillir. Ils doivent se rendre dans la commune des Cayes pour recevoir des soins. Dans notre commune, les trois priorités sont la santé, la nourriture et le logement. »

Abner Verville, Directeur de la mairie de Randel

Handicap International prodigue également des premiers soins de réadaptation aux personnes blessées et handicapées, distribue des aides à la marche et identifie les plus vulnérables qui ont besoin d’un soutien spécifique. Une seconde équipe mobile est en cours de constitution et renforcera le dispositif très rapidement.

Handicap International planifie également la distribution de kits d’urgence "shelters" (contenant une boîte à outils, des cordes, des fixations, des bâches, etc.), afin que les habitants puissent se loger et retrouver des conditions de vie décentes.

Publié le : 25 octobre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Yémen : déclaration conjointe de plusieurs ONG dont Handicap International
© Google Maps
Urgence

Yémen : déclaration conjointe de plusieurs ONG dont Handicap International

Les ONG internationales travaillant au Yémen se félicitent des prochaines consultations politiques en Suède. La situation dans le pays est devenue plus que critique pour la population.

Handicap International auprès des victimes du séisme et du tsunami
© HI
Réadaptation Urgence

Handicap International auprès des victimes du séisme et du tsunami

Suite au séisme et au tsunami qui ont frappé la province de Sulawesi en Indonésie le 28 septembre 2018, Handicap International soutient les personnes affectées, en collaboration avec l’association IFI.

Se redresser sur ses jambes… et dans sa tête
© Ayman / HI
Réadaptation Urgence

Se redresser sur ses jambes… et dans sa tête

Salim, 17 ans, a été fauché par une bombe dans l’épicerie où il travaillait près de Hodeidah. Soigné à l’hôpital de la ville, il a été amputé en-dessous du genou, un véritable choc. Salim était angoissé : comment pouvait-il continuer à vivre avec une seule jambe ? Comment subvenir aux besoins de la famille ? Comment poursuivre sa scolarité ?