Accès direct au contenu
 
 

Dayana, 15 ans, victime d’une grenade : « J’ai l’impression d’avoir du métal qui bouge dans la tête »

Mines et autres armes
Colombie

Dayana, 15 ans, a été gravement blessée suite à un accident avec une grenade en Colombie, il y a deux ans. Grâce au soutien de Handicap International (HI) et de l’association partenaire, Tierra de Paz, Dayana a pu échanger avec d’autres jeunes victimes de mines. Sa  famille a aussi reçu un appui afin de lancer leur propre projet : un magasin de glaces artisanales. Un nouveau souffle pour aller de l’avant. 

Dayana, 15 ans, victime d'une grenade | ©Jules Tusseau/HI

 « C’était le 3 juin 2015, j’allais avoir 13 ans. Je me rappelle de l’amie avec qui j’étais. D’un escalier. D’une explosion. Puis de me réveiller sur un lit d’hôpital. Du regard affolé de mes proches. Le reste, j’ai tout oublié. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Je ne veux pas savoir », raconte Dayana, nerveuse et souriante.

Sa maman, Marta, 34 ans, complète : « Dayana était avec une amie pas loin de notre maison, dans le village d’Esmeralda (département de Nariño). J’ai entendu un bruit d’explosion. Je me suis ruée vers elle, mon bébé dans les bras. J’ai hurlé son nom, encore et encore. Je l’ai retrouvée en sang, le front ouvert, des lésions sur le corps, inconsciente. Blessée par une grenade. Elle aurait pu mourir».

Dayana a été emmenée d’urgence dans un centre de santé puis à l’hôpital de Pasto. « On m’a dit que c’était trop dangereux de m’opérer à la tête, on m’a recousue. J’ai gardé des éclats dans le crâne. Quand je suis retournée à l’école, tout le monde me posait des questions. Je voulais juste oublier. Que mes traces disparaissent ».

Le 13 novembre 2015, ils ont quitté leur village : « On était forcés de bouger : on avait témoigné au sujet de l’accident, on a eu peur des représailles. Et puis, on voulait s’éloigner. Passer à autre chose ». Ils ont été logés provisoirement dans un hôtel près du village de San Ignacio, où Marta a appris  à préparer des desserts.

 « Les mois qui ont suivi ont été très durs. Je pensais tout le temps aux éclats que j’avais dans la tête. Je les sentais bouger. J’allais sur Internet, pour voir ce qu’il risquait de m’arriver. J’avais peur de mourir », confie Dayana.

En 2016, Dayana et sa famille rencontrent HI et Tierra de Paz, l’association partenaire. Lesly, la psychologue de l’association, explique : « Quand j’ai discuté avec Dayana pour la première fois,  elle était très angoissée. Pour de nombreuses victimes, les séquelles de l’accident ne sont pas que physiques. Nous avons organisé des ateliers de soutien psychologique avec d’autres jeunes victimes de mines, plusieurs samedis, à Popayan. L’occasion pour eux d’échanger sur leurs ressentis, leur traumatisme. De réaliser qu’ils ne sont pas seuls. Souvent, pour ces jeunes, qui se sentent différents, c’est très libérateur ».

HI et Tierra de Paz ont également aidé à la famille de Dayana à recevoir une indemnité financière suite à l’accident[1] et à lancer une nouvelle activité professionnelle. « On a  discuté ensemble de notre projet, on a reçu du matériel (un surgélateur, des tables et des chaises, etc.), et on a ouvert notre propre ‘tea room’ : aujourd’hui, on vend des glaces à la mûre et des desserts à la maracuja[2]… Tout est fait maison. Mon rêve : ouvrir un salon encore plus grand, dans une  rue fréquentée ! », commente Marta.

Dayana, elle, a repris l’école, après quelques mois d’arrêt : « J’ai plein de copines, je suis bien intégrée. Mais je cache mon secret. Je ne veux pas qu’on voit mes traces. Et si on me pose des questions, je réponds simplement que je suis tombée. Et je continue ma route ».

 

[1] Les associations ont contacté une organisation qui soutient les victimes de mines, afin qu’elle leur donne une indemnité financière, permettant de couvrir les frais du loyer durant trois mois.

[2] Fruit exotique.

Publié le : 9 novembre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire
© Bahia Z. / HI
Mines et autres armes Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire

Alors que près d'un million de personnes – principalement des femmes et des enfants – ont fui les combats et les bombardements à Idlib en Syrie, Handicap International appelle les États à s'engager pleinement dans le processus diplomatique international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. La situation actuelle constitue l’une des pires crises humanitaires depuis le début du conflit en 2011.

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump
© Basile Barbey / HI
Mines et autres armes

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump

Victime d’une mine, Gniep Smoeun est l’une des premières personnes appareillées par Handicap International au début des années 80. Face au Palais des Nations à Genève le 13 février, elle a porté la voix des victimes face à la décision de l’administration Trump de réintroduire les mines antipersonnel dans l’arsenal américain, et demande aux États d’user de toute leur influence pour que les États-Unis reviennent sur cette décision révoltante.

Civils bombardés : la déclaration politique devra être ambitieuse
© ISNA Agency / HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Civils bombardés : la déclaration politique devra être ambitieuse

Plus de 70 États se sont réunis le 10 février à Genève lors du deuxième cycle de négociations, destiné à aboutir le 26 mai prochain à Dublin à la Déclaration politique contre l’usage des armes explosives en zones urbaines.