Go to main content

Cyclone Enawo : plus de 52 000 personnes sinistrées

Urgence
Madagascar

Le cyclone Enawo a traversé Madagascar et termine sa course dans la région d’Anosy (Sud-Est du pays). Les autorités déplorent de nombreux dégâts causés par le cyclone mais aussi les inondations qui ont suivi. Le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes fait déjà état de 10 000 déplacés et 52 000 sinistrés. Les équipes de Handicap International commencent à évaluer les besoins de la population.

Inondations provoquées par Haruna, le précédent cyclone ayant frappé Madagascar (photo d'archive)

Inondations provoquées par Haruna, le précédent cyclone ayant frappé Madagascar (photo d'archive 2013) | © Handicap International

Les principaux dégâts semblent se concentrer dans le Nord-Est du pays, point d’entrée du cyclone : selon le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes, 10 000 personnes seraient déplacées et 52 000 sinistrées. À Antahala, près de 80 % des habitations auraient été détruites, ainsi que presque 100 % des cultures. D’après la Croix-Rouge, 700 000 personnes pourraient être affectées par le passage du cyclone dans l’ensemble du pays. Les informations restent partielles en raison des coupures d’électricité et de la difficulté d’accès aux zones affectées dans le Nord du pays.

« Beaucoup de zones à Madagascar sont en temps normal enclavées et difficiles d’accès. Depuis le passage du cyclone, il n’est plus possible se rendre dans le Nord, les voies de communication étant coupées par les inondations. Or, c’est dans cette région que le cyclone a sûrement fait le plus de dégâts. »

Pilar Duat Llorens, directrice de Handicap International à Madagascar

Des stocks de contingence prêts

Formées à la réponse aux urgences, les équipes de Handicap International sur place sont mobilisées pour évaluer les besoins des populations dans les zones accessibles, notamment dans la capitale Tananarive. « Nous tenons prêts nos stocks de contingence pour distribuer des kits de cuisines, des bâches ou encore des béquilles, des fauteuils roulants... pour permettre à ceux qui ont tout perdu de faire face », explique Xavier Duvauchelle, responsable des programmes de Handicap International pour l’Afrique de l’Est et du Sud.

Le cyclone Enawo qui a atteint Madagascar mardi 7 mars a diminué d’intensité et est désormais classé comme tempête tropicale, avec des vents avoisinant les 65 km/h. Il termine actuellement sa course dans le Sud du pays. Les pluies sont cependant toujours fortes. D’importantes inondations affectent désormais la capitale Tananarive, où l’on craint que les quartiers les plus précaires de la ville ne résistent à cette nouvelle catastrophe après les inondations de 2015 qui avaient déjà fait plusieurs milliers de sinistrés.

Photos de dégâts causés par le cyclone Enawo à Madagascar (© Care International) :

Diverses photos de dégâts causés par le cyclone Enawo à Madagascar - © Care International

Publié le : 10 mars 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Yémen : déclaration conjointe de plusieurs ONG dont Handicap International
© Google Maps
Urgence

Yémen : déclaration conjointe de plusieurs ONG dont Handicap International

Les ONG internationales travaillant au Yémen se félicitent des prochaines consultations politiques en Suède. La situation dans le pays est devenue plus que critique pour la population.

Handicap International auprès des victimes du séisme et du tsunami
© HI
Réadaptation Urgence

Handicap International auprès des victimes du séisme et du tsunami

Suite au séisme et au tsunami qui ont frappé la province de Sulawesi en Indonésie le 28 septembre 2018, Handicap International soutient les personnes affectées, en collaboration avec l’association IFI.

Se redresser sur ses jambes… et dans sa tête
© Ayman / HI
Réadaptation Urgence

Se redresser sur ses jambes… et dans sa tête

Salim, 17 ans, a été fauché par une bombe dans l’épicerie où il travaillait près de Hodeidah. Soigné à l’hôpital de la ville, il a été amputé en-dessous du genou, un véritable choc. Salim était angoissé : comment pouvait-il continuer à vivre avec une seule jambe ? Comment subvenir aux besoins de la famille ? Comment poursuivre sa scolarité ?